• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Jeux mondiaux des policiers et pompiers: Toronto passe son tour 

Jeux mondiaux des policiers et pompiers: Toronto passe son tour

Le maire de Montréal Denis Coderre avait reçu... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Montréal Denis Coderre avait reçu la flamme des Jeux mondiaux des policiers et pompiers sous haute tension, en 2015.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toronto a officiellement renoncé à accueillir en 2017 les Jeux mondiaux des policiers et pompiers (JMPP) que tentait de lui refiler Montréal après son retrait, ce printemps, de l'évènement. Tentant à tout prix d'éviter l'annulation de la compétition, ce qui représenterait une première depuis sa création en 1985, les organisateurs espèrent maintenant convaincre Los Angeles de prendre le relais.

Le comité organisateur des JMPP, établi en Californie, a récemment annoncé à ses membres la mauvaise nouvelle : après des mois d'étude, Toronto l'a officiellement avisé qu'il ne désirait pas accueillir l'évènement en 2017. 

« Nous avons reçu une lettre formelle de refus de Toronto. Bien que cette décision soit décevante, elle est compréhensible », a informé le comité organisateur des JMPP.

Le maire Denis Coderre avait tenté de convaincre la métropole canadienne de prendre en charge cet évènement après avoir annulé sa présentation à Montréal. Ce désistement avait été décidé en raison de l'appel au boycottage de l'évènement lancé par les pompiers montréalais dans la foulée du conflit sur les régimes de retraite municipaux.

Toronto avait initialement souhaité remplacer Montréal au pied levé, mais les élus torontois voulaient éviter de se retrouver avec une facture trop élevée. Prêts à dépenser un maximum de 3 millions, ils réclamaient un soutien financier ferme des gouvernements ontarien (6 millions) et fédéral (1,3 million) avant de se commettre, soutien qui ne s'est pas manifesté.

Montréal espérait voir Toronto reprendre le flambeau pour éviter de nuire à son image en provoquant l'annulation de la compétition. La métropole québécoise souhaitait aussi qu'une partie des fonds dépensés pourrait servir à la candidature torontoise. Rappelons que Montréal pourrait perdre jusqu'à 6,2 millions dans l'aventure. La somme finale reste toutefois à déterminer puisque le comité organisateur montréalais pourrait rembourser une partie des sommes versées lorsqu'il fermera définitivement ses livres.

Plan C

Maintenant rendus au plan C pour sauver la tenue de la compétition, les organisateurs américains des JMPP ont indiqué sur les réseaux sociaux qu'ils se tournaient vers la ville de Los Angeles. Une rencontre a eu lieu à la fin de juillet avec le chef de police de la mégalopole, et celui-ci se serait montré « enthousiaste ». C'est toutefois le silence depuis. Le comité organisateur n'a pas répondu aux questions de La Presse sur le progrès des discussions avec Los Angeles.

À moins de 12 mois du début prévu des compétitions, l'inquiétude grandit chez les policiers et pompiers qui espéraient y prendre part. Sur les réseaux sociaux, plusieurs déplorent « le bordel » (mess) laissé par l'annulation de Montréal. Certains en viennent à se demander s'il ne vaudrait pas mieux abandonner les Jeux 2017 pour revenir en force en 2019, alors que l'évènement doit avoir lieu à Chengdu, en Chine. Ce serait ainsi la première fois de l'histoire de la compétition amicale se tenant tous les deux ans depuis 1985 que celle-ci est annulée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer