• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Un Lavallois sur la liste américaine des «terroristes internationaux» 

Un Lavallois sur la liste américaine des «terroristes internationaux»

Le Lavallois Tarek Sakr a été lié au... (Photo archives AP)

Agrandir

Le Lavallois Tarek Sakr a été lié au Front al-Nosra, la branche d'Al-Qaïda en Syrie.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La procédure est exceptionnelle. Deux Canadiens, dont un Lavallois de 30 ans qui serait devenu tireur d'élite en Syrie, viennent d'être ajoutés à la liste américaine des « terroristes internationaux ». Une procédure rarement appliquée par Washington à ses voisins du Nord.

Le journaliste Theo Padnos... (Photo Charles Krupa, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Le journaliste Theo Padnos

Photo Charles Krupa, Associated Press

Le journaliste Matthew Schrier... (Photo Matt Roth, The New York Times) - image 1.1

Agrandir

Le journaliste Matthew Schrier

Photo Matt Roth, The New York Times

Alors qu'Ottawa estime que 180 Canadiens sont partis grossir les rangs de groupes terroristes à l'étranger, la liste des terroristes internationaux du département d'État américain frappés de sanctions ne comptait jusqu'à récemment que trois ressortissants du Canada. Tarek Sakr, de Laval, et Farah Shirdon, anciennement de Calgary, sont les quatrième et cinquième à s'y greffer.

Le Lavallois de 30 ans passerait son temps en Syrie et en Turquie et serait toujours « activement engagé dans le terrorisme », selon le communiqué du département d'État.

« Tarek Sakr est un Canadien d'origine syrienne qui a suivi un entraînement de tireur d'élite en Syrie et voyage périodiquement en Turquie. Sakr a été lié [...] au Front al-Nosra, la branche d'Al-Qaïda en Syrie », y lit-on.

Prise d'otage

Tarek Sakr fait partie d'une petite cellule de Québécois qui a quitté le Québec vers la Syrie en 2011-2012, avant la proclamation d'un califat par le groupe État islamique, alors que plusieurs groupes aux orientations variées se côtoyaient sur le terrain dans la lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

La police canadienne soupçonne aussi Sakr d'être mêlé à la prise en otages de deux journalistes américains en Syrie en 2013 par le Front al-Nosra, qui était alors une branche officielle d'Al-Qaïda, révèlent des documents judiciaires de la GRC obtenus par La Presse l'an dernier.

Les journalistes Matthew Schrier et Theo Padnos ont été détenus et torturés en Syrie à partir de décembre 2012, l'un durant sept mois, l'autre deux ans. Après sa libération, Padnos, originaire du Vermont, a affirmé à des médias américains qu'il avait reconnu l'accent québécois en écoutant parler les preneurs d'otages.

Durant la longue incarcération des Américains, les geôliers ont forcé Matt Schrier à fournir tous ses numéros de comptes bancaires. Après avoir réussi à s'enfuir, en juillet 2013, il a constaté que des dizaines d'appareils électroniques avaient été achetés en ligne avec ses cartes. L'adresse de livraison de l'une des commandes correspondait à la maison des parents de Tarek Sakr, à Laval, selon un document de facturation obtenu par La Presse. Elle était adressée au jeune frère de ce dernier. La commande aurait toutefois été annulée avant la livraison du colis.

Jointe par La Presse hier, la famille Sakr n'a pas voulu commenter l'affaire.

Un Albertain aussi ajouté

Un autre Canadien, l'ancien résidant de Calgary Farah Mohamed Shirdon, a été ajouté à la liste en même temps que le Lavallois. Washington le définit comme un « important combattant et recruteur » du groupe État islamique qui aurait aussi été impliqué dans le financement de l'organisation.

Shirdon s'était notamment fait connaître dans une vidéo de propagande djihadiste dans lequel il déchirait et brûlait son passeport canadien, en plus de menacer le Canada.

L'ajout des deux Canadiens à la liste américaine fait l'objet de discussions entre les autorités canadiennes et américaines depuis l'été dernier.

Des documents secrets largement caviardés obtenus par La Presse grâce à la Loi sur l'accès à l'information révèlent que le ministère de la Sécurité publique a été informé au mois d'août de l'intention des Américains à cet égard. Les États-Unis demandaient alors au Canada s'il avait des «objections majeures». Selon les documents, le gouvernement canadien a soulevé certaines questions, dont le contenu est gardé secret.

« Les États-Unis ont informé le gouvernement du Canada qu'ils avaient l'intention d'inscrire Tarek Sakr et Farah Shirdon. Plusieurs accusations de terrorisme ont été déposées par la GRC contre M. Shirdon en son absence en septembre 2015. À l'heure actuelle, Tarek Sakr ne fait l'objet d'aucune accusation criminelle. Le gouvernement ne peut pas faire de commentaires sur qui ferait ou ne ferait pas l'objet d'une enquête criminelle », a expliqué hier Scott Bardsley, attaché de presse du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale.

L'ajout des deux Canadiens à la liste américaine ne signifie pas qu'ils sont recherchés. La mesure a surtout pour effet d'interdire immédiatement à tout citoyen ou entreprise des États-Unis de conclure une transaction avec eux. Si certains de leurs avoirs devaient se retrouver éventuellement dans un territoire sous juridiction américaine, ils seraient immédiatement gelés par la justice. La liste n'a pas force de loi au Canada.

Rare pour un Canadien

Seuls trois autres Canadiens figurent sur la liste des terroristes internationaux du département d'État américain : 

  • Le Montréalais Abousfian Abdelrazik, qui avait été détenu au Soudan alors qu'on le soupçonnait d'être un agent d'Al-Qaïda et qui a été rapatrié au Canada en 2009. Jamais accusé, il a réussi à faire retirer son nom de la liste antiterroriste du Conseil de sécurité de l'ONU, mais pas de la liste américaine. Il poursuit Ottawa pour 24 millions parce qu'il affirme avoir été faussement fiché comme terroriste.
  • Hassan el-Hajj Hassan, un Canado-Libanais, qui y a été ajouté en 2015 pour son rôle dans une attaque menée en Bulgarie contre des touristes dans un autocar. L'attentat a été relié au Hezbollah.
  • Michel Samah, ancien ministre libanais de l'Information et du Tourisme, qui a été arrêté par les autorités libanaises en août 2012 pour avoir comploté des attaques terroristes et qui détient aussi la citoyenneté canadienne.

- Avec la collaboration de William Leclerc, La Presse




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer