• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Umiujaq: pas d'enquête sur des blessures graves infligées par la police 
Exclusif

Umiujaq: pas d'enquête sur des blessures graves infligées par la police

Le Corps de police régional Kativik limite les... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Corps de police régional Kativik limite les informations diffusées au sujet de Maina Aculiak parce qu'une plainte en déontologie a été déposée par un témoin.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

(Umiujaq et Montréal) La police des polices a refusé d'ouvrir une enquête sur une femme inuite dont un poumon a été perforé, des organes vitaux ont été lacérés et plusieurs os cassés lorsqu'elle a été volontairement frappée par une camionnette de police, en avril, a appris La Presse.

L'organisation a jugé que «l'information portée à sa connaissance ne rencontrait pas la définition» du terme «blessures graves».

Après avoir été évacuée par avion, Maina Aculiak a passé un mois aux soins intensifs dans la foulée de la brutale intervention survenue début avril dans le village nordique d'Umiujaq. La femme de 48 ans, petite et menue, a d'abord été intubée, puis a reçu de l'oxygène par un trou percé dans sa gorge par les médecins. Elle est sortie de l'hôpital il y a une dizaine de jours et se trouve maintenant dans un centre de réadaptation montréalais.

Selon le traumatologue qui l'a soignée à l'Hôpital général de Montréal, ses blessures répondent triplement aux critères (voir tableau plus bas) pour le déclenchement d'une enquête par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI).

Le Corps de police régional Kativik (CPRK) limite les informations diffusées au sujet de Mme Aculiak parce qu'une plainte en déontologie a été déposée par un témoin. Le BEI refuse de dévoiler l'information reçue du CPRK.

Mme Aculiak, qui a des problèmes de santé mentale, aurait proféré des menaces de mort avant la collision. Selon la police, elle avait un couteau dans la main et se trouvait dans une rue du village. Elle affirme qu'elle n'avait pas l'intention de faire de mal à quiconque.

La proportion de dossiers ouverts par le BEI qui concerne le Grand Nord québécois (et donc des interventions policières qui finissent avec un décès ou des blessures graves) est extrêmement élevée. Alors que la région représente moins de 0,2% de la population du Québec, l'an dernier, plus de 10% des cas la concernaient, avec trois morts et deux blessures graves.

Maina Aculiak et sa famille cherchent maintenant des réponses à leurs questions. «Personne ne m'a expliqué», a-t-elle déploré fin mai, de son lit à l'Hôpital général de Montréal, par la voix d'une interprète. Son conjoint, rencontré à la mi-mai à Umiujaq, a demandé une enquête sur l'intervention.

«J'aimerais en savoir plus. La police n'est jamais venue me voir pour m'expliquer pourquoi. Ils ne sont jamais venus», dit Paul Tookalook, le conjoint de Maina Aculiak.

Maina Aculiak a passé un mois aux soins... (PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE) - image 2.0

Agrandir

Maina Aculiak a passé un mois aux soins intensifs dans la foulée de la brutale intervention survenue début avril dans le village nordique d'Umiujaq.

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

«Ce sont des blessures graves»

Au téléphone, le Dr Jeremy Richard Grushka fait la liste des blessures subies par Mme Aculiak, qui a autorisé La Presse à accéder à son dossier médical : plusieurs côtes cassées, six vertèbres fracturées, bras gauche cassé, hématome à la tête, poumon droit perforé (par les côtes cassées), foie et rein droit lacérés. «Tout ça, c'est l'impact de la voiture», a-t-il dit.

En raison de ses blessures, elle a développé une inflammation des poumons. «Elle a eu beaucoup de difficulté avec la respiration dans les premières 24 heures, alors il a fallu l'intuber», a continué le médecin. «Elle est restée intubée pendant 22 jours» et a contracté une pneumonie pendant ce temps, avant de subir une «trachéotomie et une gastrotomie».

«Ce sont des blessures graves», a évalué sans hésiter le Dr Grushka, soulignant l'hospitalisation de «presque deux mois». Selon le professionnel de la santé, le cas de Mme Aculiak correspond à trois des quatre scénarios où une enquête du BEI est déclenchée à la suite de blessures causées par une intervention policière. Il suffit normalement qu'un seul de ces critères soit rempli pour ouvrir une enquête.

Le médecin estime que Mme Aculiak a été relativement «chanceuse» malgré tout : les blessures qu'elle a subies risquaient d'entraîner des saignements importants, mais qui ne se sont pas avérés. «Ce ne sont pas des blessures qui vont la laisser avec des effets secondaires à vie», a-t-il ajouté.

Des remplaçants

Selon nos informations, ce n'était pas la première fois que Mme Aculiak proférait des menaces de mort. Les policiers qui sont habituellement assignés à Umiujaq savaient comment gérer ses crises et qui appeler en renfort.

Début avril, toutefois, ce sont des remplaçants qui se trouvaient dans le village : ils ne connaissaient pas Mme Aculiak. Deux sources ont aussi confirmé que l'un des policiers impliqués dans l'intervention avait vécu un triple meurtre à l'arme blanche moins d'un an plus tôt dans le village d'Akulivik.

«Lorsque la femme a vu le véhicule de police, elle a commencé à courir en direction d'une maison», a affirmé le CPRK dans une déclaration par écrit. «Les policiers ont intercepté et arrêté la femme afin de prévenir toute blessure à autrui. [...] Les policiers ont fourni les premiers soins sur place et ont demandé l'intervention de professionnels de la santé.»

Selon son conjoint, Paul Tookalook, les problèmes de santé mentale de Mme Aculiak ont été aggravés par une intervention de la protection de la jeunesse il y a quelques années : les services auraient retiré son fils du domicile familial et l'auraient envoyé dans un autre village alors que sa mère n'était pas à la maison. Selon lui, Mme Aculiak a été informée de cette intervention très tardivement, ce qui lui a causé beaucoup de détresse.

***

CRITÈRES GOUVERNEMENTAUX

OUI - Une blessure physique nécessitant une intervention de maintien en vie.

À TITRE D'EXEMPLE : intubation, ventilation assistée, réanimation cardiorespiratoire et contention d'une hémorragie grave.

OUI - Une blessure physique résultant en des conséquences importantes sur les fonctions physiologiques de la personne blessée.

À TITRE D'EXEMPLE : fracture du crâne, perte de conscience et amputation d'un membre.

NON - Une blessure physique ayant des conséquences importantes sur les fonctions motrices de la personne blessée.

À TITRE D'EXEMPLE : une paralysie totale ou partielle des membres ou du tronc.

OUI - Une détérioration de l'état physique de la personne blessée nécessitant une hospitalisation aux soins intensifs.

- D'après le Dr Jeremy Grushka




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer