Attentat au Parlement: le récit des événements

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Ottawa

Actualité

Attentat à Ottawa

Le 22 octobre 2014, des coups de feu ont été tirés sur la colline parlementaire, à Ottawa. »

Louise Leduc
La Presse

Crise à Ottawa : deux fusillades, d'abord au Monument commémoratif de guerre, près du Parlement puis à l'hôtel du Parlement, sont survenues en matinée, peu après 9h30, mercredi. Un soldat des Forces armées canadiennes est mort, trois personnes ont été blessées et un suspect a été abattu par les services de sécurité du parlement.

Une femme a porté assistance au soldat atteint... (PHOTO WAYNE CUDDINGTON/POSTMEDIA NEWS) - image 1.0

Agrandir

Une femme a porté assistance au soldat atteint par balle.

PHOTO WAYNE CUDDINGTON/POSTMEDIA NEWS

>>> Vos réactions

Selon le réseau américain CBS, qui cite des sources des autorités américaines, le nom du suspect abattu serait Michael Zehaf Bibeau, un Montréalais né au Canada en 1982.

Toutes les bases militaires au pays ont été fermées aux visiteurs et les membres des Forces armées canadiennes ont reçu l'ordre de ne plus sortir en public en uniforme, à moins qu'ils ne soient en fonction.

>>> Plus de détails sur les victimes

>>> Plus de détails sur le tireur

Le groupe tactique de la GRC a été... (Photo Reuters) - image 3.0

Agrandir

Le groupe tactique de la GRC a été déployé au Parlement.

Photo Reuters

Des policiers de l'équipe tactique et des militaires ont été déployés à divers endroits d'Ottawa jusqu'en soirée, mercredi. Un nouvel avis de sécurité rendu public en soirée a enjoint les gens qui se trouvaient au centre-ville à rester à leur emplacement actuel.

Sept édifices d'Ottawa - où se trouvent notamment des bureaux de députés - furent sous le coup d'un ordre de confinement, avant que l'alerte ne soit finalement levée. 

Stephen Harper en sécurité

Le premier ministre, qui a été évacué de la colline parlementaire, s'est entretenu avec Thomas Mulcair, chef de l'Opposition officielle et Justin Trudeau, chef du Parti libéral.

Le premier ministre s'est dit heureux que M. Mulcair et M. Trudeau soient sains et saufs et a réitéré l'importance que le gouvernement et le Parlement continuent à fonctionner, tout en condamnant cette «attaque méprisable». 

Selon ce qui aurait été confirmé au Toronto Sun, le premier ministre était en réunion avec Julian Fantino, le ministre des Anciens combattants, quand les coups de feu ont été entendus au parlement.

Du personnel politique et des journalistes ont dû se mettre à l'abri, à la demande des forces de l'ordre.

La police d'Ottawa demande aux citoyens de se garder d'aller au centre-ville, où l'enquête était toujours en cours mercredi soir.

Crise à Ottawa : deux fusillades, d'abord au Monument commémoratif... (Photo PC) - image 4.0

Agrandir

Photo PC

Des réactions immédiates

À Québec, la sécurité a été renforcée autour de l'Assemblée nationale, où les parlementaires ont décidé de poursuivre les travaux pour ne pas céder devant la terreur. Aucun visiteur ne pouvait pénétrer dans le bâtiment dans l'après-midi.

À Montréal, le maire, Denis Coderre, a indiqué que des policiers étaient déployés à des endroits stratégiques de la ville et que l'hôtel de ville, encerclé par une dizaine de voitures de police, serait bouclé jusqu'à nouvel ordre. La direction de la Société de transport de Montréal se penche sur les directives données par la sécurité nationale. 

À Queen's Park, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne a dit «refuser de se taire» devant cette attaque contre la démocratie. Les travaux se poursuivent. 

À Washington, le président Barack Obama est tenu informé de l'évolution de la situation. La Maison-Blanche a déclaré que le président Obama a condamné «ces attaques odieuses», en plus de réaffirmer l'alliance et l'amitié entre le Canada et les États-Unis.   

Sur Twitter, le premier ministre britannique, David Cameron, a offert «son soutien entier au peuple canadien».

Plusieurs coups de feu

Ève Peclet, députée du NPD, compte parmi les politiciens qui ont été placés dans un local sécurisé dès le début de la fusillade. 

« On a entendu un gros bang, un peu comme de la construction. Ensuite, plusieurs bruits sourds qui allaient de plus en plus vite et qui se rapprochaient. «Quand un agent de sécurité est entré dans la salle du caucus pour nous aider à barricader les portes, les gens ont compris. L'agent a dit : « Restez loin des portes! »

On a compris que ce n'était pas de la construction. Tout le monde s'est caché en dessous des tables. Il y a des gens qui ont aidé à barricader les portes.»

« On a reçu la consigne de rester loin des fenêtres, ajoute pour sa part Karl Bélanger, secrétaire principal du chef de l'opposition. On a tiré les bureaux et les stores pour assurer de ne pas être a la vue d'un tireur potentiel.

« J'ai appelé ma femme pour pas qu'elle l'apprenne par les médias, pour lui dire que j'étais en sécurité. »

Un député libéral, John Mackay, a raconté qu'un suspect avait tiré environ 10 coups de feu dans le parlement. Les députés et parlementaires, qui étaient réunis en caucus, ont été évacués par les portes arrières des salles. Une bibliothécaire a décrit le suspect comme portant un capuchon. Il aurait marché le long du hall d'honneur avec un fusil de chasse bien visible.Cette tragédie, «ça change tout», a laissé tomber M. MacKay.

«Je ne suis pas sûre de ce qui se passe»

«Nous sommes évacués du Parlement. Ça sent la poudre à fusil dans les corridors», indiquait le député de Vancouver Don Davis sur Twitter en matinée.

«Il y a eu tellement de coups de feu. Je suis en sécurité, mais je ne suis pas certaine de ce qui se passe», affirmait pour sa part la députée néo-démocrate Peggy Nash sur le même réseau.

Vers 10h45, une policière a fait bouger la foule près du Monument aux morts en disant: «There's an active shooter. If you want to die, stay there. If you want to live, move» [Il y a un tireur actif. Si vous voulez mourir, restez ici. Si vous voulez vivre, bougez].

Tous les gens présents à l'Université d'Ottawa, situé à cinq minutes de marche du parlement, ont été invités à rester à l'intérieur des murs de l'université.

- Avec Hugo De Grandpré, Martin Croteau, Pierre-André Normandin, Judith Lachapelle, Daphné Cameron, Catherine Handfield, Gabrielle Duchaine et Sara Champagne

Chronologie des événements

9 h 52

- La police d'Ottawa affirme avoir reçu des informations sur un militaire atteint par balle au Monument commémoratif de guerre.

9 h 54

- Le journaliste Josh Wingrove du Globe and Mail affirme sur Twitter avoir entendu des coups de feu à l'intérieur de l'édifice du Centre du parlement. Dans un autre message deux minutes plus tard, il rapporte avoir entendu des dizaines de coups de feu et avoir vu un corps sur le plancher à l'extérieur de la bibliothèque du parlement.

10 h 25

- Alors que la nouvelle des fusillades déferle sur Internet et domine les bulletins à la télévision au Canada et dans le monde, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) fait sa première déclaration publique, sur Twitter, demandant au public de se tenir à l'écart de la colline du parlement «en raison d'une intervention policière en cours». Le public est ensuite appelé à éviter les «fenêtres et les toits» au centre-ville d'Ottawa.

11 h à 14 h

- La police d'Ottawa annonce sur Twitter qu'elle a bouclé tous ses postes et qu'elle n'offrira pas de services au public durant l'enquête sur les fusillades.

- Peu après, un communiqué indique que les agents «enquêtent sur plusieurs échanges de feu au centre-ville d'Ottawa».

- Politiciens, journalistes et employés sur la colline du parlement et résidants au centre-ville d'Ottawa sont largement contraints de demeurer dans des endroits bouclés ou d'évacuer certains secteurs, alors qu'un nombre croissant de policiers recherchent un ou plusieurs suspects.

- Une partie de la Ligue nationale de hockey entre les Sénateurs d'Ottawa et les Maple Leafs de Toronto, prévue mercredi soir, à Ottawa, est reportée.

- L'Assemblée nationale à Québec et l'Assemblée législative au Nouveau-Brunswick cessent aussitôt leurs activités, tandis que d'autres édifices gouvernementaux provinciaux restreignent l'accès du public ou augmentent la sécurité.

- Le département d'État américain affirme limiter les mouvements du personnel à l'ambassade américaine à Ottawa, qui est située près de la colline du Parlement.

- La police d'Ottawa confirme que le soldat est mort, tout comme le suspect armé. «Il s'agit d'une opération policière en cours, et personne n'a été arrêté à ce moment», indique la police. Une information préliminaire sur un incident au Centre Rideau est réfutée comme ayant été inexacte.

14 h à 16 h

- En conférence de presse, la police refuse de dire si elle estime qu'un deuxième tireur est impliqué et toujours en fuite. Elle affirme que l'enquête se poursuit et demande aux résidants d'Ottawa de demeurer aux aguets pour tout élément suspect.

- Le bureau du premier ministre Stephen Harper publie un communiqué dans lequel M. Harper qualifie les fusillades d'«attaque méprisable».

- La Maison-Blanche relate un appel entre le président américain Barack Obama et M. Harper. M. Obama condamne des «attaques odieuses» et offre son aide au Canada en réponse aux fusillades.

- Certains édifices dans le centre-ville d'Ottawa, incluant le Centre Rideau, ne sont plus bouclés et les gens sont autorisés à retourner à leur domicile.

17 h  à 18 h 30

- La police d'Ottawa affirme que son «périmètre de sécurité» a été réduit en superficie. Des résidants dans le secteur sont tout de même appelés à demeurer à l'intérieur jusqu'à nouvel ordre.

-  Le soldat tombé sous les balles du tireur est identifié: il s'agit de Nathan Frank Cirillo, âgé de 24 ans, membre de la garnison des Argyll & Sutherland Highlanders du Canada, à Hamilton.

-  Le nom du tireur abattu au parlement est confirmé par lea autorités fédérales: il s'agit de Michael Zehaf Bibeau, 32 ans.

18 h 30 à 20 h 15

- La police d'Ottawa réélargit le périmètre de sécurité dans certains secteurs de la ville, à la recherche d'un possible second suspect

20 h 15

- Le premier ministre Stephen Harper prononce une allocution dans laquelle il affirme que «le Canada ne se laissera pas intimider par des attentats comme celui survenu mercredi au parlement». Son discours est suivi de celui du chef de l'opposition Thomas Mulcair.

20 h 25

- Levée du périmètre de sécurité dans le centre-ville d'Ottawa.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer