• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Écrasement aux Îles-de-la-Madeleine: sept morts, dont Jean Lapierre 

Écrasement aux Îles-de-la-Madeleine: sept morts, dont Jean Lapierre

L'écrasement est survenu à 11h40, heure locale, à... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

L'écrasement est survenu à 11h40, heure locale, à deux milles nautiques de l'aéroport des Îles-de-la-Madeleine, selon le rapport officiel de l'accident.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Pendant quelques heures, mardi, le Québec a espéré, retenu son souffle. Puis, la confirmation est tombée: le commentateur politique Jean Lapierre, sa femme, deux de ses frères, l'une de ses soeurs et deux membres de l'équipage ont tous péri dans le petit avion qui s'est écrasé aux Îles-de-la-Madeleine.

Jean Lapierre... (Photo archives archives) - image 1.0

Agrandir

Jean Lapierre

Photo archives archives

«16h35. J'ai la très lourde tâche de vous informer du décès de notre collaborateur et ami Jean Lapierre et de son épouse Nicole», a annoncé l'animateur Paul Houde sur les ondes du 98,5 FM, quelques minutes après que la Sûreté du Québec eut confirmé la tragédie.

L'écrasement est survenu à 11h40, heure locale, à deux milles nautiques de l'aéroport des Îles-de-la-Madeleine, selon le rapport officiel de l'accident.

Aux Îles-de-la-Madeleine, mardi, la météo était exécrable. Air Canada avait d'ailleurs annulé ses vols à destination et en provenance de l'archipel. Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports n'ont pas pu se rendre sur place en raison du mauvais temps.

Le bimoteur transportant Jean Lapierre et sa famille appartenait à une firme du Delaware et il était exploité par l'entreprise Aéro Teknic. Piloté par un ami de Jean Lapierre, selon TVA, l'appareil avait décollé de l'aéroport de Saint-Hubert.

Âgé de 59 ans, Jean Lapierre, ex-député bloquiste et ex-ministre des Transports libéral, avait pris ce vol privé pour y enterrer son père Raymond, mort des suites de la maladie de Parkinson.

Dans les premières heures qui ont suivi l'accident, personne ne voulait se résigner au pire, mais le silence radio de Jean Lapierre, habituellement si actif sur Twitter, faisait grimper l'inquiétude.

Le choc

«C'est un choc indescriptible», a dit l'animateur Paul Arcand, qui avait parlé à son collègue lundi après-midi. On passe notre vie à couvrir des tragédies, des drames, on arrive à garder une distance. Mais là, ce n'est pas pareil.»

En 22 ans d'émission matinale, Paul Arcand a dit que celle de mercredi matin serait «sans aucun doute la plus difficile à faire».

«La façon dont il abordait la politique est unique, a-t-il dit. C'est probablement le chroniqueur politique le plus influent du Québec.»

«Mes condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de travail des sept victimes de l'écrasement», a déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

Sur un ton plus personnel, au sujet de Jean Lapierre, M. Couillard a ajouté: «Tu étais aimé et admiré. Merci pour tout ce que tu as donné.»

Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois, a qualifié Jean Lapierre d'«irremplaçable». Sa mort laissera «un grand vide» aussi bien sur la scène politique que médiatique, a-t-il dit, ajoutant qu'il avait l'estime de tous.

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec, a souligné à quel point M. Lapierre était un rassembleur. «Les gens de toutes les couleurs politiques, au fédéral comme au provincial, se retrouvaient à ses soupers aux homards. Tout le monde l'aimait bien.»

Un commentateur omniprésent

Semblant avoir le don d'ubiquité, Jean Lapierre était omniprésent: au 98,5, à TVA, dans les coulisses politiques.

Avec son ton narquois si caractéristique, Jean Lapierre colorait ses analyses d'expressions et de comparaisons savoureuses qui faisaient sa renommée.

«Un jour, il avait parlé d'un discours à l'Assemblée nationale qui avait été si "plate" à écouter que "c'était comme de regarder de la peinture sécher sur le mur"», a relaté Paul Houde.

Paul Larocque, journaliste à TVA, a déclaré pour sa part que Jean Lapierre figurait «sur la courte liste des géants du monde des communications et de la politique au Québec».

«Je remercie la vie de m'avoir permis de le côtoyer, de le connaître et d'être son ami.»

Si Jean Lapierre était constamment sur les routes à couvrir congrès, discours et événements de toutes sortes - même la fin de semaine, même l'été - , le destin a voulu que Jean Lapierre meure à un jet de pierre des Îles-de-la-Madeleine, dont il était un fier ambassadeur.

La chroniqueuse culturelle Thérèse Parisien, qui travaillait avec Jean Lapierre et qui l'a connu à CKAC au début des années 90, a dit que ses premières pensées allaient à la mère de Jean Lapierre. «Elle attendait sa famille pour la soutenir et personne ne s'est rendu à destination.»

Une famille décimée

La famille Lapierre se trouve aujourd'hui décimée. Jean Lapierre avait une fille, Marie-Anne, journaliste à TVA, qui a accouché récemment, et un fils, Jean-Michel. Ils sont nés d'une union précédant celle avec sa conjointe Nicole Beaulieu, décédée dans l'accident. 

«Nous perdons un fils des Îles, un grand Madelinot, un grand Québécois et un grand Canadien», a dit quant à lui Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine, qui a été l'un des premiers à arriver sur les lieux de l'accident.

«Nous avons espéré qu'il y ait des survivants, mais l'impact a été terrible. L'appareil a été sectionné en plusieurs morceaux.»

Par une triste coïncidence, Jonathan Lapierre avait accordé tôt mardi matin une entrevue à Radio-Canada, dans laquelle il dénonçait le fait que Transports Canada refusait d'allonger la piste d'atterrissage des Îles-de-la-Madeleine.

«C'est là un malheureux hasard. Oui, la piste est trop courte, mais l'enquête révélera probablement que l'accident a été causé par une multitude de facteurs et notamment par la météo. Il pleuvait, il y avait de la brume, de forts vents...»

Selon Antonin Valiquette, un témoin de l'accident, «l'appareil a perdu de l'altitude de façon radicale, presque à la verticale».

Selon lui, il n'y a eu ni fumée ni flamme, mais une forte odeur de kérosène.

Comme l'a indiqué le porte-parole Chris Krepski, le Bureau de la sécurité des transports dépêchera une équipe d'enquêteurs sur le lieu de l'écrasement. «On va examiner l'épave, on va chercher les renseignements concernant la météo, l'historique d'entretien de l'appareil, l'historique de formation du pilote, des renseignements concernant la communication avec le service de trafic aérien.»

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, a fait savoir qu'un observateur ministériel a été nommé pour assurer le lien entre le Bureau de la sécurité des Transports et le ministère des Transports.

Un avion Mitsubishi MU-2B-60... (PHOTO WIKIPÉDIA) - image 2.0

Agrandir

Un avion Mitsubishi MU-2B-60

PHOTO WIKIPÉDIA

Un témoin raconte

«Dans l'approche finale, il y a eu une baisse d'altitude drastique (de l'appareil), presque à la verticale», a déclaré Antonin Valiquette, un témoin de l'accident, qui dit avoir été sur les lieux de l'écrasement plusieurs minutes avant l'arrivée des secours. «Il n'y a jamais eu de fumée ni de flamme, mais une forte odeur de kérosène», a-t-il ajouté.

Ironiquement, le maire Jonathan Lapierre était en entrevue à l'aube ce matin à la radio de Radio-Canada pour faire un plaidoyer en faveur de l'allongement de la piste d'atterrissage de l'aéroport local.

«Chaque fois qu'il y a une intempérie - que ce soit de la brume, du vent, de la pluie ou de la neige - les compagnies aériennes annulent le vol, jugeant que, dans ces conditions, la longueur de la piste n'est pas adéquate.»

Le maire Lapierre disait aussi qu'en février, l'hôpital n'avait pas pu faire venir un avion-ambulance qui aurait normalement dû être utilisé pour évacuer un malade, toujours parce que la longueur de la piste était insuffisante.

En soirée mercredi, le Bureau du coroner a confirmé l'identité des sept victimes :

  • Jean Lapierre;
  • Nicole Beaulieu, conjointe de M. Lapierre;
  • Martine Lapierre, soeur de M. Lapierre;
  • Marc Lapierre, frère de M. Lapierre;
  • Louis Lapierre, frère de M. Lapierre;
  • Pascal Gosselin, membre de l'équipage;
  • Fabrice Labourel, membre de l'équipage.

Avocat, politicien, commentateur

L'homme né le 7 mai 1956 était en route vers sa terre natale en compagnie de membres de sa famille à la suite du décès de son père, Raymond, qu'il avait annoncé plus tôt cette semaine.

Diplômé en droit de l'Université d'Ottawa, M. Lapierre commentait la politique après avoir signé un contrat avec le réseau TVA en 2006. Il décidait alors de ne pas se représenter aux élections générales et démissionnait à la fin du mois de janvier 2007.

Au terme de sa carrière politique, on l'entend également à plusieurs endroits en plus du réseau TVA, dont à la défunte station de radio CKAC, au 98,5 FM, à CJAD ainsi qu'au réseau de télévision CTV, où il contribue à diverses émissions.

Branché sur l'actualité autant en politique fédérale, provinciale que municipale, M. Lapierre était très actif sur les réseaux sociaux, sur lesquels il ne se cachait pas pour commenter et interagir avec les internautes.

M. Lapierre s'est fait élire pour la première fois aux Communes en 1979 dans la circonscription de Shefford, dans les Cantons-de-l'Est, sous la bannière du Parti libéral du Canada (PLC) dirigé par Pierre Elliott Trudeau.

Il est secrétaire parlementaire dans divers ministères en plus d'être ministre d'État à la Jeunesse, à la Condition physique et aux Sports amateurs.

Réélu en 1984 et 1988, il se retrouve toutefois du côté de l'opposition à la Chambre des communes en raison des défaites des libéraux fédéraux.

M. Lapierre quitte la politique active en 1992 pour entamer une carrière dans les médias après avoir été leader parlementaire d'un groupe de dissidents nationalistes québécois qui comprenait le chef du Bloc québécois de l'époque, Lucien Bouchard.

Dans les années 1990, M. Lapierre se fait une place dans les médias en étant animateur à CKAC en compagnie de Jean Cournoyer et apparaît au petit écran lorsqu'il devient présentateur au réseau Télévision Quatre-Saisons, où il anime le Grand Journal de fin de soirée.

L'accession de Paul Martin au poste de premier ministre est à l'origine de son retour en politique sous la bannière des libéraux fédéraux.

En 2004, M. Lapierre revient en politique active et se fait élire dans la circonscription montréalaise d'Outremont. En plus d'être ministre des Transports, il est également le lieutenant politique québécois du gouvernement Martin.

Il est réélu en 2006, mais se retrouve encore une fois dans l'opposition - où il sera porte-parole en matière d'industrie - puisque le PLC est éjecté du pouvoir par le Parti conservateur, qui forme un gouvernement minoritaire.

- Avec Stéphanie Bérubé, Sylvain Larocque, Louis-Samuel Perron, Audrey Ruel-Manseau, Tommy Chouinard, Pierre-André Normandin et Stéphanie Bérubé et La Presse Canadienne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer