Justin Trudeau sollicite les dons des expatriés

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Perkel
La Presse Canadienne
TORONTO

Justin Trudeau a invité sur sa page Facebook les Canadiens vivant à l'étranger à contribuer à la caisse du Parti libéral, ce qui a irrité certains expatriés ayant perdu leur droit de vote.

En vertu d'une modification à la Loi électorale adoptée en 1993, mais mise en vigueur beaucoup plus tard par les conservateurs de Stephen Harper, les Canadiens vivant à l'étranger depuis plus de cinq ans sont désormais dépouillés de leur droit de vote. On estime à 1,4 million le nombre de Canadiens concernés par cette mesure depuis le scrutin de 2011.

Certains de ces Canadiens n'ont pas beaucoup apprécié le message de sollicitation de M. Trudeau. Ian Doig, qui vit à Houston, s'est dit offusqué par l'invitation. Angus McGillicuddy a répondu qu'il n'avait pas l'intention de gaspiller son argent à moins que son droit constitutionnel soit pleinement rétabli.

Deux Canadiens vivant aux États-Unis contestent devant les tribunaux la validité de cette disposition de la Loi électorale. La Cour supérieure de l'Ontario leur a donné raison en mai 2014, mais le gouvernement Harper en a appelé de ce jugement, avec succès. La cause sera entendue en Cour suprême du Canada en février prochain.

Ottawa plaide qu'il serait injuste pour les Canadiens résidant au pays de permettre aux expatriés d'élire les députés aux Communes.

Depuis son élection, l'automne dernier, Justin Trudeau a laissé entendre qu'il serait disposé à abroger cette disposition. Selon un porte-parole de son cabinet, le gouvernement libéral estime que «plus de Canadiens devraient avoir le droit de vote, et non l'inverse». Mais depuis, rien n'a été fait et la cause est toujours en instance à la Cour suprême.

«Les Canadiens qui vivent à l'étranger devraient pouvoir voter autrement qu'avec leur portefeuille», a soutenu l'un des plaignants, Gillian Frank, en entrevue à La Presse canadienne.

«Vous êtes culotté de solliciter l'argent des expatriés alors que vous n'avez rien fait pour rétablir notre (droit de) vote, malgré les promesses de libéraux pendant la campagne électorale», écrit Kate Tsoukalas dans un commentaire sur Facebook.

Les néo-démocrates ont déposé en juin un projet de loi d'initiative parlementaire qui redonnerait le droit de vote aux expatriés, «par souci d'équité».

M. Frank estime que le premier ministre devrait appuyer ce projet de loi et, en attendant, demander au procureur général de ne pas s'opposer à l'appel en Cour suprême.

Il a été impossible d'obtenir les commentaires du cabinet du premier ministre, mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer