Source ID:21843b2875763503ac0b4c3c9e8b9666; App Source:StoryBuilder

Facebook a laissé des géants du web accéder aux données de ses utilisateurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Facebook s'efforçait mercredi de minimiser la portée des nouvelles accusations dont il fait l'objet après une enquête du New York Times révélant que le réseau social a partagé les données de ses utilisateurs au bénéfice de géants du Web comme Amazon, Spotify, Microsoft et Netflix.

« Pendant des années, Facebook a donné à certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde un accès plus intrusif qu'il ne l'a admis aux données personnelles des utilisateurs, ce qui a eu pour effet d'exempter ces partenaires commerciaux de ses règles de confidentialité »,  écrit le quotidien américain, sur la foi de documents internes et de témoignages anonymes d'anciens employés.  

Facebook affirme cependant que ses utilisateurs avaient dû au préalable explicitement donner leur accord.

Selon le quotidien, Facebook aurait communiqué à quelque 150 entreprises des données privées telles que messagerie privée, nom des amis de leurs clients ou certaines de leurs publications.  

Ces révélations ont de quoi embarrasser Facebook, englué dans de multiples scandales en raison de failles dans la protection des données de ses utilisateurs.

Le responsable du développement des programmes et des partenariats de Facebook, Konstantinos Papamiltiadis, a évoqué dans un blogue mercredi « l'intégration de partenaires » permettant « des expériences sociales telles que des recommandations d'amis sur Facebook ou autres applications populaires ».  

Pour les fameux partenaires de Facebook, ces contrats permettaient de récupérer des données sur les internautes pour scruter un peu plus leurs habitudes, pour, assurent-ils, proposer des services adaptés à leurs centres d'intérêt.

M. Papamiltiadis assure qu'« aucun de ces partenariats ou fonctionnalités n'a donné à ces entreprises accès à des informations sans le consentement des personnes, ni enfreint notre accord de 2012 avec la FTC », c'est-à-dire enfreint le document signé avec la Federal Trade Commission, l'autorité américaine de la concurrence, qui a pour but de surveiller la manière dont le réseau social suit et partage les données de ses utilisateurs.

Pourtant, le New York Times assure que Facebook a notamment autorisé le moteur de recherche Bing (Microsoft) à voir les noms des amis de ses utilisateurs sans l'accord de ces derniers. Le journal affirme aussi que Netflix et Spotify ont pu lire des messages privés.

Même si Netflix a utilisé en 2014 et 2015  une fonction permettant aux membres de recommander des émissions de télévision et des films à leurs amis via Facebook Messenger, l'entreprise affirme n'avoir «jamais eu accès aux messages privés des usagers de Facebook, et nous n'avons jamais demandé d'y avoir accès non plus».

Selon cette enquête, Amazon a de son côté pu obtenir des noms et des contacts via des amis, et Yahoo a pu visionner les données publiées sur les pages Facebook.

Selon le New York Times, les accords passés en 2010 avec les partenaires seraient restés actifs jusqu'à la fin 2017 et pour certains jusqu'au début 2018.




la boite: 4391933:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer