(Rabat) Le Maroc a suspendu dimanche tous les vols internationaux « jusqu’à nouvel ordre » pour contenir la propagation du coronavirus, mais des avions spéciaux ont été autorisés pour rapatrier les touristes européens bloqués.

Agence France-Presse

À l’aéroport de Marrakech, le plus grand du pays, la situation très tendue ces derniers jours commençait à se normaliser dimanche, a constaté l’AFP sur place.

La suspension des liaisons aériennes avec les pays européens les plus touchées, l’Espagne puis la France, a été mise en place vendredi, étendue samedi à d’autres pays puis dimanche au monde entier.

Des milliers de touristes, notamment français, se sont retrouvés bloqués dans le royaume, qui a accueilli en 2019 quelque 13 millions de visiteurs. Puis les autorités marocaines ont accepté de discuter « au cas par cas » pour autoriser des vols spéciaux, selon les informations obtenues par l’AFP.

Plusieurs avions vers l’Europe, notamment la France, l’Allemagne, l’Espagne ou la Belgique, sont partis dimanche, selon les informations diffusées sur les sites des différents aéroports du pays.  

Une quarantaine de vols devaient opérer entre dimanche et lundi vers la France, a annoncé sur Twitter le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

À l’aéroport de Marrakech, des dizaines de touristes désemparés cherchaient encore des billets d’avion dimanche soir, mais le calme régnait dans le grand hall. Les centaines de personnes qui y étaient coincées pendant deux jours ont fini par trouver des solutions.

« Le pire, ce sont les conditions sanitaires : comment laisser les gens comme ça alors qu’on parle de pandémie », proteste Yves Dubois, un Français de 65 ans. Comme beaucoup, ce professionnel de la santé à la retraite a fini par trouver un billet.  

« Le plus terrible, c’est le manque d’information », estime pour sa part Evelyne Lozier, une Française de 62 ans. Venue de Nantes (ouest) pour un stage de méditation, elle a « passé son temps à stresser ». Elle doit partir lundi.

Dimanche soir, encore au moins 2500 Français à Marrakech attendaient un vol, selon une source diplomatique jointe par l’AFP.

Marocains aussi bloqués

Parallèlement, les passages terrestres vers les enclaves espagnoles de Ceuta ou Melilla, également fermés depuis vendredi, ont partiellement rouvert pour permettre aux touristes européens d’accéder aux traversiers vers l’Espagne, selon les informations obtenues à Rabat.

Eux aussi pris par surprise, des milliers de Marocains sont également bloqués dans des aéroports, notamment en France, mais aussi dans des ports espagnols, selon les médias locaux.

Alors que l’Europe est devenue l’épicentre de la pandémie, le Maroc reste relativement épargné même si, d’après un nouveau bilan officiel, les cas détectés ont triplé en trois jours, passant à 28 dimanche — dont un décès et une rémission. Le ministre des Transports figure parmi les contaminés, mais les autres membres du gouvernement ont été testés négatifs.

Un fonds spécial de 10 milliards de dirhams dédié à la gestion de la pandémie va être débloqué pour la « mise à niveau » du dispositif médical, mais aussi pour amortir l’impact économique de la pandémie notamment dans le secteur du tourisme, a annoncé un communiqué officiel dimanche.

Le pays de 35 millions d’habitants compte quelque 1600 lits en service de réanimation, dont 250 sont actuellement réservés pour les potentiels patients contaminés, selon les chiffres donnés par le premier ministre Saâd Eddine El Othmani.

Les établissements scolaires et les universités ont été fermés, tous les événements culturels et sportifs annulés et les rassemblements publics de plus de 50 personnes sont interdits.