• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Le Centre de prévention de la radicalisation visé par l'extrême droite 
Exclusif

Le Centre de prévention de la radicalisation visé par l'extrême droite

Herman Deparice-Okomba, directeur du Centre de prévention de la radicalisation... (Photo archives La Presse canadienne)

Agrandir

Herman Deparice-Okomba, directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence

Photo archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir annoncé son intention d'ouvrir un bureau à Québec en raison de la visibilité accrue des groupes d'extrême droite, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence a reçu des messages d'intimidation, dont le dernier porté à son attention est à ce point jugé sérieux que son directeur Herman Deparice-Okomba compte porter plainte à la police.

«Pour l'ouverture d'un de ces centres à Québec, après il ne manquera plus qu'un bidon d'essence et une allumette question de bien se marrer», a écrit un homme sous le pseudonyme de Raf Stomper, alors qu'il partageait un message de la page Facebook du groupe Bienvenue aux réfugiés.es - Ville de Québec, le 20 juin dernier.

Stomper réagissait ainsi à une entrevue accordée par le maire de Québec, Régis Labeaume, rapportée sur ladite page, dans laquelle il manifestait son opposition au projet d'ouverture d'un bureau du Centre de prévention de la radicalisation dans la Vieille Capitale.

« Cette personne [Stomper] a déjà fait des menaces à mon personnel sur l'internet. Ce n'est pas la première fois qu'il intimide des membres de notre équipe », a indiqué M. Deparice-Okomba en entrevue à La Presse. «Cette fois-ci, ça va trop loin. La menace est directe. Sans ambiguïté.»

Raf Stomper - de son véritable nom Raphaël Lévesque - est le chanteur du groupe Légitime Violence, un groupe de musique ultranationaliste de Québec dont les paroles incitent à la violence.

Légitime Violence partage des liens étroits avec Atalante Québec - un autre groupe d'extrême droite qui a installé des bannières anti-immigration plus tôt ce mois-ci et qui a le projet d'ouvrir son propre club de boxe «identitaire» baptisé «La Phalange» -, toujours à Québec. La police de Québec a d'ailleurs indiqué la semaine dernière qu'elle ouvrait une enquête en raison du caractère haineux de ces bannières.

Sur la photo du profil Facebook de Raphaël Lévesque, alias Raf Stomper, on peut voir le logo de ce «fight club». Il y indique qu'il aime la musique et qu'il déteste les antifas - des militants antifascistes issus de divers courants de gauche qui luttent contre les positions d'extrême droite.

Le Centre de prévention de la radicalisation veut... (IMAGE TIRÉE DE FACEBOOK) - image 2.0

Agrandir

Le Centre de prévention de la radicalisation veut porter plainte à la police pour dénoncer ce message publié sur Facebook.

IMAGE TIRÉE DE FACEBOOK

«Un comportement criminel»

«C'est le problème avec ces groupes [d'extrême droite]. Ils font des menaces de ce genre et après ils disent qu'ils ne sont pas violents. C'est un comportement criminel d'appeler à incendier un lieu. Comment pensez-vous que mon équipe se sent? demande M. Deparice-Okomba. On offre un milieu de travail sécuritaire, mais il faut être prudent. Les sympathisants de ces groupes ont la mèche facile.»

Le message date de juin, mais il a été porté à l'attention du Centre seulement le week-end dernier. M. Deparice-Okomba, dont deux employés travaillent à temps plein à Québec depuis un an même si le Centre n'y a pas encore de bureau permanent, a contacté ses employés pour les avertir de la menace et leur demander d'accroître leur vigilance. Il prévoit entrer en contact avec la police de Québec pour déposer sa plainte cette semaine.

Le message semble avoir été effacé depuis, selon des recherches effectuées par La Presse.

«Je ne me ferai pas intimider par qui que ce soit. Aucun membre ni partenaire du Centre ne mérite de se faire intimider par soi-disant des gens qui défendent une cause qui, selon eux, est juste. On n'est pas dans une société où l'intimidation est tolérée», dit M. Deparice-Okomba.

Le Centre de prévention de la radicalisation connaît une hausse considérable d'appels liés à l'extrême droite et aux incidents haineux depuis deux ans. Alors qu'il en avait reçu 52 en 2016, le Centre en dénombre déjà 183 dans les neuf premiers mois de l'année (sur 802 appels au total). De ce nombre, plus de la moitié des appels proviennent de la région de Québec. Une trentaine de cas ont été jugés suffisamment sérieux pour être transmis à la police.

Le directeur du Centre fait ici une mise en garde : «Il ne faut pas interpréter ces chiffres comme quoi il y a un problème à Québec, non. Avant l'attentat à la mosquée de Québec, les gens sous-estimaient l'impact des discours d'intimidation, de haine, qu'ils voyaient sur l'internet. L'attentat de Québec a provoqué un sursaut national pour dénoncer ce genre de propos liés à l'extrême droite.»

Tomber «dans le jeu de l'extrême droite»

Hier, dans un communiqué diffusé sur sa page Facebook, un autre groupe ultranationaliste - la Fédération des Québécois de souche - reprochait à M. Deparice-Okomba et à son centre de ne pas avoir dénoncé la violence de l'extrême gauche, en faisant référence au groupe de militants d'extrême gauche qui a fait dégénérer la manifestation visant à dénoncer le rassemblement de l'association ultranationaliste La Meute, dimanche, à Québec.

«Ce centre ferme délibérément les yeux sur la radicalisation de l'extrême gauche et distribue le titre d'extrême droite à tout vent, sans fondement», écrit la Fédération des Québécois de souche dans son communiqué.

Le Centre intervient dans tous les cas qui sont portés à son attention; que la violence vienne de la gauche ou de la droite, réplique M. Deparice-Okomba. L'institution financée par le gouvernement québécois a d'ailleurs reçu 103 appels depuis janvier concernant la «radicalisation religieuse, d'extrême gauche ou de cause unique». «Notre problème, c'est lorsqu'on utilise la violence, la scène politique ou la scène publique pour inciter à la haine, à la violence envers certains groupes», explique M. Deparice-Okomba.

Attention, avertit M. Deparice-Okomba, à la façon avec laquelle La Meute récupère les affrontements de dimanche. «Ce matin [hier], j'ai donné une entrevue à une radio de Québec qui reprenait le discours de La Meute à l'effet que ses membres sont pacifistes, alors que les gens de gauche sont violents, raconte M. Deparice-Okomba. En faisant cela, on tombe dans le jeu de l'extrême droite qui se présente en victime et qui en profite pour alimenter sa base.»

La Presse a tenté sans succès de joindre Raphaël Lévesque, alias Raf Stomper.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer