Exclusif

Gérald Tremblay: un témoignage peu concluant

Gérald Tremblay... (Photo Reuters)

Agrandir

Gérald Tremblay

Photo Reuters

Partager

(QUÉBEC) Cloué au pilori à la suite des révélations faites devant la commission Charbonneau, le maire de Montréal, Gérald Tremblay avait eu l'occasion de s'expliquer, à huis clos, devant les procureurs de la Commission d'enquête sur l'attribution des contrats de construction.

Selon ce qu'a appris LaPresse, le témoignage du maire Tremblay en marge des travaux publics de la Commission n'a pas été concluant. Il a été entendu peu après Martin Dumont, qui a témoigné à huis clos au mois d'août.

Selon Marc Deschamps, l'ancien trésorier d'Union Montréal, c'est ce à quoi Gérald Tremblay faisait allusion quand il a soutenu qu'il avait «prêté serment» devant des officiers de justice et qu'il ne pouvait, par conséquent, divulguer la teneur de ces échanges.

Comme l'a fait M. Tremblay lundi soir, M. Deschamps a nié catégoriquement les allégations de Martin Dumont. Devant la Commission, ce dernier a soutenu que le maire Gérald Tremblay était au courant du financement illégal à grande échelle qui avait cours dans sa formation et qu'il a délibérément choisi de l'ignorer. Pour illustrer son propos, il a rappelé une rencontre en marge d'une élection complémentaire dans Saint-Laurent, en 2004. M. Deschamps lui aurait expliqué que le parti «avait un budget officiel et un budget officieux» pour contourner les plafonds de dépenses. «Quand Marc Deschamps a sorti la feuille, c'est à ce moment-là que le maire Gérald Tremblay s'est levé et a dit: Moi, je n'ai pas à savoir ça», a déclaré M. Dumont dans son témoignage.

«Cette rencontre-là n'a jamais eu lieu, M. Tremblay l'a dit. C'est aussi ma position, mais je n'ai pas la même tribune pour le dire, a souligné M. Deschamps. C'est ma réputation qui est en jeu, je voudrais avoir la même tribune (que M. Dumont) pour la défendre.» M. Deschamps souligne qu'il a demandé à témoigner devant la commission Charbonneau, une demande restée sans réponse jusqu'ici.

La semaine dernière, M. Tremblay a affirmé à de nombreuses reprises qu'il avait des explications convaincantes à donner pour se disculper devant les révélations faites chaque jour devant la Commission. Il refuse toutefois de les exposer ailleurs que devant les commissaires.

«Je souhaite ardemment avoir l'opportunité d'expliquer tout ce que nous avons fait comme administration et tout ce que j'ai fait personnellement depuis 2001, mais vous conviendrez que je ne peux pas le faire aujourd'hui, avait-il affirmé. Quand on prend des engagements sous serment, on n'a pas le droit de trahir ce serment.»

Mardi, à mots couverts, la première ministre Pauline Marois a semblé déplorer le traitement réservé au maire par la commission Charbonneau, qui a donné une tribune à Martin Dumont sans permettre à Gérald Tremblay d'être entendu.

«C'est son intégrité qui est en cause, a-t-elle dit. Et il mérite comme n'importe quel citoyen d'être d'abord considéré comme innocent tant que rien n'a été prouvé quant à sa culpabilité.»

Mardi, le ministre Bernard Drainville a voulu prendre du recul avant de prêter foi aux révélations de M. Dumont: «Il y a eu des témoignages, des histoires de veston qui ne ferme pas ou de coffre-fort rempli à craquer. Mais avant de tenir pour acquises toutes ces révélations, on va laisser la Commission continuer à faire son travail.»

- Avec la collaboration de Tommy Chouinard

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer