• Accueil > 
  • Actualités 
  • > A25: un ingénieur sans expérience supervise des travaux 

A25: un ingénieur sans expérience supervise des travaux

Encore vendredi, alors que la grève de la... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Encore vendredi, alors que la grève de la construction était pourtant terminée, le chantier du ponceau de l'autoroute 25 était, pour ainsi dire, désert.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) a affecté un ingénieur junior sans expérience des chantiers, qui n'a pas encore sa permanence, pour coordonner le travail de conception d'urgence d'un nouveau ponceau sur l'autoroute 25, à Saint-Roch-de-l'Achigan, où la chaussée s'est affaissée en avril dernier, selon l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ).

La conception des ouvrages, la surveillance du chantier, le contrôle des matériaux et les travaux de construction d'urgence pour remplacer ce ponceau et restaurer la chaussée de l'autoroute ont été confiés à des entreprises privées parce que la direction territoriale de Laurentides-Lanaudière «ne dispose pas des ressources humaines et matérielles pour réaliser ce mandat», selon des documents du Ministère obtenus par La Presse.

Selon les documents signés par le chef du service des projets de la direction territoriale, en avril dernier, le coût des travaux de réfection de l'autoroute 25 étaient estimés à près de 2,8 millions. Ces coûts incluent des frais d'ingénierie (conception, surveillance et contrôle des matériaux) totalisant 975 000 $ et un coût de construction de 1,8 million.

Hausse des coûts

Toutefois, selon les informations obtenues par La Presse, l'entrepreneur et la firme d'ingénierie évalueraient aujourd'hui les coûts de construction à 5,6 millions, soit trois fois le prix estimé à l'origine, pour un projet dont le coût total dépasserait maintenant les 6,5 millions.

La Presse n'a pu obtenir de confirmation sur ces coûts additionnels, hier, puisque les bureaux des relations médias du Ministère, à Montréal, de même que les bureaux du cabinet du ministre, à Québec, étaient fermés. Les sources de La Presse ont toutefois indiqué que la hausse des coûts de construction n'a pas encore été approuvée par le cabinet du ministre.

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ), dont les membres sont en grève générale depuis le 24 mai, a vivement dénoncé, hier, la gestion de ce dossier par le MTMDET, où travaillent la grande majorité de ses membres. Le président du syndicat, Marc-André Martin, a affirmé que les travaux n'avancent pas, après deux mois d'attente, et qu'ils auraient pu être réalisés à l'interne par le Ministère, si celui-ci n'était pas aussi démuni en termes d'expertise et de ressources matérielles.

«C'est un tuyau de tôle qu'il faut remplacer. Comment expliquer que deux mois après l'affaissement de l'autoroute, les travaux de conception ne sont même pas finis? Ils en sont encore à faire des travaux d'arpentage prévus pour demain [aujourd'hui]», dit M. martin.

M. Martin déplore également que la Direction Laurentides-Lanaudière ait été obligée d'affecter à des travaux d'urgence un ingénieur junior «qui n'a encore jamais assisté à une réunion de chantier» pour coordonner la conception d'un ouvrage avec une firme privée qui touchera plus de 400 000 $ en honoraires pour ce travail.

«Malgré toute la bonne volonté du monde, dit-il, un ingénieur junior ne peut pas faire contrepoids à un contingent d'ingénieurs du privé qui possèdent 10 fois son expérience et qui sont en mesure d'imposer leur choix de conception.»

«Ce qui est en train d'arriver sur le chantier de l'autoroute 25, accuse-t-il, c'est la preuve de ce qu'a écrit la commission Charbonneau dans son rapport, et ce qu'on répète au gouvernement depuis des années. Le ministère des Transports n'a plus l'expertise nécessaire en conception pour prendre soin de son réseau convenablement et se met ainsi à la merci des firmes privées.»

Jusqu'à l'automne

Dans la région de Lanaudière, l'autoroute 25 est coupée en deux à la hauteur de Saint-Roch-de-l'Achigan depuis près de deux mois en raison d'un affaissement de sol causé par un ponceau défectueux. Des milliers d'automobilistes qui se dirigent chaque jour vers Montréal doivent emprunter un long détour d'environ six kilomètres sur des routes secondaires pour contourner la zone sinistrée, où les travaux avancent au ralenti.

Encore vendredi, alors que la grève de la construction était pourtant terminée, le chantier était, pour ainsi dire, désert. La situation devrait durer encore des mois.

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) n'a pas répondu aux appels de La Presse, vendredi, mais dans des déclarations transmises à d'autres médias, on affirme que la première phase des travaux sera terminée au courant de l'été, tandis que la deuxième phase du projet de rétablissement de l'A25 ne devrait être terminée qu'à l'automne.

À compter d'aujourd'hui, le Ministère prévoit des travaux d'arpentage en vue de la construction d'un batardeau, des travaux d'excavation, l'acheminement des conduites qui remplaceront le ponceau effondré et la finalisation de travaux préparatoires. L'affaissement de l'autoroute 25 s'est produit le 7 avril dernier.

***

Transport hors normes : le MTQ n'a pas avisé les entreprises

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) a réagi à un article publié samedi dans La Presse, révélant que plusieurs grands projets industriels et routiers sont retardés parce que le ministère des Transports ne délivre plus depuis un mois les permis pour transporter des charges hors normes, comme des grandes poutres d'acier ou des éoliennes.

Selon l'APIGQ, les ingénieurs de la Direction des structures avaient déjà avisé le MTQ, avant le début de la grève du 24 mai, qu'il y aurait des délais dans la délivrance des permis en raison des changements aux méthodes d'analyse, du nombre élevé des grands chantiers en cours et du départ non remplacé d'un des trois ingénieurs responsables de l'analyse des demandes.

«Le MTQ savait depuis longtemps qu'il y aurait des délais dans l'émission des permis, mais il n'a pas averti les manufacturiers ni les transporteurs que leurs demandes pour des transport spéciaux seraient retardées», a affirmé à La Presse, hier, le président de l'APIGQ, Marc-André Martin.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer