• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Plusieurs milliers de manifestants pour appuyer la survie de la SRC 

Plusieurs milliers de manifestants pour appuyer la survie de la SRC

Les compressions successives touchant Radio-Canada, les mises à... (Photo Fanny Lacasse, La Presse)

Agrandir

Les compressions successives touchant Radio-Canada, les mises à pied, de même que la fermeture de studios et, plus récemment, du plus grand costumier en Amérique du Nord, inquiètent les défenseurs de la société d'État.

Photo Fanny Lacasse, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le volet montréalais de la manifestation pour la survie de Radio-Canada, tenu dimanche après-midi au centre-ville de la métropole, était joyeux, rassembleur et doté d'un itinéraire bien précis. En bref, il représentait l'inverse de ce que des milliers de personnes étaient venues dénoncer dans les rues, à savoir des compressions « absurdes » et un plan d'affaires qui prend des airs de « démantèlement », selon plusieurs manifestants.

Par milliers, ils ont déambulé dans les rues de Montréal, à l'appel du citoyen Nicolas Bédard, en brandissant des drapeaux sur lesquels le cercle central du logo de Radio-Canada avait été remplacé par un coeur. Car c'est en plein dans cet organe vital que les artisans du diffuseur public ont l'impression d'être touchés.

« J'ai 46 ans de Radio-Canada dans le corps. Je me réjouis de voir cette foule. On en a des amis! », a lancé l'animateur Simon Durivage, ému devant la mobilisation citoyenne. Son ancien collègue Jean-François Lépine, qui a quitté Radio-Canada, ne pouvait s'empêcher de parler en employant le mot « nous ». Il a mené une charge à fond de train contre le président-directeur général de CBC/Radio-Canada, Hubert T. Lacroix. « Il essaie de récupérer la manifestation et nos arguments. C'est une bonne opération de relations publiques, il l'essaie et ça ne marchera pas. C'est un peu scandaleux de sa part », a-t-il lâché. Comme lui, plusieurs marcheurs ont mal accueilli la déclaration de M. Lacroix, qui a lancé un appel à un « diffuseur fort, générateur de contenus qui forgent notre identité et enrichissent notre vie démocratique » à l'approche des manifestations, tenues dans dix villes de la province dimanche.

« Nous, on se demande s'il se bat pour nous », a résumé Stéphane Archambault, animateur à ICI Musique. « On a l'impression qu'il y a un mandat politique derrière les coupes, le mandat de rapetisser Radio-Canada jusqu'à l'extinction, ou presque. [...] On dit qu'il faut couper, couper, mais dans quel but? Ce n'est pas clair. »

Ce qui semble clair, pourtant, ce sont les impacts des compressions exigées au diffuseur public, qui doit abolir le quart de ses postes d'ici cinq ans et vendre sa maison-mère. À 24/60, l'animatrice et journaliste Anne-Marie Dussault a pour ainsi dire renoncé aux liaisons en direct avec l'étranger. « Trop cher », a-t-elle lancé. À Enquête, Madeleine Roy doit composer avec une équipe de journalistes considérablement amincie. De plus en plus, elle sent la pression pour boucler des enquêtes plus rapidement. « Mais plus on travaille vite, plus on risque de faire des erreurs, et de perdre notre crédibilité », a-t-elle déploré. « Je suis devenue une des plus jeunes », a aussi confié la journaliste, qui entame la cinquantaine. « On perd des gens qui ont 14 ans de permanence, qui sont à Radio-Canada depuis 20, 25 ans. »

Car les « jeunes » qui subissent les compressions ne le sont pas tant que ça. Dave-Éric Ouellet, alias MC Gilles, est de ceux-là. À 42 ans, il sert même d'archiviste de remplacement; d'archiviste par défaut. « Dernièrement, Gilles Latulippe est décédé et on avait de la difficulté à trouver des extraits. On m'a téléphoné pour me demander si j'avais ses disques. Mais ce n'est pas moi qui devrais avoir ça! », a-t-il dénoncé, inquiet de voir le « patrimoine » disparaître avec les coupes. Pascal Robidas, journaliste aux actualités, fait de son mieux pour continuer de gagner sa vie. Toutes les semaines, il parcourt les 200 km qui le séparent de l'Outaouais pour remplacer au pupitre radio de Radio-Canada Ottawa/Gatineau. Pourtant, il compte 13 ans de métier; assez pour avoir vécu la mort des salles de nouvelles et les mises à pied massives à TQS, en 2008. Six ans plus tard, il espère que l'histoire n'aura pas tôt fait de se répéter.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer