• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les assauts de l'extrême gauche se multiplient au Québec 

Les assauts de l'extrême gauche se multiplient au Québec

Des anarchistes disent avoir incendié deux voitures de... (Photo tirée de l'Internet)

Agrandir

Des anarchistes disent avoir incendié deux voitures de luxe dans la rue Léa-Roback, dans le quartier Saint-Henri, à Montréal.

Photo tirée de l'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 1 million de dollars de matériel incendié en une nuit, des blessures graves infligées à coups de bouteille et de la machinerie sabotée : les attaques revendiquées par des groupes d'extrême gauche se multiplient depuis quelques mois au Québec, alors que tous les projecteurs sont tournés dans la direction opposée.

La police s'intéresse à une plateforme virtuelle où des anarchistes de tout le Québec se vantent de leurs exploits, a appris La Presse. Le site en question, « Montréal Contre-Information », enseigne aussi comment fabriquer des cocktails Molotov et saboter des oléoducs à la perceuse, et il appelle à profiter des tempêtes de neige majeures pour semer le « chaos social ».

Le site inquiète le Centre de prévention de la radicalisation, qui le compare à un blogue djihadiste, alors qu'un expert en sécurité constate une recrudescence récente des attaques perpétrées par cette mouvance.

Cachée derrière un mur informatique qui préserve l'anonymat de ses gestionnaires, cette plaque tournante de l'extrême gauche recense des dizaines d'attaques parfois inconnues jusqu'à maintenant et qui s'ajoutent au vandalisme à répétition perpétré contre des commerces qualifiés de « bourgeois » installés dans des quartiers populaires.

Des anarchistes y expliquent notamment avoir incendié des installations d'exploration pétrolière dans le Bas-Saint-Laurent en juillet dernier. Selon leur propriétaire, les pertes ont été évaluées à 1,2 million. Un chantier d'Hydro-Québec dans Lanaudière a été la cible de saboteurs en février : 50 000 $ en dommages, selon la société d'État. Un autre communiqué publié sur le même site revendique un « déboulonnage extrême » afin d'affaiblir des pylônes.

Des automobiles ont aussi été visées : des pneus tailladés dans une rue de « propriétaires de condos » en mars dernier et deux autos de luxe incendiées dans Saint-Henri en juillet.

Dans ce dernier cas, le site internet fait directement partie de l'enquête policière, a confirmé en entrevue le commandant Juan Vargas, qui dirige la section des incendies criminels du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

DEUX AGRESSIONS ARMÉES

En plus des dizaines d'attaques contre des bâtiments ou de l'équipement recensées sur cette plateforme, La Presse a appris que deux agressions armées survenues au mois d'août à Montréal - et qui font l'objet d'avis de recherche - étaient liées à l'extrême gauche.

Dans la nuit du 5 au 6 août, un homme aurait été attaqué à sa sortie du Bar L'Astral après avoir discuté de ses opinions politiques d'extrême droite avec son assaillant. Selon nos informations, la police soupçonne notamment un individu actif sur la scène musicale anarchiste, ainsi que deux femmes. « À un certain moment, le suspect prend la victime en encolure et la projette au sol », indique l'avis de recherche du SPVM.

«Pendant que la victime est maintenue dans cette position, les deux femmes la frappent avec un objet contondant, lui infligeant plusieurs lacérations sévères à la tête, à la main gauche, aux jambes et au corps.»

Extrait de l'avis de recherche du SPVM

Puis, dans la nuit du 26 au 27 août, un groupe d'individus a été ciblé dans un bar du Plateau Mont-Royal par des militants « antifascistes ». « Ils sont venus dehors en tentant d'expliquer qu'ils n'étaient pas racistes », explique un communiqué envoyé à « Montréal Contre-Information ». « Après cinq secondes, une bouteille de bière était déjà cassée sur la tête de l'un d'entre eux. » Le texte conclut fièrement : « Disons qu'ils étaient tous en sang et pas mal amochés, trois d'entre eux ont été hospitalisés gravement. » Dans cette affaire, le SPVM recherche deux assaillants armés de bâtons télescopiques et un troisième armé d'une bouteille de bière.

« SIMILAIRE À UN BLOGUE DJIHADISTE »

Selon un expert en sécurité nationale et ex-agent des services de renseignement canadiens, les attaques commises par l'extrême gauche sont actuellement en recrudescence.

« Les statistiques démontrent bien que c'est en augmentation, » a affirmé Michel Juneau-Katsuya en entrevue téléphonique.

«On est aux prises avec une situation où l'extrême gauche fait autant partie du problème que l'extrême droite.»

Michel Juneau-Katsuya,
expert en sécurité nationale et ex-agent des services de renseignement canadiens

« Combien de bombes les islamistes radicaux ont réussi à faire sauter au Canada depuis le 11 septembre 2001 ? Zéro. Combien de bombes ont sauté au Canada depuis le 11 septembre 2001 ? Plus de 30 », a-t-il expliqué, en précisant que la majorité de ces attaques avaient été signées par des groupes d'écologistes ou d'extrême gauche.

De l'avis de Maxime Fiset, du Centre de prévention de la radicalisation, la plateforme « Montréal Contre-Information » est le produit d'un agent de radicalisation. « Il n'y a pas de doute là-dessus », a-t-il affirmé en entrevue téléphonique.

« Ce site centralise les informations destinées aux radicaux. Ils montrent aux radicaux comment employer la violence », a-t-il dénoncé.

M. Fiset n'hésite pas à faire le lien avec la mouvance islamiste. « C'est tout à fait similaire à un blogue djihadiste qui incite à aller en Syrie, a-t-il dit. La différence est dans la motivation idéologique, mais il n'en reste pas moins qu'un agent de radicalisation utilise un site pour inciter des gens à s'engager dans des actes de violence. »

Le ou les gestionnaires du site n'ont pas répondu aux courriels de La Presse. Leur hébergeur, l'entreprise française Gandi.net, n'a pas voulu révéler leur identité à La Presse.

Du côté de la Sûreté du Québec, on indique simplement que les enquêtes concernant ces attaques sont toujours en cours.

Des attentats à répétition

Si les attentats anti-embourgeoisement font la manchette de temps à autre, le contenu du site « Montréal Contre-Information » montre bien que les militants d'extrême gauche revendiquent des attaques un peu partout sur le territoire québécois.

50 000 $ EN DOMMAGES

Le 7 novembre dernier, à Verdun, des assaillants ont cassé la vitrine du magasin d'équipement de sécurité PSP, rue Wellington à Verdun, et ont aspergé la marchandise de peinture bleue. Le commerce « fournit les forces policières », justifient les responsables dans un communiqué publié sur Montréal Contre-Information. « À la suite de la montée de l'extrême droite au Québec, la police a défendu les racistes tout en leur permettant de répandre leur haine. » « Ils ont fait à peu près 50 000 $ de dommages », a expliqué Jason Campoli, copropriétaire, joint par La Presse. C'est son partenaire d'affaires qui a envoyé la lettre de revendication à la police.

DEUX VOITURES DE LUXE INCENDIÉES

Alors que la plupart des communiqués de revendication restent discrets sur le mode opératoire des responsables, les anarchistes qui disent avoir incendié deux voitures de luxe dans la rue Léa-Roback, dans le quartier Saint-Henri, décrivent la marche à suivre en détail, visiblement pour en inspirer d'autres. « Tout le matériel a pu être trouvé dans un magasin de camping », explique le texte. La photo publiée montre bien l'intensité des flammes. « Ne soyez pas surpris qu'on mette le feu à vos démonstrations de privilège éhontées », ajoute le communiqué. En tout, quatre voitures ont été endommagées.

De l'équipement de forage a été incendié en... (Photo tirée de l'Internet) - image 7.0

Agrandir

De l'équipement de forage a été incendié en juillet dernier à Sainte-Jeanne-d'Arc, dans le Bas-Saint-Laurent, faisant 1,2 million en dommages.

Photo tirée de l'Internet

1,2 MILLION  EN DOMMAGES

L'événement était passé inaperçu jusqu'ici, mais de l'équipement de forage a été incendié en juillet dernier à Sainte-Jeanne-d'Arc, dans le Bas-Saint-Laurent, faisant 1,2 million en dommages. L'attaque a eu lieu sur un terrain de la firme d'exploration Squatex, mais l'équipement appartenait à l'entrepreneur Forages de l'Est. « Ils ont signé sur des conteneurs, cette gang de clowns-là », a expliqué le propriétaire de l'entreprise, Jacques Pelletier, sans préciser le nom utilisé. Selon un communiqué de revendication publié sur Montréal Contre-Information, les responsables se sont baptisés « Forces écosocialistes ». M. Pelletier a précisé que les enquêteurs lui auraient fait comprendre qu'en l'absence de témoins, l'enquête risquait d'être ardue.

PNEUS CREVÉS

Le 15 mars dernier, alors que le Québec affrontait une tempête d'une force rarement vue, un groupe d'anarchistes crevait les pneus de « près d'une douzaine de propriétaires de condos ». Le texte ne précise pas dans quel quartier de Montréal les méfaits ont été perpétrés. « Un peu moins de la moitié des voitures garées dans les stationnements des condos que nous avons visités avaient clairement une marque de luxe. Nous avons lacéré les pneus de toutes les voitures. Plusieurs yuppies décident de démontrer leur richesse autrement que par des BMW et des Mercedes », se justifie le groupe.

PYLÔNES AFFAIBLIS ?

La plus spectaculaire des attaques revendiquées sur la plateforme virtuelle date de septembre 2016 : « environ trente pylônes ont été les sujets d'une opération de déboulonnage » afin de les affaiblir, explique le texte accompagné d'une photo de dizaines de boulons et d'une autre de barres de fer. Le tout afin de protester contre une nouvelle ligne à haute tension. « On a ça sur notre radar », a expliqué Geneviève Chouinard, d'Hydro-Québec. Mais on s'interroge à la société d'État : « On n'a pas trouvé de vandalisme sur nos installations et même qu'après l'analyse de la photo, on doute que ce soit des pièces de nos équipements ». Fausse alerte ?

SABOTAGE DE 50 000 $

Dans un communiqué qui relate « des rumeurs » plutôt que de revendiquer directement l'action, des opposants à la construction de cette nouvelle ligne à haute tension affirment que des équipements situés sur un chantier d'Hydro-Québec à Saint-Émélie-de-l'Énergie, dans Lanaudière, ont été sabotés en guise de protestation. Vérification faite, « effectivement, il y a des véhicules qui ont été vandalisés », a expliqué la porte-parole Geneviève Chouinard. « On parle de dommages d'environ 50 000 $. » Ils appartenaient à un entrepreneur travaillant sur un projet de la société d'État. « Il paraît que le sous-contractant d'Hydro-Québec ne pourra prendre sa retraite comme prévu cette année à cause des dommages coûteux sur ses machines », se réjouit le texte.

MYSTÉRIEUX MÉFAIT

Le même communiqué mentionne « un sabotage du canon à neige de la station de ski Val Saint-Côme », toujours dans Lanaudière, toujours sans le revendiquer. « Il semble que les destructeurs de l'environnement n'ont pas de répit », indique le texte. Maxime Legros, directeur de la station, s'est dit surpris par le rapprochement avec l'extrême gauche. « Nous, on croyait plutôt que ça pouvait venir d'anciens employés ou d'employés insatisfaits », a-t-il dit, indiquant que les dommages étaient si importants que l'ouverture complète de la station a dû être retardée de 11 jours l'hiver dernier. Il estime les dommages totaux à 75 000 $.

PROJET MONTRÉAL ATTAQUÉ

Les restaurants et les épiceries fines ne sont pas les seuls à faire les frais de la lutte anti-embourgeoisement. Un groupe se vante d'avoir attaqué les bureaux de Projet Montréal dans Saint-Henri, le 19 mai dernier. « On s'était fait lancer deux ou trois roches, une dans le logo et une dans la vitrine à l'avant », a confirmé Youssef Amane, responsable des communications de la formation politique. Projet Montréal joue un rôle « dans la gentrification du quartier en sortant l'argument de la mixité sociale », dénoncent les auteurs de l'attaque. Le même soir, un supermarché IGA du coin a aussi été attaqué (« la bouffe y est trop chère »), tout comme un restaurant.

ATTAQUE À L'EXTINCTEUR

L'attaque à la peinture semble un modus operandi prisé des anarchistes. Au début du mois de juillet, des militants se sont vantés d'avoir coloré un train de VIA Rail en marche parce que sa locomotive arborait les couleurs du 150e anniversaire du Canada. Une vidéo diffusée sur la plateforme montre deux individus s'approchant de la voie ferrée et activant des extincteurs remplis de peinture. « Le Canada essaie de blanchir 150 années de violence coloniale », explique leur texte de revendication.

SABOTAGE DE MACHINERIE LOURDE

En août, la plateforme a diffusé un communiqué revendiquant le « sabotage de machinerie lourde » sur un terrain vague d'Hochelaga-Maisonneuve où est planifié un agrandissement du port de Montréal. « Trois machines ont été sabotées de plusieurs manières - des filtres à air ont été enlevés, des réservoirs d'antigel et d'essence ont été contaminés, d'autres réservoirs de fluides ont été vidés et des câbles électriques cachés ont été déconnectés », explique le texte. C'est l'entreprise Ray-Mont Logistics qui doit s'installer sur le terrain, mais elle fait face à une opposition citoyenne. L'entreprise n'a toutefois pas rappelé La Presse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer