(Ghadames) Un pays « magnifique » mais instable : une centaine de touristes européens ont entrepris un périple inédit à travers les vastes étendues du désert libyen, formant le plus important groupe de voyageurs étrangers à visiter ce pays depuis presque 10 ans.

Hamza MEKOUAR Agence France-Presse

Les sirènes des policiers retentissent à travers la ville fortifiée de Ghadames, ouvrant le passage à des dizaines de gros 4x4 transportant des touristes italiens, français, islandais ou suisses.

À l’instar des autres villes libyennes, cette oasis bâtie au milieu d’une palmeraie n’avait pas reçu de groupes de touristes depuis 2012, du fait du chaos consécutif à la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

À la faveur de la fin des combats entre camps rivaux à l’été 2020 et du processus politique en cours visant à pacifier le pays, Ali el-Kouba, qui dirige une agence de voyages privée, a organisé ce road-trip pour « casser le mur de la peur chez de nombreux admirateurs du Sahara libyen », confie-t-il à l’AFP.

Avec le soutien des autorités, qui ont sécurisé le circuit et fourni des policiers pour escorter le convoi, M. Kouba a « offert gracieusement » le voyage à une centaine de touristes européens, pour beaucoup des baroudeurs aguerris qui connaissaient déjà le pays.

« Revenir »

PHOTO MAHMUD TURKIA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Arrivé via un poste-frontière avec la Tunisie, le groupe a passé une nuit à la belle étoile avant de s’élancer à la découverte du grand sud libyen fait de dunes et de rocailles, en passant par la pittoresque Ghadames, située à 650 km au sud-ouest de Tripoli.

C’est le cas de Jean-Paul, un Français de 57 ans : « la dernière fois (en Libye) remonte à plus de dix ans. Nous avions découvert un pays magnifique, avec des paysages extraordinaires et des gens très accueillants », se souvient-il.

« Bien sûr, nous avions envie de revenir. Les évènements ont fait que pendant dix ans, cela n’a pas été possible, et là, on nous a fait savoir qu’on pouvait éventuellement revenir en étant encadrés, en sécurité, les gens sont toujours accueillants et on sent que les Libyens ont envie de revoir des touristes », dit le voyageur.

« Nous voici à Ghadames, après 10 ans d’absence », renchérit d’une voix enthousiaste l’Italien Giovanni Paolo, coiffé d’un chèche jaune façon Touareg. « Nous étions sûrs d’être les bienvenus dans ce merveilleux pays », lance dans un grand sourire ce voyagiste d’une cinquantaine d’années.

Arrivé via un poste-frontière avec la Tunisie, le groupe a passé une nuit à la belle étoile avant de s’élancer à la découverte du grand sud libyen fait de dunes et de rocailles, en passant par la pittoresque Ghadames, située à 650 km au sud-ouest de Tripoli.

Connue sous le nom de « Perle du désert », Ghadames est l’une des plus anciennes villes de la région présaharienne.

Armés d’appareils photo et de téléphones intelligents, les visiteurs arpentent en groupe la médina de l’ancienne cité caravanière, avec ses ruelles labyrinthiques peintes à la chaux, ses boutiques d’artisanat et ses maisons traditionnelles, renforcées par des troncs de palmiers.

Dans la partie nouvelle de cette ville inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, une élégante mosquée à deux minarets se dresse face à des villas cossues au ton ocre ornées de cornes blanches, reprenant les éléments architecturaux typiques de la vieille ville.

Jean-Jacques Sire, un Français de 67 ans, a découvert en 1994 la Libye où il a « rencontré une population d’un accueil exceptionnel », avant d’y retourner quatre ans plus tard. « Quand j’ai su qu’il y avait un groupe d’amis qui était prêt à revenir, je n’ai pas hésité », raconte-t-il, barbe blanche et chapeau melon noir sur la tête.

Sécurité précaire

PHOTO MAHMUD TURKIA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Armés d’appareils photo et de téléphones intelligents, les visiteurs arpentent en groupe la médina de l’ancienne cité caravanière, avec ses ruelles labyrinthiques peintes à la chaux, ses boutiques d’artisanat et ses maisons traditionnelles, renforcées par des troncs de palmiers.

Secteur confidentiel dans un pays où la paix demeure fragile et l’économie dominée par le poids des hydrocarbures, le tourisme avait connu une timide ouverture dans les années 2000.

À l’époque, le régime de Kadhafi venait d’entreprendre un retour sur la scène internationale, couronné par la levée d’un embargo onusien en 2003.

Des visas de tourisme avaient été délivrés pour la première fois et un ministère avait été créé. En 2010, 110 000 touristes étrangers avaient visité la Libye, générant 40 millions de dollars de recettes.

Tout s’est arrêté net en 2011.

« L’idée derrière le voyage était de faire revenir les touristes européens et aujourd’hui ils sont là », se réjouit Khaled Derdera, coordinateur général du voyage, qui veut contrecarrer « l’idée selon laquelle la Libye est un État défaillant ».

Malgré les avancées politiques des derniers mois, la sécurité demeure néanmoins précaire. La plupart des pays déconseillent formellement à leurs ressortissants de s’y rendre, retardant la relance du secteur.