Financement illégal: Gérald Tremblay veut témoigner

Partager

Gérald Tremblay savait que son parti tenait une comptabilité secrète, à l'époque où les entrepreneurs en construction inondaient la formation d'enveloppes brunes dans les circonstances les plus loufoques, selon ce qu'a raconté un ex-organisateur politique à la commission Charbonneau ce matin.

Union Montréal a immédiatement demandé de faire entendre Gérald Tremblay, ainsi qu'un représentant officiel du parti et un directeur administratif, afin de "rectifier" certains faits le plus vite possible. La formation devra obtenir l'autorisation de la commission pour le faire. La réponse devrait venir sous peu.

L'ex-organisateur Martin Dumont a raconté qu'à l'occasion d'une élection partielle dans Saint-Laurent, en 2004, l'agent officiel d'Union Montréal, en présence du maire, lui avait expliqué qu'il existait une comptabilité «officielle» des dépenses du parti et une «officieuse». Ce système permettait de ne pas dépasser la limite de dépenses permises, selon l'agent officiel.

Le maire Gérald Tremblay s'est alors levé pour quitter la réunion. «Je n'ai pas à savoir ça», a-t-il dit, selon le témoin.

Martin Dumont dit que, selon les documents qu'on lui a montrés, à deux semaines du scrutin, la première comptabilité totalisait environ 43 000$ et la seconde, environ 90 000$.

Il a aussi expliqué que le maire avait souvent des réunions avec Bernard Trépanier, responsable du financement du parti, qui collectait selon lui les contributions occultes.

M. Dumont a longuement relaté les circonstances loufoques dans lesquelles Union Montréal recevait certaines enveloppes d'argent.

Lors d'une activité de financement dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, l'entrepreneur en construction Nicolo Milioto a invité Dumont à l'accompagner aux toilettes. «Viens pisser avec moi», a-t-il insisté en lui prenant le bras. Rappelons que Milioto, proche du clan Rizzuto et dirigeant de l'entreprise Mivela, a été décrit comme un intermédiaire entre la mafia et l'industrie de la construction.

«Place-toi devant ton urinoir, je vais me placer devant le mien», aurait dit Milioto avant de lui remettre 10 000$ comptant.

Dumont dit avoir remis l'enveloppe à Bernard Trépanier. À deux autres reprises pendant la soirée, des entrepreneurs l'ont invité à les accompagner aux toilettes.

«Je leur ai dit qu'ils pouvaient y aller avec M. Trépanier», a raconté le témoin, qui s'est montré mal à l'aise devant cette façon de faire. «Je ne pensais pas que ça faisait partie de mes fonctions», a-t-il expliqué.

À la fin de la soirée, avant la prise d'une photo, Trépanier lui aurait confié qu'il avait du mal à fermer son veston parce qu'il était trop plein d'enveloppes.

À une autre occasion, M. Trépanier lui a demandé d'aller au restaurant Onyx, propriété de Tony Accurso, à Laval, afin que ce dernier lui remette 50 000 «documents» pour un cocktail de financement qui était pourtant déjà passé.

Devant l'incompréhension de Dumont, Trépanier lui aurait fait comprendre qu'il s'agissait en fait d'un don de 50 000 $. Dumont ne voulait pas participer à ce manège, et Trépanier s'en est finalement chargé lui-même, a raconté le témoin.

M. Dumont a aussi raconté en détail le manège qu'il a pu observer à la permanence d'Union Montréal lorsque des cadres de firmes de génie venaient rendre visite à Bernard Trépanier, dans le bureau où trônait un coffre-fort qu'on avait eu du mal à fermer tant il débordait de liasses d'argent.

«C'était toujours le même processus: la porte qui se ferme, les stores verticaux qui se ferment», a expliqué le témoin.

Il a vu défiler un dirigeant de SNC-Lavalin, un autre du Groupe Séguin (devenu aujourd'hui Génius) , un de BPR, un de Cima+, un de Dessau, un du Groupe Roche. Le patron du Groupe SM, Bernard Poulin, y est aussi venu à au moins cinq reprises pendant que M. Dumont était là.

Le témoin a dit ignorer ce qui se passait derrière la porte close de Bernard Trépanier. La commissaire Charbonneau a souligné qu'il devait bien s'en douter, après avoir aidé à fermer la porte du coffre-fort qui débordait d'argent.

Menacé d'être coulé dans le béton

Si Nicolo Milioto se montrait généreux avec le parti, il n'acceptait pas facilement qu'on pose des questions sur le prix qu'il facturait à la Ville pour refaire les trottoirs, selon Dumont.

La voix étranglée par l'émotion, au bord des larmes, le témoin a raconté comment il a été menacé, en 2006, après qu'il fut devenu chef de cabinet du maire de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Cosmo Maciocia.

Dumont avait remarqué que Mivela, la compagnie de Milioto, facturait 100 000$ de plus que le prix d'un autre contrat de réfection en tout point semblable. Il a donc posé des questions au directeur des travaux publics et à l'ingénieur en chef de l'arrondissement, qui n'ont pas eu de réponse à lui offrir.

C'est Milioto en personne qui s'est présenté à son bureau dans les 48 heures suivantes. Il a demandé à lui parler seul à seul.

«Tu sais, Martin, mes fondations de trottoir sont très épaisses et très profondes. Il ne faudrait pas que tu te retrouves dans mes fondations de trottoir», aurait-il dit.

Martin Dumont dit ne jamais avoir dénoncé cette menace.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer