Comme si les barrages et la route pour s’y rendre n’étaient pas suffisamment impressionnants, les environs élargis du secteur comptent des lieux tout aussi dépaysants.

Martin Tremblay Martin Tremblay
La Presse

Le cratère de météorite et les monts Groulx

  • Aujourd’hui, le cratère de 100 km de diamètre est visible de l’espace. Il a été découvert à la suite de l’inondation du réservoir Manicouagan, après la construction du barrage Manic-5 au début des années 1970.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Aujourd’hui, le cratère de 100 km de diamètre est visible de l’espace. Il a été découvert à la suite de l’inondation du réservoir Manicouagan, après la construction du barrage Manic-5 au début des années 1970.

  • Surnommé l’œil du Québec, l’astroblème a été désigné Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka en 2007 par l’UNESCO. L’île René-Levasseur, au centre du réservoir Manicouagan, est une importante réserve écologique du Québec.

    PHOTO GOOGLE EARTH

    Surnommé l’œil du Québec, l’astroblème a été désigné Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka en 2007 par l’UNESCO. L’île René-Levasseur, au centre du réservoir Manicouagan, est une importante réserve écologique du Québec.

  • La station Uapishka est un arrêt idéal pour visiter la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka. Établi sur la rive du réservoir Manicouagan et au pied des monts Groulx, l’établissement est un projet en partenariat avec le Conseil innu de Pessamit. Plusieurs types d’hébergement sont offerts : chambres, chalets, dortoirs et places en camping. La station est le camp de base pour les randonnées dans les monts Groulx.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    La station Uapishka est un arrêt idéal pour visiter la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka. Établi sur la rive du réservoir Manicouagan et au pied des monts Groulx, l’établissement est un projet en partenariat avec le Conseil innu de Pessamit. Plusieurs types d’hébergement sont offerts : chambres, chalets, dortoirs et places en camping. La station est le camp de base pour les randonnées dans les monts Groulx.

  • Une randonnée en kayak de mer sur le réservoir nous fait mieux comprendre son immensité et la beauté des lieux. La météo de l’endroit est reconnue pour changer rapidement. Les conditions sur l’eau peuvent rapidement se dégrader et des vagues dangereuses peuvent se former.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Une randonnée en kayak de mer sur le réservoir nous fait mieux comprendre son immensité et la beauté des lieux. La météo de l’endroit est reconnue pour changer rapidement. Les conditions sur l’eau peuvent rapidement se dégrader et des vagues dangereuses peuvent se former.

  • Un des plus beaux couchers de soleil du Québec. Un ciel spectaculaire qui s’embrase par la chaude lumière suivant la disparition du soleil du lointain horizon. « Je ne peux pas m’en lasser », confie David Béland, gérant de la station Uapishka.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Un des plus beaux couchers de soleil du Québec. Un ciel spectaculaire qui s’embrase par la chaude lumière suivant la disparition du soleil du lointain horizon. « Je ne peux pas m’en lasser », confie David Béland, gérant de la station Uapishka.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs l’ignorent, mais un événement historique mondial s’est produit ici il y a 214 millions d’années. L’un des cinq plus grands météorites à avoir frappé la Terre a touché la Côte-Nord et a eu des répercussions planétaires, provoquant une colossale onde de choc résonnant sur tout le supercontinent de cette époque.

Randonnée au sommet du mont Harfang

  • Encore méconnus du grand public, les monts Groulx sont très populaires parmi une clientèle de randonneurs chevronnés. Fred Fournier, propriétaire d’Attitude nordique, entreprise spécialisée dans les expéditions en plein air, explique que l’endroit est tendance en ce moment. C’est un « paradis méconnu de la randonnée, mais cette année, nous n’avons jamais vu autant d’autos dans les stationnements ».

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Encore méconnus du grand public, les monts Groulx sont très populaires parmi une clientèle de randonneurs chevronnés. Fred Fournier, propriétaire d’Attitude nordique, entreprise spécialisée dans les expéditions en plein air, explique que l’endroit est tendance en ce moment. C’est un « paradis méconnu de la randonnée, mais cette année, nous n’avons jamais vu autant d’autos dans les stationnements ».

  • L’amateur moyen de randonnée peut profiter des splendeurs des sommets des monts Groulx avec une randonnée de quatre heures jusqu’au sommet du mont Harfang.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    L’amateur moyen de randonnée peut profiter des splendeurs des sommets des monts Groulx avec une randonnée de quatre heures jusqu’au sommet du mont Harfang.

  • Notre guide, David Béland, nous avait prévenus : « On peut voir les quatre saisons dans la même journée. Vous devez prévoir du matériel pour toutes les situations. » La randonnée de quatre heures nous mène sur un sentier laissé à l’état brut.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Notre guide, David Béland, nous avait prévenus : « On peut voir les quatre saisons dans la même journée. Vous devez prévoir du matériel pour toutes les situations. » La randonnée de quatre heures nous mène sur un sentier laissé à l’état brut.

  • C’est une montée sur un sentier boueux et escarpé. Le dernier tiers de la montagne est dépourvu de végétation et exposé à des vents parfois forts.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    C’est une montée sur un sentier boueux et escarpé. Le dernier tiers de la montagne est dépourvu de végétation et exposé à des vents parfois forts.

  • Le sommet du mont Harfang offre une vue panoramique sur le réservoir Manicouagan. Ça ne sera pas pour cette fois-ci, puisque notre expédition se termine sous la neige.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le sommet du mont Harfang offre une vue panoramique sur le réservoir Manicouagan. Ça ne sera pas pour cette fois-ci, puisque notre expédition se termine sous la neige.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Innus les appelaient les monts Uapishka, ce qui signifie « sommets blancs ». Les monts sont en effet recouverts de neige neuf mois par année. L’ensemble de sommets en fait une destination de randonneurs expérimentés qui partent en excursion pendant des jours. Plusieurs aventuriers abandonnent en cours de route, tant le parcours est difficile.

La ville abandonnée de Gagnon

  • La nature ayant repris ses droits, il ne reste plus que le fantôme de la ville. Si ce n’était des photos exposées en bordure de route, il serait impossible de croire qu’une ville de 4000 personnes se dressait devant. Les trottoirs de béton et les plaques d’égout sont encore visibles de chaque côté de ce qui était autrefois un boulevard.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    La nature ayant repris ses droits, il ne reste plus que le fantôme de la ville. Si ce n’était des photos exposées en bordure de route, il serait impossible de croire qu’une ville de 4000 personnes se dressait devant. Les trottoirs de béton et les plaques d’égout sont encore visibles de chaque côté de ce qui était autrefois un boulevard.

  • Passage obligé sur la route 389, l’ancienne ville minière de Gagnon, propulsée par l’exploitation de la mine de fer du lac Jeannine et de Fire Lake, a disparu de la carte en 1985, après la crise du fer de 1982.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Passage obligé sur la route 389, l’ancienne ville minière de Gagnon, propulsée par l’exploitation de la mine de fer du lac Jeannine et de Fire Lake, a disparu de la carte en 1985, après la crise du fer de 1982.

  • « Henri Beaudin 1981 », inscrit sur le trottoir, rappelle le passé des 4000 personnes qui ont passé leur vie ici.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    « Henri Beaudin 1981 », inscrit sur le trottoir, rappelle le passé des 4000 personnes qui ont passé leur vie ici.

  • Le drapeau de la ville de Gagnon flotte toujours en bordure de l’ancienne ville.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le drapeau de la ville de Gagnon flotte toujours en bordure de l’ancienne ville.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qui étonne le plus à Gagnon, c’est qu’il est impossible d’imaginer qu’on y trouvait autrefois une école, un hôpital, un aréna, un centre commercial, un aéroport, une église et des dizaines de maisons.

Le mur de Fermont et la mine

  • Le mur-écran regroupe toute la vie communautaire de la ville. On trouve le long de ce grand corridor des centaines de logements, des établissements scolaires, une garderie, un hôtel et des commerces.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le mur-écran regroupe toute la vie communautaire de la ville. On trouve le long de ce grand corridor des centaines de logements, des établissements scolaires, une garderie, un hôtel et des commerces.

  • La ville s’anime derrière la protection du mur-écran.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    La ville s’anime derrière la protection du mur-écran.

  • La mine de fer du mont Wright est dirigée par la société ArcelorMittal.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    La mine de fer du mont Wright est dirigée par la société ArcelorMittal.

  • Le plus gros camion de mine existant au monde peut transporter 400 tonnes de minerai.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le plus gros camion de mine existant au monde peut transporter 400 tonnes de minerai.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

La ville minière de Fermont est connue pour son exploitation minière de fer et son mur-écran. Unique en Amérique du Nord, long de 1,3 km, ce mur a été conçu pour protéger la ville des vents nordiques. La majorité des 2500 résidants habite dans « une maison » appartenant à la société minière ArcelorMittal.

Baie-Comeau

  • Carrefour important de la Côte-Nord et du nord du Québec, la ville sert de port d’entrée pour l’arrière-pays de la Côte-Nord. L’offre touristique est généreuse dans de superbes paysages côtiers.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Carrefour important de la Côte-Nord et du nord du Québec, la ville sert de port d’entrée pour l’arrière-pays de la Côte-Nord. L’offre touristique est généreuse dans de superbes paysages côtiers.

  • Un ours noir mange tranquillement de l’herbe en bordure de la route 138 à Baie-Comeau.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Un ours noir mange tranquillement de l’herbe en bordure de la route 138 à Baie-Comeau.

  • Les derniers rayons de soleil pointent derrière l’horizon. Le fleuve reflète la palette de couleurs pastel qui emplit le ciel.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Les derniers rayons de soleil pointent derrière l’horizon. Le fleuve reflète la palette de couleurs pastel qui emplit le ciel.

1/3
  •  
  •  
  •  

Au retour, la visite de Baie-Comeau s’impose.