Matières travaillées, dos nus et talons aiguille: les soeurs jumelles créatrices de Felder Felder ont offert vendredi une vision sophistiquée et rock de l'hiver prochain, au premier jour de la Fashion Week de Londres.

Anne Laure MONDESERT AGENCE FRANCE-PRESSE

Pour cette collection, les Allemandes se sont inspirées des toiles abstraites de leur concitoyen Gerhard Richter, dont les couleurs lumineuses -rose, vert, jaune- s'impriment sur des jupes courtes en soie légères, portées avec un blouson noir.

Les vêtements sont ponctués de bandes d'organza qui laissent entrevoir la peau ici et là, comme les bustiers portés courts au-dessus de jupes. Le dos aussi se dénude, comme sur cette robe jaune en fausse fourrure.

«La femme que nous habillons est un peu plus sophistiquée, elle a vécu, elle a de l'expérience», décrit à l'AFP Daniela Felder en coulisses, au côté de sa soeur Annette.

Les matières, contrastées et variées, sont travaillées avec soin: la fausse fourrure est réalisée avec de fines lanières d'organza, découpées pendant de longues heures.

Et dans certaines pièces ont été incrustées des extensions de cheveux blonds, pour ajouter de la texture, expliquent les soeurs qui ont lancé leur marque alors qu'elles étaient encore étudiantes à la prestigieuse Central Saint Martins de Londres en 2006/2007.

Un peu plus tôt, la créatrice d'origine coréenne Jackie JS Lee a donné une version plus douillette de l'hiver, avec des silhouettes enveloppées dans des manteaux laineux.

Blanc, bleu marine, bleu électrique, les vêtements sont équipés de cols très hauts pour protéger la gorge. Des motifs chevrons reviennent régulièrement imprimer leur marque.