Rosemère licencie ses pompiers

La ville de Rosemère a licencié ses 38... (PHOTO PATRICK SANFACON, LA PRESSE)

Agrandir

La ville de Rosemère a licencié ses 38 pompiers et fermé la caserne. Ils se sont réunis ce matin et ont posé une pancarte indiquant la mort du service.

PHOTO PATRICK SANFACON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les citoyens de Rosemère devront désormais faire appel aux pompiers de la ville voisine de Blainville en cas d'incendie. La petite municipalité de 14 000 habitants vient d'annoncer l'abolition de son Service incendie effective dès maintenant.

Les 38 pompiers de Rosemère ont appris hier soir à 19 heures qu'ils perdaient leur emploi à la suite de la décision de la Ville de signer une entente de couverture avec Blainville. «C'est un coup de masse», dit Stéphane Robert, représentant syndical. C'est un drame pour plusieurs familles. Sur les 38 membres, une dizaine ne vivaient que de ça.»

L'entente intervenue avec Blainville prévoit que Rosemère lui versera 525 000$ en 2016 pour assurer la couverture incendie de son territoire, soit beaucoup moins que les 2,1 millions que lui coûtait annuellement son service. Ce montant augmentera ensuite graduellement jusqu'à 800 000$ en 2018, puis sera majoré de 3,5% par an jusqu'à la fin de l'entente pour atteindre 1,4 million en 2035.

Sur 20 ans, Rosemère versera près de 21 millions. La ville avance que c'est 30 millions de moins que ce qu'il lui en aurait coûté si elle avait conservé son service.

«Cette décision a été prise dans l'intérêt de la population : cette entente est sans contredit avantageuse pour Rosemère et ses citoyens», écrit la mairesse Madeleine Leduc dans une lettre à ses citoyens.

L'élue affirme également que le service s'en trouvera amélioré puisque les citoyens auront accès à des pompiers en caserne 24 heures par jour. Rosemère n'avait qu'un service de garde à temps partiel. «50% du temps, aucun pompier n'était présent en caserne, étant plutôt de garde sur appel», affirme la mairesse.

Le syndicat des pompiers étudie ses recours juridiques. Leur représentant, Stéphane Robert, estime que cette décision crée un dangereux précédent pour tous les fonctionnaires municipaux. «Ce qu'on lance comme message, c'est que les syndiqués ne sont plus à l'abri de rien. Demain matin, [les Villes] peuvent simplement aller en sous-traitance», déplore-t-il.

Cette décision a pris par surprise les pompiers qui étaient sans contrat de travail depuis un peu plus de deux ans. Ceux-ci sont d'autant plus étonnés d'entendre Rosemère vanter l'accès à des pompiers 24 heures par jour en caserne alors que, lors des négociations pour le renouvellement de la convention de ses pompiers, la municipalité avait proposé de réduire de 16 à 8 heures par jour leur présence en caserne.

Rosemère indique que la décision découle du comité de travail stratégique mis en place en 2015. Celui-ci avait pour mandat de «procéder à une révision des coûts et de la performance de l'ensemble de l'organisation municipale. Il examinera la pertinence des services offerts, le niveau de service souhaité ainsi que l'optimisation des activités municipales.»

Blainville se dit prête

La Ville de Blainville assure que cette entente sera bénéfique pour ses 56 000 citoyens. «D'un point de vue budgétaire, elle nous permettra d'amortir annuellement notre investissement dans la sécurité incendie», dit le maire de la Ville de Blainville, Richard Perreault. La municipalité assure que la couverture de son propre territoire ne souffrira pas de l'ajout de la protection de leurs 14 000 voisins puisque le service procèdera à quelques embauches.

Le Service des incendies de Blainville était doté d'un budget de 6 millions en 2014. Celui-ci dispose de 71 employés et huit véhicules d'intervention répartis dans deux casernes. L'une d'elles est située à la limite des frontières de Rosemère.

Le Service incendie est relativement peu sollicité, effectuant moins de deux interventions par jour (619 en 2014). De plus, la majorité des interventions sont pour des fausses alarmes. Le nombre de véritables incendies a considérablement diminué ces dernières années. De 176 en 2009, les pompiers de Blainville en ont combattu seulement 95 en 2014. Son temps de réponse moyen était de 6,7 minutes.

Blainville est déjà habituée d'envoyer ses pompiers à l'extérieur de son territoire. Ceux-ci sont appelés en renfort une trentaine de fois par an dans les villes voisines. À l'inverse, elle-même fait peu ou pas du tout appel aux pompiers des villes voisines.

Le ministère de la Sécurité publique encourage les municipalités à regrouper leurs services pour réduire les coûts. Lors d'un colloque en 2012, on avait expliqué comment plusieurs régions avaient bénéficié de la fusion de leurs services. L'exemple de la MRC de La Matapédia avait été mis en évidence, elle qui a regroupé neuf services incendie en un seul pour couvrir 18 municipalités.

Coût de la couverture incendie de Rosemère

AnnéeCoût
20152 100 000$
2016525 500$
2017675 250$
2018798 775$
20351 433 542$
Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer