• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Pierre Karl Péladeau crée un malaise durant un concert à Rouyn-Noranda 

Pierre Karl Péladeau crée un malaise durant un concert à Rouyn-Noranda

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES PC)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO GRAHAM HUGUES, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Il était bien tard, l'atmosphère était à la fête, mais une intervention du candidat à la succession de Pauline Marois Pierre Karl Péladeau à un spectacle rock dans le cadre du Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue, à Rouyn-Noranda, a causé un certain malaise.

Le groupe Groenland... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le groupe Groenland

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

En présence de 200 spectateurs, le député péquiste de Saint-Jérôme a interpellé la chanteuse Sabrina Halde, du groupe québécois Groenland, qui chante en anglais, pour lui demander qu'elle s'adresse en français sur la scène de l'Agora des arts, le 29 janvier.

« En français s'il vous plaît! » a crié M. Péladeau. La chanteuse a demandé à ce spectateur, qu'elle ne connaissait pas, de répéter ce qu'il venait de lui lancer, ce qu'il a fait. Selon des témoins de la scène, l'intervention a suscité une surprise certaine; la chanteuse a même paru agacée. Elle avait été interrompue dans son boniment, en français, entre deux chansons du groupe, qui sont pour l'essentiel en anglais. « Vous vous êtes trompé de spectacle! » lui a-t-elle répliqué.

« Je me demandais si cela allait sortir ou pas », a dit, amusé, à La Presse Simon Gosselin, le bassiste du groupe. Une chose est sûre, « on ne savait pas que c'était PKP qui criait comme ça. On ne l'a su que le lendemain ». La chanteuse présentait en français la chanson à venir quand le magnat de la presse est intervenu.

M. Péladeau a ensuite quitté la salle, a rapporté un témoin.

« Pas de politique »

Était-ce une intervention impertinente? « Je n'aurai pas de commentaires. Moi, je fais de la musique, pas de la politique », a conclu M. Gosselin, avant de nous renvoyer au gérant du groupe, Gourmet Délice. « Sabrina n'est pas intéressée à en dire plus. Sur la scène, elle n'était pas consciente de qui il s'agissait. »

Tout s'est passé « dans une atmosphère bon enfant. Elle faisait un spectacle avec trois groupes anglophones. C'était pas le meilleur endroit pour chercher du français », a observé M. Délice. Au début, la chanteuse, qui portait des écouteurs, ne comprenait pas ce que voulait ce spectateur. « Elle s'est rendu compte que les gens dans la salle avaient arrêté de réagir. Que tout le monde attendait quelque chose. »

Les mots de Pierre Karl Péladeau ont laissé des spectateurs perplexes. La Presse a pu s'entretenir avec certains d'entre eux, qui ont jugé le geste un peu inapproprié, puisqu'il était clair que la soirée mettait en vedette trois groupes qui chantaient en anglais. Avant Groenland, Émilie & Ogden et Caroline Keating s'étaient partagé la scène. M. Péladeau n'était cependant arrivé qu'après les prestations des deux premiers groupes.

« C'était juste maladroit, a dit Samuelle Ramsay-Houle, agente de projet. C'était en plein milieu du spectacle et il a lâché ça. C'était vraiment nowhere, ça sortait de nulle part. Il n'y avait rien qui parlait de chanson en français ou en anglais, il a vraiment juste lancé: «En français s'il vous plaît!» »

« Il était 23 h, je ne sais pas si vous avez vu l'horaire très chargé de M. Péladeau pour cette journée », a souligné son porte-parole, Marc André De Blois, vendredi. Le politicien « a effectivement demandé une chanson en français », dit-il. « Pour lui, la langue française est importante, cela fait partie de son engagement politique », a-t-il ajouté.

Responsable du Festival de musiques émergentes, l'organisateur péquiste de la région, Sandy Boutin, l'avait très chaleureusement présenté à son arrivée, alors que la présence d'Alexandre Cloutier, un autre aspirant à la direction du PQ, était passée sous silence. Relancé par La Presse, le député de Lac-Saint-Jean a refusé de discuter des échanges entre M. Péladeau et les artistes.

Sandy Boutin, qui soutient la candidature de M. Péladeau, « avait mené le bal pour [son] accueil », a expliqué le directeur de la salle, Jean-Guy Côté. « J'ai été pris dans cet événement, j'ai trouvé un peu déplacé l'accent qui était mis sur cette tournée de candidats. Ils ont le droit d'aller où ils veulent, mais de là à faire campagne [dans des salles de spectacle] c'est autre chose! », a dit M. Côté, qui n'a su que plus tard qu'il y avait deux et non un seul candidat dans sa salle.

Groenland

Groenland a vendu 25 000 exemplaires de son premier album, The Chase, sacré Album pop de l'année au GAMIQ 2013 et nommé dans la catégorie Album de l'année - anglophone à L'Autre Gala de l'ADISQ 2013.

Le groupe revient d'une tournée en Allemagne, à Berlin notamment, et a aussi participé au festival Reeperbahn à Hambourg. Ce groupe d'indie pop a présenté son spectacle dans plusieurs villes et festivals l'automne dernier. Il se produira dans les prochains jours à Toronto et dans d'autres villes ontariennes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer