• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Élargissement des frontières: Couillard reviendra à la charge 

Élargissement des frontières: Couillard reviendra à la charge

Selon le premier ministre québécois, il est incompréhensible... (Photo Nathan Denette, PC)

Agrandir

Selon le premier ministre québécois, il est incompréhensible que le Québec soit la seule province dont la frontière s'arrête à la rive, ce qui l'empêche notamment d'exercer sa juridiction sur les baies James, Hudson et d'Ungava.

Photo Nathan Denette, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
CHICAGO

Le premier ministre Philippe Couillard ne s'est pas laissé démonter, vendredi, par l'absence d'ouverture du territoire du Nunavut face à ses demandes d'élargissement des frontières maritimes du nord du Québec.

M. Couillard a affirmé qu'il reviendra à la charge auprès de son voisin nordique, le premier ministre Peter Taptuna, afin de faire valoir ses arguments.

Selon le premier ministre québécois, il est incompréhensible que le Québec soit la seule province dont la frontière s'arrête à la rive, ce qui l'empêche notamment d'exercer sa juridiction sur les baies James, Hudson et d'Ungava.

Adoptant un ton conciliant, M. Couillard a même déclaré qu'il ne veut rien enlever au territoire du Nunavut, dont la juridiction commence là où s'arrêtent les rives québécoises nordiques.

Le gouvernement du Québec soutient que ces restrictions de son territoire limitent le développement de projets économiques comme le Plan Nord et la Stratégie maritime.

Une porte-parole de M. Taptuna a récemment déclaré que le Nunavut ne voyait aucune raison de renégocier les frontières avec le Québec, une opération qui nécessiterait la participation du gouvernement fédéral afin de parvenir à un amendement constitutionnel.

Alors qu'il concluait à Chicago une mission économique de deux jours, où il a présenté à de nombreux auditoires son projet de Stratégie maritime, M. Couillard a répété que cet enjeu est «important et urgent».

«C'est quelque chose qui doit être regardé avec le fédéral et le Nunavut parce que c'est tripartite, cette question-là, a-t-il dit. Ce qu'on dit nous, c'est que c'est surprenant et difficilement compréhensible que le Québec soit la seule province dont les frontières s'arrêtent aux eaux basses et on voudrait remédier à cette situation, sans rien enlever au Nunavut.»

M. Couillard a déclaré qu'il a également l'intention d'aborder cette question avec le premier ministre désigné Justin Trudeau.

«Quand je vais rencontrer M. Trudeau, c'est un des éléments sur lesquels on va avoir une discussion et on veut discuter amicalement de cette question avec nos voisins et amis du Nunavut, a-t-il dit. Il ne s'agit pas de leur enlever quoi que ce soit, mais il s'agit de donner la prérogative que d'autres provinces et territoires ont.»

Vendredi, M. Couillard a amorcé sa journée en prononçant un discours devant des gens du milieu des affaires intéressés par la stratégie maritime du Québec, un projet d'investissement de 9 milliards de dollars en 15 ans, dont l'objectif est notamment de donner un accès direct aux ressources du Nord québécois.

Le premier ministre a ensuite annoncé une entente avec une entreprise de vente au détail dans le secteur alimentaire.

L'opération vise à faire découvrir à Roundy's, dont le siège social est au Wisconsin, les produits québécois dans le but que l'entreprise les distribue dans ses magasins d'alimentation spécialisés dans la région de Chicago.

Les acheteurs de l'entreprise se rendront notamment au Québec en avril et mai 2016 pour découvrir la production agroalimentaire.

Ils iront notamment en Gaspésie, sur la Côte-Nord et aux Îles-de-la-Madeleine pour faire une tournée de prospection pour les produits de la mer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer