(Rio de Janeiro) La célèbre statue du Christ rédempteur, qui domine Rio de Janeiro, a célébré mardi ses 90 ans, avec une messe, le lancement d’une chanson de samba et une cuvée de cachaça, l’eau-de-vie brésilienne.

Agence France-Presse

La cérémonie religieuse, initialement prévue au pied de l’immense statue, s’est finalement déroulée à la cathédrale métropolitaine, dans le centre de Rio, en raison du mauvais temps.

« Nous les Cariocas (nom des habitants de Rio) avons l’habitude de regarder vers le Christ qui est souvent dissimulé dans les nuages, mais nous savons qu’il est là », a déclaré l’archevêque de la ville, Orani Tempesta, pendant la messe à laquelle a assisté le maire, Eduardo Paes.

« Nous traversons encore la pandémie, mais avec un regard optimiste grâce à la vaccination. Les sombres nuages de l’année dernière se dissipent », a ajouté le prélat.

Plus de 58 % des près de sept millions d’habitants de Rio de Janeiro sont vaccinés contre la COVID-19 qui a emporté 600 000 personnes au Brésil depuis le début de la pandémie.

Avant l’irruption de la COVID-19, la statue de 38 mètres, située au sommet de la colline du Corcovado, recevait près de deux millions de visiteurs par an. Elle a été fermée entre mars et août 2020. Il faut désormais présenter un certificat de vaccination pour y avoir accès.

À l’occasion de son 90e anniversaire, l’immense statue art déco a fait l’objet d’un programme de restauration, notamment de son revêtement.

Une samba intitulée Alma carioca, Cristo redentor (Âme carioca, Christ rédempteur) a été lancée pour l’occasion, ainsi qu’une cuvée de cachaça où l’image de la fameuse statue apparaît sur l’étiquette des bouteilles.

En 1921, l’Église catholique avait organisé un concours pour la construction d’un monument religieux à l’occasion du centenaire de l’indépendance du Brésil (1822). L’ingénieur brésilien Heitor da Silva Costa avait remporté le concours et consacré dix ans au projet. La statue a été exécutée par le Français Paul Landowski.

Le monument a été inauguré le 12 octobre 1931. En 1973, il est déclaré Monument historique et classé en 2007 parmi les Sept merveilles du monde moderne.