• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > New York Fashion Week: Vera Wang mi boudoir mi bohème 
Source ID:; App Source:

New York Fashion Week: Vera Wang mi boudoir mi bohème

La créatrice américaine d'origine chinoise aime le noir,... (Photo Bebeto Matthews, AP)

Agrandir

La créatrice américaine d'origine chinoise aime le noir, et cette collection printemps-été 2015 ne fait pas exception.

Photo Bebeto Matthews, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Vera Wang avait l'esprit voyageur mardi à la Fashion week de New York, où elle a présenté une collection mi-boudoir mi-bohème, jouant résolument les oppositions.

Vera Wang avait l'esprit voyageur mardi à la... (Photo Bebeto Matthews, AP) - image 1.0

Agrandir

Photo Bebeto Matthews, AP

Vera Wang avait l'esprit voyageur mardi à la... (Photo Bebeto Matthews, AP) - image 1.1

Agrandir

Photo Bebeto Matthews, AP

La créatrice américaine d'origine chinoise aime le noir, et cette collection printemps-été 2015 ne fait pas exception: il s'impose d'entrée, avec beaucoup de froncé, ruché, de gros plis strictement ceinturés, sur des mini jupes ou pantalons de crêpe double face, des tops bandeau, des vestes asymétriques, des volumes ultra-courts et de complexes superpositions.

Beaucoup de passementerie aussi, sur le dos des vestes, des robes trapèze lourdement chargées de pierres et cristaux Swarovski, avant qu'une nouvelle silhouette n'émerge, plus longue, légère, plus libre, pour des robes de soie fleurie jusqu'au sol et jupons de tulle.

Vera Wang, 65 ans, qui défilait dans une galerie de Chelsea, avait voulu un décor façon jardin parisien des Tuileries, avec des petits graviers au sol et des buis noircis et taillés, d'où émergeaient les modèles.

«C'est un peu ma version des Tuileries, le thème du parc, mais conçu d'une façon très new-yorkaise, notamment dans le manque de couleur», a-t-elle ensuite expliqué à l'AFP.

Et même si ce n'est pas Versailles, elle voit dans sa collection «l'esprit et l'extravagance et la féminité, mais aussi la faiblesse et la fierté de Marie-Antoinette».

«On commence avec la tension de tailleurs noirs très contrôlés, et on finit complètement flou», dit-elle.

Une façon pour elle, de rendre hommage «aux personnalités différentes des femmes» à travers cette collection «boudoir enfant, bébé bohème».

«Pour nous ça change tous les jours», dit-elle, «c'est un voyage. Même dans une femme, il n'y pas qu'une personnalité».

Vera Wang avait l'esprit voyageur mardi à la... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS) - image 2.0

Agrandir

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Son défilé mardi, au sixième jour de la Fashion week de New York, suivait de peu celui de Tory Burch.

La designer américaine avait été inspirée pour sa nouvelle collection par la peintre française, muse et maîtresse de Picasso, Françoise Gilot.

Sa collection, fraîche et comme toujours très portable, déclinait les imprimés noir et blanc ou moutarde, les fines rayures, mais aussi les beige, marine et rouge, pour des jupes et robes souvent en dessous du genou.

Rodarte, Marc by Marc Jacobs, MM6, Sophie Theallet étaient notamment aussi au programme de cette sixième journée de la Fashion week.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer