(Québec) Le gouvernement du Québec annonce la création d’une nouvelle réserve de biodiversité projetée sur l’île d’Anticosti pour aider sa candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Antoine Trussart
La Presse

La nouvelle zone protégée regroupera trois réserves déjà annoncées en 2018 et la bande riveraine proposée en novembre 2019. On y ajoute cette fois des portions du littoral à protéger. C’est donc 28,4 % de toute la superficie d’Anticosti qui sera protégée.

La municipalité de l’Île d’Anticosti recevra également 1,2 million de dollars de Québec, a déclaré le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, de passage sur l’île lundi. Une partie de la subvention, 400 000 $, est donnée en support à la municipalité pour finaliser la candidature d’Anticosti à l’UNESCO. Cet argent s’ajoute à une précédente subvention du même montant octroyée en 2018 à la municipalité par Québec. Le reste de l’argent promis aujourd’hui servira ensuite à faciliter l’accès à l’île et à son patrimoine, a-t-on annoncé.

« On veut que le patrimoine soit reconnu, mais on veut qu’il soit accessible. Il faut qu’il y ait des infrastructures pour qu’on puisse le mettre en valeur », a précisé Benoit Charette en conférence de presse virtuelle.

Le gouvernement du Québec s’attend à ce que le site de Tr’ondëk-Klondike au Yukon soumette également un dossier cette année. S’il est considéré comme recevable, c’est lui qui sera envoyé à l’UNESCO en février 2021 par Parcs Canada. La candidature de l’île d’Anticosti ne sera alors soumise qu’en 2022. Le comité de pilotage de la municipalité doit envoyer une version préliminaire du dossier à l’UNESCO dans les prochains jours pour une rétroaction volontaire.