• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Pipeline Saint-Laurent: ouvert en 2012 et déjà rouillé 
Exclusif

Pipeline Saint-Laurent: ouvert en 2012 et déjà rouillé

Neuf mois après la mise en service du... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Neuf mois après la mise en service du pipeline qui relie la raffinerie d'Énergie Valero à son centre de distribution de Montréal-Est, les premières traces de corrosion ont été détectées.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant que tous les yeux sont tournés vers le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, le pipeline Saint-Laurent de la société Énergie Valero connaît des problèmes de corrosion depuis son ouverture en décembre 2012, a appris La Presse.

Neuf mois après la mise en service du pipeline qui relie la raffinerie d'Énergie Valero - dont le premier actionnaire est Ultramar - à son centre de distribution de Montréal-Est, les premières traces de corrosion ont été détectées au cours d'une inspection avec une sonde intelligente. Deux mois plus tard, les résultats étaient connus chez Valero: la corrosion était concentrée dans le secteur est de la conduite de 243 km, c'est-à-dire entre Lévis et Saint-Agapit.

Ce n'est toutefois qu'un an plus tard, soit le 4 novembre dernier, que le Comité de liaison créé pour assurer «le dialogue avec les propriétaires et les populations concernés» a reçu des explications officielles de l'entreprise. Cette dernière avait signalé discrètement la situation dans un bulletin d'information d'avril 2014.

«Les problèmes de corrosion équivalaient à une usure prématurée comme si les tuyaux avaient 10 ans, nous a dit la compagnie», explique France Lamonde, qui siège au comité de liaison contrôlé par Valero. En plus d'être présidente de l'Association des propriétaires privés, agricoles (acéricoles) et forestiers (APPAF), Mme Lamonde est propriétaire de terres traversées par le pipeline Saint-Laurent.

Corrosion et fuite

Selon une analyse des ruptures dans les principaux réseaux de pipelines du pays menée pour le compte de l'Office national de l'énergie du Canada (ONE), en 2003, «les causes principales de rupture sont, par ordre d'importance, la corrosion externe, la fissuration par corrosion sous tension (FCST) et les dommages par des tiers». Dans son rapport de juillet 2007 concernant le pipeline Saint-Laurent, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) note que le promoteur lui-même a évalué les risques de fuite et qu'il estime que la corrosion peut être à l'origine de fuites, mais dans une moindre mesure que ne le disent les travaux de l'ONE.

Chez Valero, on soutient avoir agi promptement. «La vérification a été faite parce qu'il y avait un besoin de surveillance, étant donné qu'il s'agit d'une nouvelle installation, même si normalement, la sonde intelligente n'est utilisée que tous les cinq ans. On a fait des excavations et on a trouvé de la corrosion de surface. On a réparé les taches et on a ajouté des rubans de zinc», affirme Julie Cusson, porte-parole de Valero. Mme Cusson insiste pour dire que «jamais l'intégrité de la conduite n'a été mise en question».

La corrosion s'explique par la combinaison des terres humides que traverse le pipeline ainsi que la proximité des pylônes d'électricité. Le pipeline Saint-Laurent longe l'emprise d'Hydro-Québec.

L'automne dernier, Valero a procédé à l'inspection d'autres tronçons de son pipeline. Des traces de corrosion ont été décelées dans deux secteurs de la Montérégie. «La protection cathodique a aussi été renforcée et les systèmes de suivi ont été installés», a donné l'assurance Mme Cusson.

Agir de façon responsable

Valero a prévenu la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) en février 2014 alors qu'elle n'avait aucune obligation de le faire, souligne-t-on à la RBQ. «Valero prend ses responsabilités. S'il y avait une fuite, Valero a 24 heures pour prévenir le ministère de l'Environnement», indique Sylvain Lamothe, de la RBQ.

Ces problèmes sont toutefois source de préoccupation, croit le professeur des HEC, Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie. Ils s'ajoutent aux craintes soulevées la semaine dernière par une première étude environnementale indépendante quant à la possibilité d'un déversement de pétrole lourd avec le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Les vérifications et les réparations qui ont été faites par Valero sont plutôt de bon augure, note le professeur Pineau. Il rappelle toutefois que le pipeline Saint-Laurent échappe à la juridiction de l'Office national de l'énergie. «Ce cas de pipeline se trouve dans une zone d'ombre qui vient notamment du partage des responsabilités entre le fédéral et le provincial. Valero passe sous le radar jusqu'à un certain point. Ça peut engendrer des problèmes de transparence», ajoute-t-il.

Le pipeline Saint-Laurent a été créé après l'adoption de la loi privée 229, en juin 2005.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer