Québec prolonge le mandat de la CEIC jusqu'au 30 novembre

La commissaire France Charbonneau.... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La commissaire France Charbonneau.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Commission Charbonneau

Actualité

Commission Charbonneau

Suivez le déroulement de la commission Charbonneau. »

(QUÉBEC) Après un débat difficile, le conseil des ministres a décidé de donner le feu vert à la requête de la juge France Charbonneau, qui voulait que le mandat de sa commission soit prolongé jusqu'au 30 novembre, soit sept mois de plus que son échéance de la mi-avril.

«On ne voulait pas s'immiscer à l'intérieur des travaux, ce délai a été accordé, et le décret prévoit la date du 30 novembre. La commissaire (Charbonneau) nous a transmis une correspondance nous disant qu'elle ferait tout en son pouvoir pour déposer avant la date butoir. On prend acte de cet engagement», a soutenu la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Elle a refusé de répondre aux questions sur la division apparue au conseil des ministres autour de l'opportunité de prolonger la commission.

À l'origine, Québec envisageait de n'accorder qu'un prolongement de deux mois - jusqu'à la fin juin - à la commission qui aura, en novembre, siégé pendant quatre années, un record.

Plusieurs ministres craignaient que l'opposition ne marque politiquement des points si Québec fermait prématurément le couvercle sur les travaux de la juge Charbonneau.

Chaque mois supplémentaire coûte 700 000 $ au trésor public. Après avoir insisté sur les problèmes financiers du gouvernement, le président du Conseil du trésor Martin Coiteux a éludé les questions sur cette dépense.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer