Révolutionner notre façon de jouer, voilà ce que nous promet Microsoft en nous positionnant dans le rôle de la manette. Nous avons la Kinect pour la Xbox 360 entre nos mains et nous avons pu voir ce qu'elle a dans le ventre.

Kevin Massé LA PRESSE

Kinect, c'est une caméra qu'on place en dessous ou au-dessus de notre téléviseur et qu'on branche à la Xbox 360. Un capteur infrarouge fait équipe avec une caméra de 320px sur 240px et un capteur sonore afin de reproduire notre corps, capter notre environnement et notre voix à la fois.

Commentez sur le blogue de Kevin Massé

Avec Kinect, plus de manettes. Il suffit de bouger ou de parler pour commander notre 360. Pour que notre interface passe en mode détection de mouvements, il suffit de saluer la caméra de la main. Rapidement, le menu change afin d'afficher une grille et un curseur en forme de main apparaît. Tout fonctionne assez bien, même sous un éclairage très bas. Une légère latence se fait sentir entre nos mouvements réels et ceux qui sont reproduits à l'écran, mais rien de trop dérangeant.

Avant de vous procurer la caméra de Microsoft, il faudra cependant vous assurer que vous avez l'espace dans votre salon. Jouer à deux vous obligera de libérer un espace de cinq pieds de large et de trois pieds de profondeur à sept pieds de la caméra. On n'y joue donc pas dans un petit trois et demi.

L'expérience de jeu

Pour l'instant, les jeux testés demandent de faire des mouvements très simples. Lever les bras, s'accroupir, se déplacer de gauche à droite, d'avant en arrière, courir ou sauter sur place. Exit les poignets. On oublie donc les effets de balle avec les jeux de raquettes.

La majorité des jeux fonctionnent très bien. Au premier contact, on remarque que Kinect est très demandant physiquement. On sue rapidement. Un bon point pour ceux qui veulent brûler des calories. Les jeux à position fixe, comme tenir un volant dans les airs, sont très exigeants et le principe du lancer peut être très confus.

Il est toutefois impressionnant de voir un deuxième joueur s'ajouter aussi facilement. Il suffit de se positionner dans l'espace de jeu et hop! on se joint à la partie. Il faut tout de même être zen et agir dans les règles du jeu. Même si la machine reconnaît les usagers aisément, une marmaille excitée finira par rendre le gadget confus, lequel se demandera à qui appartient tel pied ou telles mains.

Mais est-ce que c'est amusant?

L'expérience de jeu, même si les titres offerts sont d'une trop grande simplicité, est concluante et amusera certainement le public cible. On ne se le cachera pas, Kinect s'adresse aux joueurs occasionnels. Microsoft cherche, comme Sony avec la PS Move, à percer le marché jusqu'ici convoité par Nintendo. Les jeux offerts pour l'instant ont cependant un meilleur potentiel ludique que ce que la PS Move nous offre depuis ses débuts. Nous avons pu tester Kinectimals, Kinect Adventures, Kinect Joyride et Kinect Sports. Ce ne sont pas des chefs-d'oeuvre, mais ce sont de bons jeux. Une demi-étoile de plus va à Kinectimals qui sort du lot grâce à son originalité et une certaine profondeur.

Notez que lors des tests, il nous a été impossible d'utiliser les commandes de mouvement afin de manipuler nos médias vidéo et sonore puisque cette option n'est fournie que depuis le lancement. De plus, les commandes vocales françaises québécoises seront offertes au cours d'une mise à jour au printemps 2011.

Kinect est en vente depuis le 4 novembre pour 150$ avec le jeu Kinect Adventures. Il est également offert en ensemble Xbox pour 299,00$ (4Go) ou 399,99$ (250Go).