• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Le leader du groupe armé État islamique au Bangladesh serait Ontarien 

Le leader du groupe armé État islamique au Bangladesh serait Ontarien

Des militants de l'État islamique, en Irak.... (PHOTO ALBARAKA NEWS, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des militants de l'État islamique, en Irak.

PHOTO ALBARAKA NEWS, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

La Presse Canadienne

Le leader du groupe armé État islamique au Bangladesh serait un Canadien originaire du sud de l'Ontario, d'après ce que rapportent différents médias.

Le quotidien torontois National Post et le site Vice écrivent tous deux que le djihadiste connu sous le nom de Shaykh Abou Ibrahim al-Hanif est, dans les faits, Tamim Chowdhury, un homme originaire de Windsor. Al-Hanif a récemment été interviewé par Dabiq, la publication de langue anglaise du groupe armé, et Vice affirme que sa véritable identité a ensuite été démasquée par le quotidien anglophone bangladais Daily Star.

Un expert de l'Université de Waterloo, Amarnath Amarasingham, a expliqué à Vice avoir appris que Tamim Chowdhury s'était possiblement rendu en Syrie il y a plusieurs années. Son nom est ensuite apparu sur un site internet consacré aux membres du groupe armé actifs au Bangladesh.

L'article du Daily Star attribue une vingtaine de meurtres depuis 18 mois à la branche bangladaise du groupe djihadiste. Il affirme que plusieurs de ses membres ont déjà combattu en Syrie.

Dans son entrevue avec la publication Dabiq, Shaykh Abou Ibrahim al-Hanif manifeste son hostilité envers les pratiquants de l'hindouisme et du bouddhisme ainsi que les non-croyants en général.

« Les soldats affutent actuellement leurs couteaux pour massacrer les athées, ceux qui se moquent du Prophète et tout autre apostat dans la région », menace-t-il, ajoutant qu'il y a « malheureusement plusieurs déviants et apostats dans la région du Bengale ».

Le leader s'en prend également à la démocratie, « une religion qui croit devoir remettre au peuple le pouvoir de légiférer et de rendre les choses halal (conformes à la charia) et haram (sacrées), alors que ce droit n'appartient qu'à Allah seul ».

Il se dit par ailleurs certain que son groupe sera victorieux « plus tôt que tard », grâce au soutien d'Allah.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer