• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Véhicules électriques: un nouveau défi pour les pompiers 

Véhicules électriques: un nouveau défi pour les pompiers

Les pompiers savent qu'il est « extrêmement difficile » de... (Photo Mathieu Alexandre, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Les pompiers savent qu'il est « extrêmement difficile » de maîtriser un incendie impliquant un véhicule vert, qu'il soit hybride ou 100 % électrique. Sur notre photo : des pompiers combattent l'incendie d'un véhicule électrique Autolib' lors d'une manifestation contre la loi Travail, le 14 juin dernier.

Photo Mathieu Alexandre, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvon Laprade
La Presse

Alors que le Québec souhaite faire rouler 120 000 véhicules électriques en 2020, les pompiers qui jouent le rôle de premiers répondants lors d'accidents de la route sont soumis à des formations obligatoires afin d'améliorer leurs procédures d'intervention sur ce type de véhicules.

Mais déjà, les pompiers savent qu'il est « extrêmement difficile » de maîtriser un incendie impliquant un véhicule vert, qu'il soit hybride ou 100 % électrique, que ce soit la Tesla, la Chevrolet Volt ou encore la Nissan Leaf.

« Le plus gros problème, explique Sébastien Guay, pompier au Service de sécurité incendie de Montréal et enseignant à l'Institut de protection contre les incendies du Québec, c'est la batterie, qui est scellée et difficilement accessible. Si la batterie s'enflamme, ou si le véhicule prend feu, on ne peut rien faire. »

« Très souvent, ajoute-t-il, les pompiers vont devoir laisser brûler le véhicule sans pouvoir faire quoi que ce soit. »

Selon lui, ça s'est produit au moins à deux reprises, aux États-Unis, avec la Tesla. 

« Des objets métalliques ont perforé la batterie, qui se trouve sous le véhicule, ce qui a provoqué un court-circuit électrique, puis un incendie. »

Il assure toutefois qu'il n'y a « pas plus de risques » avec un véhicule électrique qu'avec un véhicule ordinaire propulsé par un moteur à essence, quand survient un accident et que les pompiers sont appelés sur les lieux pour dégager les blessés.

« La procédure est la même, précise-t-il. Bien sûr, il y a des risques, comme pour tout type de véhicule. Les pompiers ont toutefois accès à un logiciel qui leur donne toutes les informations pertinentes sur le véhicule où ils sont appelés à intervenir. »

REVOIR LES MÉTHODES

Sébastien Guay ne cache pas que la popularité des véhicules électriques oblige les services de lutte contre les incendies, à la fois au Québec et ailleurs sur la planète, à revoir leurs méthodes d'intervention lors de collisions ou lorsque des véhicules prennent feu après coup.

Il y a deux semaines, l'Institut de protection contre les incendies a tenu un colloque auquel ont participé trois pompiers de la ville de Paris. 

« Il y a de l'intérêt. On se pose des questions, et les fabricants, comme Renault, collaborent. Le sujet est d'actualité, plus que jamais, avec la vague de véhicules électriques qui commence à déferler chez nous et ailleurs », dit Sébastien Guay. 

Au Service de sécurité incendie de Montréal, la chargée de communication Josée Gosselin confirme qu'un programme de formation continue pour les pompiers de casernes a été mis en place pour faciliter la tâche des intervenants. Le programme couvre les véhicules hybrides, électriques et à essence.

« Étant donné l'évolution des technologies, a-t-elle précisé dans un courriel, le Service est en constante mise à jour du contenu de ses formations. Nous sommes également en lien avec les différentes maisons d'enseignement du Québec afin d'approfondir nos techniques d'intervention et nos connaissances. »

Même son de cloche à Québec, où le Service de protection contre l'incendie affirme avoir pris les devants dès 2011 en envoyant son formateur Dominic Côté à l'Académie des pompiers, en Caroline du Sud, pour parfaire ses connaissances en ce qui concerne les véhicules électriques.

« Il s'agit d'une nouvelle technologie et il est important de ne pas improviser si on veut intervenir de façon sécuritaire », souligne la porte-parole du Service, Sandra Dion.

« Nous avons commencé des formations en 2012 et nous venons de revoir nos procédures, ajoute-t-elle. Nous suivons l'évolution des véhicules de près. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer