La ministre Zakaïb dit que le Fonds FTQ a «bloqué» des concurrents d'Accurso

Élaine Zakaïb... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Élaine Zakaïb

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Fonds de solidarité FTQ a «bloqué» les dossiers des concurrents de l'entrepreneur Tony Accurso dans la grande région de Montréal, a déclaré la ministre péquiste Élaine Zakaïb à Michel Arsenault dans une écoute électronique diffusée mercredi à la commission Charbonneau.

Consulter la copie de l'écoute électronique

« Attends j'va fermer ma porte parce que c'est sûr qu'on sortira jamais ça public là », lance-t-elle au début de la conversation qui s'est tenue le 9 mars 2009.

« Je veux que tu saches que, tout ce qui avait été présenté autour de Montréal, que ce soit Montérégie, Laval, Montréal-Est ou Ouest, qui pouvait d'une manière ou d'une autre avoir, pis des fois là y étiraient l'élastique en bibitte là, de la compétition avec Accurso, y ont été bloqués pis on a pas pu les faire.»

Élaine Zakaïb, a réagi par communiqué de presse en fin de journée en déclarant que le la mise sur la touche des dossiers avait duré une «courte période de temps».

«Dès que j'ai été informée de cette pratique, j'ai pris les moyens pour que cesse immédiatement cette ingérence dans les projets à l'étude», peut-on lire dans la missive. 

Michel Arsenault, qui était alors président de la FTQ, lui répondra de ne pas parler de cette affaire. «Si ça vient sur le sujet Élaine, j'me cacherai pas de Tony Accurso. On a fait des rendements de 15 et 20% par année avec lui depuis l'début.»

«Moé j'su convaincu Élaine qu'à SOLIM [le bras immobilier du Fonds de solidarité] tout était fait correctement», ajoute-t-il un peu plus tard.

«Ah moé je le sais pas, pis j'imagine que oui», dit-elle.

Elaine Zakaïb lui parle alors de Jocelyn Dupuis, l'ancien directeur-général de la FTQ-Construction, qui défrayait la machette à l'époque en raison de ses comptes de dépenses faramineux et de ses factures forgées.

«Quand y'é parti y était venu me voir pis y m'a dit qu'y partait pour une histoire de compte de dépenses pis y a dit que si jamais ça sortait qu'y était pour entraîner Johnny Lavallée avec lui, pis qu'y savait des affaires sur SOLIM pis sur Tony Accurso. Moé je suis entrée dans aucun détail...j'ai pas posé aucune question, parce le moins j'en sais le mieux j'me sens», déclare-t-elle également.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer