L'arme abandonnée par Bissonnette: un modèle inspiré de l'AK-47

L'arme longue enrayée qu'Alexandre Bissonnette a abandonnée à... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'arme longue enrayée qu'Alexandre Bissonnette a abandonnée à la Grande Mosquée de Québec est une version civile du fusil d'assaut tchèque VZ58, une arme automatique fortement inspirée de l'AK-47 utilisé par les forces russes.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arme longue enrayée qu'Alexandre Bissonnette a abandonnée à la Grande Mosquée de Québec est une version civile du fusil d'assaut tchèque VZ58, une arme automatique fortement inspirée de l'AK-47 utilisé par les forces russes.

Le modèle que possédait Bissonnette - le SZA SA VZ58 Sporter 223 - est une arme non restreinte au Canada. N'importe quel titulaire d'un permis de possession et d'acquisition d'arme (PPA) peut en acheter un et l'utiliser, notamment pour la chasse sportive. Sa cadence de tir semi-automatique permet à son utilisateur de tirer un coup chaque fois qu'il actionne la gâchette, sans avoir à recharger l'arme. Son mécanisme ne permet toutefois pas de tirer des rafales en laissant le doigt sur la détente.

La version que possédait Bissonnette tirait des balles de calibre 223 (ou 5,56 x 45 mm), identiques aux cartouches utilisées notamment avec les carabines semi-automatiques controversées AR-15.

Ses balles sont de plus petit calibre que celles de la VZ58 tchèque, mais de plus forte vélocité, ce qui leur donne un pouvoir destructeur comparable.

Une autre version civile de la VZ58, appelée CZ858 Tactical, est en voie d'être prohibée au Canada par le projet de loi C-71. C'est l'arme qu'a utilisée Richard Bain lors de son attentat au Métropolis. Ce fusil de calibre identique à celui de l'AK-47 a un mécanisme très semblable à celui de l'arme utilisée par Bissonnette.

UN CHARGEUR PROHIBÉ AU CANADA

Les notes d'enquête rendues publiques hier révèlent que Bissonnette avait équipé son arme d'un chargeur de 30 balles. Ceux-ci sont prohibés au Canada. La loi oblige les fabricants d'armes à fournir des chargeurs limités à cinq balles pour la plupart des carabines semi-automatiques vendues au pays. Les propriétaires d'armes n'ont pas le droit de les modifier pour en augmenter la capacité.

Les policiers ont compté 28 balles dans le chargeur. Une autre cartouche qui se trouvait dans la chambre du canon avait été percutée, mais la balle n'est pas sortie de l'arme, ce qui a vraisemblablement provoqué son enrayage.

Les policiers ont trouvé plus tard un autre chargeur semblable dans la voiture de Bissonnette, à côté d'un sac de chips au vinaigre. Il contenait 29 balles.

Constatant l'enrayage de son arme longue, Bissonnette l'a abandonnée et s'est plutôt servi d'un pistolet Glock 9 mm, semblable à ceux utilisés par plusieurs corps policiers.

Il avait en tout une cinquantaine de balles réparties dans cinq chargeurs. Il en a tiré 48.

Les policiers ont trouvé chez ses parents un pistolet SIG Sauer et quatre autres armes longues qui s'apparentent davantage à des armes de chasse, mais dont certaines avaient une apparence militaire.

- Avec Gabriel Béland, La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer