Le hijab interdit en Cour, tranche une juge

La juge Marengo a affirmé que les couvre-chefs... (Photo archives La Presse)

Agrandir

La juge Marengo a affirmé que les couvre-chefs et les lunettes de soleil n'étaient pas admis en salle d'audience. «Et je ne vois pas pourquoi des foulards couvrant la tête le seraient», a-t-elle ajouté.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le port du hijab est interdit au tribunal, selon une juge de la Cour du Québec, qui a refusé cette semaine d'entendre une plaignante musulmane portant le foulard religieux sur sa tête.

Rania El-Alloul tentait de faire annuler la saisie de son véhicule, mais son audience a été annulée, a rapporté la CBC, qui a obtenu l'enregistrement audio de l'intervention

«Selon moi, la salle de cour est un endroit et espace séculier. Il n'y a pas de symboles religieux dans cette pièce, pas sur les murs ni sur les personnes», a affirmé la juge Eliana Marengo mardi dernier.

«Toute personne apparaissant devant la Cour du Québec doit être vêtu convenablement. À mon avis, vous n'êtes pas vêtue convenablement.»

La juge Marengo a affirmé que les couvre-chefs et les lunettes de soleil n'étaient pas admis en salle d'audience. «Et je ne vois pas pourquoi des foulards couvrant la tête le seraient», a-t-elle ajouté.

«Je ne vais donc pas vous entendre si vous portez un foulard sur la tête».

Toujours selon l'enregistrement de la CBC, Mme El-Alloul lui a répliqué qu'elle portait le hijab depuis «plusieurs années» et qu'elle ne pouvait pas le retirer.

En entrevue avec le diffuseur public anglophone, la dame a affirmé qu'elle ne se «sentait plus Canadienne». «Quand elle m'a dit de retirer mon hijab, je sentais qu'elle ne me parlait pas comme une humaine», a-t-elle ajouté. Je ne veux pas que ça arrive à une autre femme. Ce n'est pas le travail d'un juge. Elle ne mérite pas d'être une juge.»

À la Cour du Québec, la juge en chef Élizabeth Corte a refusé de se mêler de l'affaire.

«Il y a - dans le réglement de la Cour - des articles qui parlent de comment se vêtir et du décorum, mais il n'y a pas d'autres instructions ou lignes directrices qui sont donnés au juge», a affirmé la chef de cabinet Annie-Claude Bergeron. «C'est une décision judiciaire qui a été rendue par le juge [...] alors je ne peux pas commenter - soutenir ou défendre ou commenter.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer