Michael Zehaf Bibeau: de petit délinquant à pratiquant radical

L'intervention de la police et d'ambulanciers devant le... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'intervention de la police et d'ambulanciers devant le Parlement hier.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Ottawa

Actualité

Attentat à Ottawa

Le 22 octobre 2014, des coups de feu ont été tirés sur la colline parlementaire, à Ottawa. »

L'homme qui a semé la terreur à Ottawa hier et tué un jeune militaire canadien a grandi dans la région de Montréal, où il était connu de la police comme un petit délinquant sans envergure.

La police devant la maison des parents du... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

La police devant la maison des parents du tireur de la fusillade d'Ottawa.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Des images de l'attentat au Parlement sur la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Des images de l'attentat au Parlement sur la télévision des parents du tireur.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Contrairement à Martin Couture-Rouleau, auteur de l'attentat de Saint-Jean-sur-Richelieu, Michael Zehaf Bibeau, 32 ans, fils d'une fonctionnaire et d'un commerçant, n'a apparemment pas laissé de traces de son fanatisme sur l'internet. Pas de page Facebook prônant la violence. Son compte Twitter ne fait pas l'apologie du djihad.

Hier après-midi, après que son nom eut été rendu public, des photos qu'on prétendait être de lui ont circulé sur les réseaux sociaux. Sur l'une d'entre elles, on voit un homme aux longs cheveux noirs, le visage couvert d'un foulard et tenant une arme longue. Des djihadistes n'ont pas tardé à se réjouir de l'attentat sur l'internet, affirmant que le Canada devait s'attendre à des représailles pour s'être engagé dans l'offensive militaire contre le groupe armé État islamique.

Selon nos informations, comme Martin Couture-Rouleau, les autorités se sont assurées que Zehaf Bibeau n'ait pas de passeport pour quitter le pays. Nos sources n'ont toutefois pas confirmé que son nom figurait sur une liste de 80 individus surveillés par l'équipe intégrée de lutte contre le terrorisme. En revanche, il était considéré comme un pratiquant radical.

Un petit délinquant

Peu d'informations ont filtré sur le passé du jeune Québécois.

Il est né le 16 octobre 1982. En 1995, ses parents ont fait une demande au directeur de l'État civil, probablement pour un changement de nom. Ce serait donc à l'âge de 13 ans qu'il est officiellement devenu Michael Zehaf Bibeau. Nous ne savons pas si c'est parce qu'il a été adopté.

On sait qu'il a fait une partie de son secondaire au Collège Laval, où un ancien camarade de classe se souvient de lui comme d'un garçon éminemment sympathique et drôle, qui était « dans la gang des potteux plus que dans la gang des sportifs ».

Sur une photo de classe prise en 1997, alors qu'il était en troisième secondaire, on voit un adolescent souriant et joufflu. « Il fumait déjà du pot à l'époque et prenait même de l'acide », raconte un ancien élève de la même école.

Dans les années suivantes, M. Zehaf Bibeau a eu de nombreux démêlés avec la justice pour des affaires de possession de drogue, de conduite avec les facultés affaiblies, de possession de carte de crédit falsifiée ou clonée, de voies de faits et de vol qualifié. Il a d'ailleurs écopé de quelques peines de prison au début des années 2000. Il vivait toujours à Montréal à cette époque.

En 2011, il a refait surface à Vancouver, où il a été accusé de vol. Il a évité un procès en plaidant coupable à une accusation réduite d'avoir proféré des menaces. Il a passé un peu plus de deux mois en détention avant d'être remis en liberté.

Selon des sources policières, l'homme se serait ensuite établi en Ontario.

Michael Zehaf Bibeau est le fils d'une Franco-Manitobaine, Susan Bibeau, et d'un immigré libyen, Bulgasem Zehaf.

Ironiquement, sa mère est une haute fonctionnaire du gouvernement canadien qu'il a attaqué hier. Selon nos informations, elle serait la vice-présidente de la Section de l'immigration de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada. Il n'a pas été possible de la joindre, hier, pas plus que son père.

Des sources indiquent que Mme Bibeau serait actuellement de passage à Vancouver.

La maison familiale de la rue René-Bauset, dans le nord de Montréal, où le suspect abattu aurait déjà vécu, semblait vide en fin d'après-midi.

Des voisins ont toutefois affirmé avoir vu Bulgasem Zehaf plus tôt dans la journée.

En soirée, des policiers du Service de police de Montréal sont allés frapper à la porte. Ils sont repartis bredouilles. Selon nos informations, la GRC était aussi à la recherche des parents du suspect et planifiait une visite sur la rue René-Bauset.

Un loup solitaire

Hier, des sources policières ont aussi confié à La Presse que Zehaf Bibeau était un « loup solitaire », un être psychologiquement instable faisant penser à Martin Couture-Rouleau.

Zehaf Bibeau « a le même profil de gars qui a des problèmes personnels », nous ont confié ces sources.

Une voisine des parents de Zehaf Bibeau a raconté que le jeune homme venait régulièrement visiter la famille, il y a quelques années. « Il arrivait dans une voiture de luxe et il portait des habits traditionnels musulmans », a dit la femme. Une autre voisine a raconté que le présumé tireur se serait récemment brouillé avec sa famille.

- Avec Marie-Michèle Sioui, Philippe Tesceira-Lessard, Audrey Ruel-Manseau, Daniel Renaud et Vincent Larouche

Le tireur Michael Zehaf-Bibeau... (Photo tirée d'un livre d'école du Collège Laval en septembre ou octobre 1997) - image 2.0

Agrandir

Le tireur Michael Zehaf-Bibeau

Photo tirée d'un livre d'école du Collège Laval en septembre ou octobre 1997

Le parcours de Michael Zehaf-Bibeau

16 octobre 1982 - Naissance de Michael Joseph Hall

15 juillet 1989 - Mariage de Susan Bibeau et de Bulgasem Zehaf, à Laval

14 décembre 1995 - Michael Joseph Hall adopte le nom de Michael Zehaf Bibeau avec le consentement de ses parents.

Année scolaire 1997-1998 - Alors en 3e secondaire, Michael Zehaf Bibeau passe une année au Collège Laval, un établissement privé de l'île Jésus

Novembre 2001 - Âgé de 19 ans, Zehaf Bibeau commet ses premières infractions : possession d'une carte de crédit falsifiée à Montréal et conduite avec les facultés affaiblies à Mont-Tremblant. Il obtiendra une absolution inconditionnelle pour la première et une amende de 600 $ pour la seconde.

Mars 2003 - Il est arrêté pour utilisation d'une arme dans un dessein dangereux, vol qualifié et recel à Saint-Jérôme. Il écopera de neuf mois de prison.

Février 2004 - Il est arrêté pour possession de marijuana et de PCP, une drogue chimique. Il sera condamné à 60 jours de prison.

Juin 2005 - Il est arrêté pour possession de marijuana à Montréal. Il écopera d'une amende de 200 $.

Janvier 2006 - Il est arrêté pour possession de marijuana. Il obtiendra une absolution inconditionnelle.

Février 2012 - Il est condamné à deux mois de prison pour menaces dans la foulée d'un vol commis à Vancouver.

22 octobre 2014 - Les autorités le désignent comme le tireur qui a tué le caporal Nathan Cirillo au Monument commémoratif de guerre du Canada et qui a ouvert le feu à plusieurs reprises dans l'édifice du Parlement, avant d'être abattu par le sergent d'armes Kevin Vickers.

- Sylvain Larocque

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer