Dans la lumière du matin automnal, le long trottoir de bois semble serpenter à l'infini au milieu des roseaux, des quenouilles et des bosquets aux feuilles rougeâtres.

Stéphanie Morin LA PRESSE

Certes, le parc du Marais de la Rivière aux Cerises n'est pas infini. Et sa passerelle piétonnière non plus. Mais dans ce territoire de tout juste 1,5 km2, on a érigé le plus long sentier sur pilotis en milieu humide du Québec: 2,5km de trottoir de bois... Pour mesurer l'effort de ceux qui ont érigé cette passerelle les pieds dans l'eau, il faut emprunter le sentier le Pionnier, qui suit l'ancien tracé de la voie ferrée jusqu'au coeur d'une tourbière.

Accessible sans frais, ce sentier (et les 4,5 autres km qui composent l'ensemble du réseau du Marais) est parfait pour une balade d'après-midi en famille. Les sentiers sont accessibles aux fauteuils roulants et aux poussettes. Les chiens y sont les bienvenus. Et les nombreux bancs installés le long du parcours permettent de reposer les jambes fatiguées.

Au printemps, les nombreux cerisiers (qui ont donné leur nom à l'endroit), les pommiers et les amélanchiers en fleurs dominent le paysage. À l'automne, peupliers, érables, chênes rouges et bouleaux jaunes composent la palette de couleurs. Les mélèzes ajoutent à la féérie, en tapissant le sol de milliers d'aiguilles jaunies.

Les naturalistes les plus aguerris peuvent observer ici une foule d'espèces animales et végétales, dont certaines spécifiques aux milieux humides. Des plantes insectivores. Du thé du Labrador. Des aulnes rugueux. Des hérons, des canards, des troglodytes, selon la saison. Des ouaouarons, des tortues. Des souris sylvestres, des lièvres.

Outre la longue passerelle de bois, le parc du Marais compte aussi une cache d'observation et une tour haute de 6m. De là-haut, la vue est imprenable. D'un côté, les maisons et le clocher de l'église de Magog. De l'autre, le mont Orford, habillé de rouge, d'orange, de jaune. Et au coeur de ce paysage, la rivière aux Cerises, qui s'écoule doucement vers le lac Memphrémagog. Un pont de bois, coiffé de cabanes à oiseaux rouge vif, enjambe la rivière.

Même si on fait vite le tour des sentiers, le parc offre une succession de paysages très différents, avec des incursions dans quatre milieux naturels distincts: marécages, tourbière, bois et marais. L'hiver, un sentier de raquette de 2,8km permet de se balader au milieu des pistes de lièvres.

Un bâtiment audacieux

Inauguré en juin dernier, le nouveau bâtiment d'accueil du Marais de la Rivière aux Cerises mérite une visite, notamment pour son architecture innovatrice qui allie plusieurs technologies vertes, dont la géothermie.

L'accès au centre d'interprétation est gratuit, seule la visite de l'exposition permanente, intitulée Destination Marais, est payante. Au menu: panneaux informatifs, vivariums, expériences sensorielles pour les enfants et activités interactives. Entrée: 7$ par adulte, gratuit pour les moins de 16 ans.

www.maraisauxcerises.com