La capitale du Chili, Santiago, multiplie les efforts pour s'imposer comme LA capitale la plus dynamique d'Amérique latine. Restos raffinés, bars branchés, hôtels de luxe et vins réputés... Il faut avouer que la ville beaucoup à offrir et de moins en moins à rougir de la comparaison avec sa jumelle argentine, Buenos Aires.

Violaine Ballivy LA PRESSE

JOUR 1

9h

Tour de ville à vélo

Avec ses 6 millions d'habitants répartis sur 640 km2, Santiago est un géant. Enfourchez un vélo pour en faire un tour express dès votre arrivée et apprécier sa diversité architecturale. Pédaler à Santiago n'est pas aussi agréable qu'à Amsterdam: les pistes cyclables y sont à peu près inexistantes et les rues plus cahoteuses qu'à Montréal au printemps. Mais le dénivelé est quasi nul et, en circulant hors des heures de pointe, sur le trottoir ou dans les nombreux parcs, vous n'aurez aucun souci. Pour un tour guidé: www.paseoenbicycleta.cl. Seul: concentrez-vous sur les quartiers BellaVista, le Barrio Brasil et Santiago Centro, en restant au nord de l'Alameda. Marquez une pause devant La Moneda, siège du gouvernement où Salvador Allende est mort le 11 septembre 1973.

Midi

Le vélo creuse l'appétit... Filez vers le Mercado Central situé tout près de la rivière Mapocho, entre le Parque de Los Reyes et le Parque Forestal: c'est un véritable paradis pour amateurs de poissons et de fruits de mer. Les allées du marché sont bordées de montagnes de pieuvres, steaks de thon, calmars, moules et autres mollusques bien frais: le Chili est le pays qui possède le plus long littoral sur le Pacifique. On y sert à grandes louchées une savoureuse «cazuela de mariscos», la soupe de fruits de mer typique du Chili, à l'un des meilleurs rapports qualité-prix en ville.

14h

Profitez de l'agréable Parque Forestal pour vous rendre jusqu'à La Chascona. Ce n'est peut-être pas la plus jolie des trois maisons du Nobel de littérature Pablo Neruda, mais sans aucun doute sa plus romantique. C'est celle que le poète acheta à la fin des années 50 pour y retrouver, en secret, sa maîtresse Matilde Urrutia, d'où son nom, la «Chascona» - décoiffée -, en référence à la chevelure de la belle amante après leurs rencontres. Conçue sans logique apparente, alambiquée, la maison-musée abrite toujours les étranges collections de bouteilles de verre et autres objets ludiques de Pablo Neruda. www.fundacionneruda.org

Photo: Violaine Ballivy

Détail des statues qui ornent l'entrée principale du cimetière central de Santiago.

16h30

Pause gourmande

La meilleure crème glacée de Santiago se déguste à l'Emporio La Rosa (291, rue Merced), l'ombre des arbres du Parque Forestal. Essayez les parfums les plus originaux: cannelle, rose, basilic ou les classiques chocolat, pistache, vanille. Tous délicieux. Les week-ends, chinez dans les kiosques des vendeurs d'objets vintage installés rue Lastarria. S'il pleut (ce qui serait exceptionnel à Santiago), optez pour un café dans l'un des nombreux bars et restos agréables sur la même rue.

17h30

Cerro Santa Lucia

C'est le rendez-vous des jeunes amoureux qui viennent s'y embrasser au soleil couchant. Mais seul, entre amis ou en couple, ce parc joliment aménagé, rempli de fontaines, sculptures et sentiers fleuris vaut le détour pour une vue en hauteur sur le centre-ville de Santiago.

Photo: Violaine Ballivy

Les rues piétonnes de Santiago sentent toujours bon: on y trouve à toutes les intersections des vendeurs de délicieuses noix grillées et sucrées. Irrésistibles.

20h

Bellavista

Jeune, dynamique, prisé des artistes et rempli de restaurants et de bars vaguement bourgeois-bohème, le quartier Bellavista est à ne rater sous aucun prétexte. Vous n'aurez aucun mal à trouver dans la cour intérieure du Patio Bellavista une terrasse agréable où déguster un fameux Pisco Sour, ce cocktail fait d'eau-de-vie, de sucre et de blanc d'oeuf dont le Chili et le Pérou se disputent si chaudement la paternité.

Jour 2

9h

Cerro San Cristòbal

Niché dans le quartier Bellavista, le cerro San Cristobal est le plus grand espace vert de Santiago, un poumon essentiel dans une ville dont la qualité de l'air laisse souvent à désirer. Bien plus haut que le Cerro Santa Lucia, le San Cristobal (869 m) peut se gravir à pied ou en funiculaire (environ 3$ pour l'aller-retour) jusqu'à mi-chemin, puis en téléférique (environ 4$ pour l'aller-retour) jusqu'au sommet.

Photo: Violaine Ballivy

Le palais de La Moneda.

11h30

Le cimetière central

La visite du cimetière central de Santiago est essentielle pour réaliser l'ampleur du gouffre économique qui sépare les classes sociales du pays. Les plus riches reposent dans des mausolées d'un luxe inouï, grands comme des maisons, alors que les plus pauvres sont entassés dans de petites cases superposées, leur nom étant parfois simplement écrit de manière malhabile au pinceau. Il reste que les lieux n'ont rien de lugubre, on y croise régulièrement des jeunes occupés à réviser leurs cours et des familles nombreuses. Arrêtez-vous devant la tombe de Salvador Allende et le mémorial aux victimes d'Augusto Pinochet. Métro: station Cementario. www.cementeriogeneral.cl .

14h

Rendez-vous maintenant en plein coeur du quartier historique de Santiago, sur la toujours très animée Plaza de Armas où s'entremêlent sans fin les vendeurs de cacahouètes sucrées (oui, les mêmes qu'à New York!), les joueurs d'échecs et les gamins en culottes courtes. Déambulez sur les paseos Ahumada, Estado et Hurféanos, les plus importantes artères commerciales piétonnes de Santiago, puis arrêtez-vous au Musée d'art précolombien qui retrace 4500 ans d'histoire amérindienne. Un incontournable. www.precolombino.cl

Photo: Violaine Ballivy

La richesse des monuments au cimetière de Santiago impressionne.

OU

On s'imagine mal aller au Chili, quatrième producteur de vin au monde, sans visiter au moins un vignoble! Si votre itinéraire au pays n'en inclut aucun, profitez de votre séjour à Santiago pour y remédier. À moins de 30 km du centre-ville, le géant Concha y Toro est facilement accessible, en métro et en bus ou en taxi. S'il n'a pas le charme des petits artisans, son domaine est immense et superbement rénové, avec un bar, un restaurant et une terrasse des plus invitants.

18h

Prenez le métro jusqu'à la station El Golf pour découvrir SanHattan, ce quartier chic que les Santiaguinos qualifient sans complexes de «Manhattan de Santiago». Empruntez les rues bordées de maisons cossues - et très modernes - restaurants haut de gamme, d'hôtels luxueux et de tours de bureaux. C'est le visage le plus moderne - et le plus américain sans doute - de la capitale. Cassez la croûte sur l'une des nombreuses terrasses ouvertes tard la nuit.

Photo: Violaine Ballivy

Chaque jour depuis une vingtaine d'année, des dizaines de personnes déposent des offrandes sur cette tombe, d'une petite fille, en espérant que leurs souhaits soient exaucés.

22h

La chaîne W vient d'ouvrir son premier hôtel d'Amérique latine à Santiago. Prenez-y l'ascenseur jusqu'au bar, au dernier étage, pour la plus belle vue de nuit de Santiago.

Une troisième journée?

Vous avez 72 heures à Santiago? Profitez-en pour faire une petite excursion vers la vallée du Cajon del Maipo. Après deux heures de bus le long d'un canyon, on vous déposera au pied d'une magnifique vallée surplombée d'un imposant glacier de la cordillère des Andes. Trois heures de randonnée modérée suffisent à atteindre un lac glaciaire turquoise, où l'on pique-niquera au pied des neiges éternelles du Morado. L'une des très belles randonnées du Chili, et sans aucun doute l'un des glaciers les plus accessibles à partir d'une capitale. Sur le chemin du retour, on se détend dans les - rustiques - thermes Morales. Accessible en transports en commun.