Ce n’est pas parce que les feuilles sont dorénavant au sol que les belles journées d’automne sont derrière nous. Les escapades de week-end sont encore de mise, notamment dans la région de Charlevoix, qui ralentit le rythme après avoir été envahie par des hordes de touristes pendant la belle saison. Découvertes à échelle humaine à Baie-Saint-Paul et dans les environs.

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Zombies, fermette et labyrinthe

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Marie-Noëlle Beaulieu adore créer chaque année des labyrinthes dans ses champs de maïs.

Il faut faire le détour par le chemin Saint-Laurent, superbe route qui surplombe par moments la vallée de la rivière du Gouffre, là où se trouve justement la ferme de Marie-Noëlle Beaulieu, bien connue dans la région pour ses labyrinthes aménagés tous les étés depuis six ans dans son champ de maïs. C’est à la fin du mois d’octobre, quand les plants de maïs se mettent à craquer au vent, que l’éducatrice devenue agricultrice met en scène le clou de son spectacle : elle invite d’abord les enfants le 23 octobre pour une cueillette de bonbons toute spéciale, avant de céder les couloirs du labyrinthe aux zombies le samedi suivant pour une soirée d’Halloween terrifiante, mais néanmoins sympathique.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

La ferme de Marie-Noëlle Beaulieu se spécialise dans l’élevage d’animaux de ferme miniatures, dont des vaches texanes, d’autres animaux originaires d’Afrique et plusieurs types de chevaux.

« Mon rêve a toujours été de fabriquer un labyrinthe », nous explique Marie-Noëlle Beaulieu en nous guidant vers son champ dans lequel elle a aménagé 3,5 km d’étroits couloirs. « Ça fait six ans que je le fais, on change le thème et les énigmes tous les ans. Maintenant, les gens commencent à m’écrire au mois de juillet pour savoir si mon labyrinthe est prêt ! » On se laisse en effet prendre au jeu, à la recherche du fameux maïs bleu ou à la quête des lettres formant le mot caché — on tremble à l’idée de faire le travail avec un zombie qui nous souffle dans le cou !

En plus de son populaire labyrinthe, Mme Beaulieu propose aussi des visites de sa ferme, qui se spécialise dans les petits animaux de ferme exotiques, en plus de faire un peu d’élevage ou de vente d’œufs. En primeur cette année, il sera possible de prolonger la période de visite des animaux qui tolèrent le froid à la faveur d’un parcours de Noël illuminé.

Consultez le site web de la Ferme Marie-Noëlle Beaulieu

Loisirs canins

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

La propriétaire de La Reine et le Millionnaire, Charlotte Pozzi, accompagne les clients dans la visite du chenil, au grand plaisir de la trentaine de chiens de traîneau.

C’est dans le même secteur que se trouve La Reine et le Millionnaire, centre récréatif canin ouvert toute l’année. L’endroit a bâti sa renommée en organisant des sorties de traîneau à chiens, mais il est bon de savoir qu’il est possible de s’y rendre simplement pour visiter le chenil, au grand plaisir de ses locataires, une affectueuse meute d’une trentaine de chiens de races husky et alaskan qui ne demandent pas mieux que de recevoir de la visite. « Les gens ont envie de connecter avec ces chiens, nous explique la copropriétaire Charlotte Pozzi pendant que l’on subit l’assaut d’affection des toutous. Ces chiens ont un pouvoir attractif, et c’est de ce pouvoir-là que l’on veut se servir pour pouvoir emmener les gens en nature, pour faire du plein air. D’ailleurs, on est en train de regarder pour ouvrir des sentiers pour faire de la randonnée avec un chien. »

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Musher en hiver, le copropriétaire Alexandre Lavagne agit aussi à titre de guide de cani-trottinette.

L’activité viendrait ainsi s’ajouter à l’offre de sport canin que propose déjà l’entreprise établie depuis 10 ans, d’abord dans le secteur de Sacré-Cœur et ensuite à Baie-Saint-Paul. Outre le traîneau à chiens en hiver, on peut aussi pratiquer la cani-trottinette, activité originale qui consiste à monter sur une trottinette à roues de vélo spécialement conçue pour être tirée par un chien. Après une courte formation — il faut savoir comment freiner tout en conservant la corde de l’attelage bien tendue —, on se rend au sentier des Caps pour une randonnée d’une heure. « Bien des gens qui œuvrent dans le domaine du sport canin commencent à vouloir prioriser la roue, parce que le chien travaille moins fort, soutient notre guide Alexandre Lavagne, également copropriétaire. Le chien développe une puissance pour la vitesse et le plaisir alors que sur le traîneau, ça va être du travail. » C’est pourquoi il songe à faire l’essai cet hiver de cani-trotinettes à roues surdimensionnées, même si les balades en traîneau seront bien sûr encore proposées. « Le traîneau à chiens, c’est bien plus qu’un simple loisir, affirme Charlotte Pozzi. On voit des choses magnifiques, on vit un moment hors du temps, on ressent le feutré de la neige, les petits grincements du traîneau, bref, ça provoque quelque chose chez les gens. »

Consultez le site web de La Reine et le Millionnaire

Bien manger, bien boire

  • Servis dès 7 h 30, les déjeuners du Domaine Belle Plage sont savoureux, apprêtés avec originalité avec des ingrédients frais et locaux.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Servis dès 7 h 30, les déjeuners du Domaine Belle Plage sont savoureux, apprêtés avec originalité avec des ingrédients frais et locaux.

  • Le Mousse Café est né de la mise en commun de projets individuels des cinq membres fondateurs de la coopérative de solidarité.

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Le Mousse Café est né de la mise en commun de projets individuels des cinq membres fondateurs de la coopérative de solidarité.

  • Si Le Mousse Café répond à un besoin de la communauté, les touristes sont évidemment les bienvenus !

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Si Le Mousse Café répond à un besoin de la communauté, les touristes sont évidemment les bienvenus !

  • André Larouche, brasseur et copropriétaire de Country Club microbrasserie

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    André Larouche, brasseur et copropriétaire de Country Club microbrasserie

  • Avant de revenir à Baie-Saint-Paul, André Larouche a fait ses classes à Québec, chez Brasseurs sur demande. Il a ensuite profité des premiers mois d’activité pour peaufiner ses recettes. Nos coups de cœur sont la Tic-Tac-Toe (lager), la Fumble (IPA de la Nouvelle-Angleterre) et la Pige dans le Lac (IPA blanche).

    PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

    Avant de revenir à Baie-Saint-Paul, André Larouche a fait ses classes à Québec, chez Brasseurs sur demande. Il a ensuite profité des premiers mois d’activité pour peaufiner ses recettes. Nos coups de cœur sont la Tic-Tac-Toe (lager), la Fumble (IPA de la Nouvelle-Angleterre) et la Pige dans le Lac (IPA blanche).

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec des tables comme Le Mouton Noir, les Labours, Les Faux Bergers, Le Diapason ou La Louve buvette, l’offre de restauration à Baie-Saint-Paul est incomparable. Ce à quoi on peut aussi ajouter la microbrasserie Charlevoix, ainsi que l’offre de spiritueux de la Famille Migneron — le gin Charlevoyou, distillé à partir du petit-lait récupéré de la fromagerie, vient d’ailleurs tout juste d’être lancé.

À ces adresses reconnues s’ajoutent quelques nouveautés. Le sympathique restaurant du Domaine Belle Plage, doté d’une magnifique terrasse en bordure de fleuve, est le fer de lance du renouveau de cet hôtel qui accueille les visiteurs toute l’année à quelques pas de la plage de Baie-Saint-Paul. Situé dans l’ancien couvent reconverti Maison Mère Baie-Saint-Paul, le Mousse Café est une coopérative de solidarité qui répond à plusieurs besoins de la communauté. « On répond tellement à un besoin social ; les gens n’avaient nulle part où aller pour venir flâner ou étudier ensemble », nous explique Marilyn Tremblay, directrice générale. On y retrouve sous le même toit un espace ludique avec un vaste choix de jeux de société, une boutique d’accessoires pour bébés et de matériel créatif de même que le café-luncherie, qui propose sandwichs, salades, cupcakes maison et pâtisseries.

Ouvert quelques mois seulement avant le début de la pandémie, Le Country Club microbrasserie a aussi vu le jour pour répondre à un besoin local. « Les bars où j’allais quand j’étais plus jeune sont tous fermés, on ne pouvait plus aller prendre une bière après notre match de hockey », affirme André Larouche, brasseur et copropriétaire, fier de proposer le tout premier endroit s’affichant comme pub sportif dans Charlevoix. Pour l’heure, il faut faire fi du décor extérieur plutôt quelconque du pub situé à l’entrée de la ville, car ce qu’on trouve derrière la porte vaut certainement le détour. Le résultat est convaincant, et ses brassins d’inspiration américaine se démarquent des produits offerts par ses voisins de la microbrasserie de Charlevoix.

Consultez le site web du Domaine Belle Plage
Consultez le site web du Mousse Café
Consultez le site web du Country Club microbrasserie

Randonnée au bord de La Rémy

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Au bout du sentier La Rémy se trouve une plateforme aménagée à 40 m au-dessus de la petite rivière enclavée dans le roc.

Outre le sentier des Caps et l’ascension du mont du Lac des Cygnes dans le parc des Grands-Jardins, la région de Baie-Saint-Paul regorge de sentiers appropriés pour tous les types de randonneurs. Méconnu, le réseau des Florent, qui s’étire autour de la rivière Rémy jusqu’à Saint-Urbain, est facile d’accès tout en offrant de saisissants points de vue et une nature vierge. Le sentier La Rémy est sans doute la section la plus accessible, on compte 1,3 km pour se rendre à la plateforme aménagée à 40 m au-dessus d’une tumultueuse cascade qui a taillé son chemin dans le roc. On trouve à mi-chemin des tables de pique-nique et un banc, l’endroit est parfait pour la collation. Pour un coup d’œil au-delà à la vallée de la rivière du Gouffre, un point de vue se trouve à moins de 1 km au sud de l’intersection des sentiers de La Rémy et des Florent.

Apprenez-en plus sur les sentiers et randonnées dans la MRC de Charlevoix