(Tadoussac) La Côte-Nord est très certainement la championne des saveurs boréales : chicoutai, salicorne, livèche écossaise, champignon crâbe (sic), poivre des dunes… C’est aussi une région qui s’étend jusqu’à la mer, formidable garde-manger en soi. Et la découverte s’amorce à Tadoussac, sitôt débarqué du traversier.

Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Chez Mathilde

Quand le chef propriétaire Jean-Sébastien Sicard a ouvert Chez Mathilde, il y a 11 ans, il voulait déjà intégrer un maximum de saveurs locales dans ses plats gastronomiques. Avec les années, il a su tisser des liens serrés avec bon nombre d’artisans cueilleurs, si bien que sa table est désormais franchement nord-côtienne. « Je me suis dit qu’il fallait axer mon menu sur le voyage, on amène donc les gens sur la Côte-Nord, avec ses petits produits comme la sabline, la salicorne, la gadelle, les groseilles, le cassis ou les pleurotes cueillis par plein de gens qui sont maintenant des amis, nous explique le chef. Ma cuisine découle donc d’une évolution naturelle qui vient du désir de découvrir, mais aussi de rencontrer l’autre, de rencontrer les gens. »

Chez Mathilde Express

PHOTO PIERRE-MARC DURIVAGE, LA PRESSE

Le casse-croûte Chez Mathilde Express est situé juste à côté de sa grande sœur, Chez Mathilde, table gastronomique qui se distingue par ses plats aux saveurs boréales.

Pour les gens de passage qui n’auraient pas le temps d’expérimenter le raffinement du menu dégustation de Chez Mathilde, il est bon de savoir que le resto prépare aussi ce qui est offert Chez Mathilde Express, petit casse-croûte situé juste à côté. « C’est comme un food truck, on est juste au bord de la rue, explique Jean-Sébastien Sicard. Et vu qu’on est sur les rives du Saint-Laurent, on a des fish and chips, du calmar frit, des lobster rolls, c’est donc un casse-croûte un peu upgradé. » Tout ça à des prix forts raisonnables. Un exemple ? Le Mathilde Burger, avec sa boulette maison, son oignon français, son bacon et son fromage Migneron est vendu 6,75 $, qui dit mieux ? Ah, pour un bon café ou un gelato maison, l’équipe de Chez Mathilde s’occupe aussi du Café Gelateria, installé à un jet de pierre, dans le local d’une ancienne boutique de métiers d’arts.

Microbrasserie Tadoussac

PHOTO PIERRE-MARC DURIVAGE, LA PRESSE

Par beau temps, la terrasse de la microbrasserie Tadoussac offre une vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent.

Située rue du Bord-de-l’Eau, la microbrasserie s’est associée cette année avec une équipe de restauration pour complètement réinventer sa table. L’expérience de manger sur la terrasse en contemplant la magnifique baie de Tadoussac s’annonce d’autant plus inoubliable que les bières de la microbrasserie méritent à elles seules le détour. D’ailleurs, on peut aussi manger et s’abreuver au pub voisin, qui propose aussi des spectacles pendant la belle saison.

Kiboikoi

PHOTO PIERRE-MARC DURIVAGE, LA PRESSE

Arthur Drouin s’affaire derrière le comptoir du café culturel Kiboikoi, dans le village des Escoumins.

Charmant petit café situé dans le non moins charmant village des Escoumins, le Kiboikoi est aussi un espace culturel où se produisent régulièrement musiciens et artistes visuels. Mais on y arrête bien sûr pour l’excellent café, les sandwichs, les viennoiseries et les autres gâteries. À la suggestion d’Arthur Drouin, jeune employé de la Rive-Sud de Montréal qui passe ses étés en Haute-Côte-Nord, il a fallu essayer le mokaccino, fait avec du lait au chocolat maison. On vous transmet à notre tour la suggestion, parfaite pour les amateurs de cacao !

Cantine des vacanciers

PHOTO PIERRE-MARC DURIVAGE, LA PRESSE

La Cantine des vacanciers est stratégiquement placée aux abords de la route 138, à Forestville.

En route vers la Moyenne ou la Basse-Côte-Nord, ou au retour, c’est souvent à Forestville que l’appétit nous gagne. Bonne nouvelle, la Cantine des Vacanciers est géniale. Les frites sont dorées et croquantes, la poutine est délicieuse. Mais on peut aussi se laisser tenter par un club au crabe ou une guédille aux crevettes — la matière première arrive bien fraîche des Pêcheries Manicouagan, dans le village voisin de Portneuf-sur-Mer. Impossible de se tromper !

Le goût de la Côte-Nord

Évidemment, l’offre gourmande de la Côte-Nord est beaucoup plus étoffée, la région s’est justement dotée cette année d’une initiative pour faire découvrir ses trésors culinaires aux visiteurs. Ainsi, le magazine et le site web Le Goût de la Côte-Nord sont de formidables outils à consulter avant et pendant votre voyage nord-côtier.

Consultez le site Le Goût de la Côte-Nord