Exclusif

CEIC: plus de 1 million d'honoraires à trois acteurs-clés

Renaud Lachance et France Charbonneau... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE)

Agrandir

Renaud Lachance et France Charbonneau

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Commission Charbonneau

Actualité

Commission Charbonneau

Suivez le déroulement de la commission Charbonneau. »

Trois des employés de la commission Charbonneau, le commissaire Renaud Lachance, la procureure en chef Sonia LeBel ainsi que Me Simon Tremblay auront facturé plus de 1 million chacun au terme de son mandat, en novembre, révèlent les documents obtenus par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

38 millions en 38 mois

Au 28 janvier dernier, en 38 mois, la Commission avait coûté 38 millions. Le fonctionnement et l'organisation auront coûté 11 millions, les salaires, 15,4 millions et les honoraires, essentiellement destinés aux avocats, 11,6 millions.

1,4 million pour Lachance

La juge France Charbonneau recevait son salaire de juge (300 800$ depuis avril 2014) pour ce mandat entrepris en novembre 2011. À ses côtés, Renaud Lachance, ancien vérificateur général du Québec, aura reçu 1,4 million en honoraires. Il était rétribué 230$ l'heure, pour des journées maximales de 12 heures les jours d'audiences publiques (10 heures lorsque la Commission ne siégeait pas). Mort en cours de mandat, l'universitaire Roderick Macdonald avait quant à lui touché 216 000$.

Sonia Lebel au 2e rang

Devenue procureure en chef après le départ de Sylvain Lussier, en octobre 2012, Me Sonia LeBel a reçu jusqu'ici 952 000$ en honoraires pour trois ans et deux mois. Le mandat de la Commission étant prolongé jusqu'en novembre, Me LeBel verra ses honoraires dépasser le million de dollars. Son tarif est de 155$ l'heure, mais elle ne peut compter sur des avantages sociaux - vacances et assurances -, à la différence de l'époque où elle était procureure de la Couronne.

Procureurs éphémères

Celui qui était procureur en chef au lancement de la Commission, Sylvain Lussier, sera resté 11 mois. Il est parti parce que ce mandat venait porter ombrage à d'autres contrats qu'il avait acceptés au préalable. Pour ces 11 mois, il a facturé 460 000$. Sorti de sa retraite pour devenir le bras droit de Me Lussier, l'avocat Claude Chartrand a quitté rapidement la Commission quand la juge Charbonneau a choisi Sonia Lebel comme procureure en chef. En un an, il avait facturé 430 000$. Il est retourné à la retraite.

commission Gomery: des procureurs mieux payés

Les procureurs de la commission Gomery, qui s'était terminée après deux ans en 2006, ont coûté plus cher. Ancien chef de cabinet du premier ministre Brian Mulroney, Me Bernard Roy avait retiré 1,56 million. Guy Cournoyer, devenu juge, avait retiré 1,17 million et le spécialiste Neil Finkelstein, 1,16 million. «C'était des avocats venus du secteur privé, ceux de la commission Charbonneau viennent essentiellement de la fonction publique», a expliqué hier le juge Gomery. Me Cournoyer coûtait 250$ l'heure et Me Finkelstein, plus de 600$, il y a 10 ans.

Aux 3e et 4e rangs

Me Simon Tremblay, toujours en fonction à la commission Charbonneau, a obtenu 818 000$ en honoraires depuis le début, en novembre 2011. Me Tremblay verra lui aussi ses honoraires dépasser le million de dollars au terme de la Commission. Employé du ministère québécois de la Justice, il retournera à un salaire fixe à l'issue des travaux. Un autre retraité, celui-là de la Direction des poursuites criminelles, Me Paul Crépeau, avait obtenu 507 000$ en honoraires au 28 janvier dernier. Il restera jusqu'à la conclusion des travaux. Ses honoraires étaient de 115$ l'heure.

Denis Gallant

Me Denis Gallant était l'adjoint de Sonia LeBel. Il a quitté le navire en février 2014, il y a un an, et a été nommé inspecteur général par la Ville de Montréal. Ses deux ans à la Commission auront valu à ce fonctionnaire fédéral 495 000$.

Noël et Bourdon

L'ex-journaliste André Noël, qui a fait partie de l'équipe d'enquêteurs avant d'être intégré au groupe chargé de rédiger le rapport final, aura récolté 369 000$ pour 30 mois de travail. Après une longue carrière à La Presse, il est entré à la Commission en juillet 2012. Quant à Richard Bourdon, officier retraité de la Sûreté du Québec, il avait la responsabilité des relations de presse depuis le début de la Commission. Sa rémunération était de 114 000$ par année, ce qui correspond au salaire d'un cadre 3 du gouvernement.

- Avec la collaboration de Serge Laplante

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer