À 30 minutes de route de La Paz, la vallée de la Lune offre une escapade qui permet d’oublier un instant les klaxons et le chaos de la métropole bolivienne dans un environnement géologique étonnant. Visite en photos.

François Roy François Roy
La Presse

Un trajet aller-retour en taxi collectif entre la capitale et la vallée de la Lune coûte 6 bolivianos, soit à peine plus de 1 $ canadien. La route pour s’y rendre grimpe en lacets dans les montagnes et traverse quelques tunnels.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Malgré son nom, la vallée de la Lune n’est pas une vallée, mais un labyrinthe de canyons et de « cheminées de fée ». Ces colonnes naturelles ont été sculptées par l’érosion causée par l’eau et le vent dans un terrain fait majoritairement d’argile et de grès.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Une promenade de bois circule dans la « vallée », ce qui permet aux visiteurs de découvrir les curieuses formations.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

L’endroit est aride, le soleil tape dur et l’ombre est pratiquement inexistante. On se prend à envier les locaux qui ont pensé à apporter des parapluies en guise de parasols.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

En prenant tout son temps, arpenter le sentier prend environ une heure.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Le développement de La Paz est en train de gagner peu à peu la vallée de la Lune.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

À plus de 3600 m d’altitude, on cherche son souffle rapidement aussitôt que le sentier grimpe un peu. Une raison de plus pour prendre son temps en visitant les lieux.