Source ID:; App Source:

Eric Schmidt entre dans le débat politique européen

Le patron de Google, Eric Schmidt.... (Photo Daniel Ochoa de Olza, AP)

Agrandir

Le patron de Google, Eric Schmidt.

Photo Daniel Ochoa de Olza, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

Le président du CA de Google, Eric Schmidt, est entré dans le débat politique européen à l'invitation de la commissaire européenne chargée des nouvelles technologies, Neelie Kroes, qui lui a ouvert les colonnes de son blogue pour y faire part de ses suggestions afin de créer «une nouvelle Europe».

M. Schmidt, dont le groupe fait par ailleurs l'objet d'une enquête de la Commission européenne pour entrave à la concurrence, inaugure une série d'interventions de 40 responsables du monde numérique ou de personnalités de la politique et des arts sur le blogue de Mme Kroes, qui quittera ses fonctions le 31 octobre.

Y sont attendus dans les prochaines semaines Vint Cerf, un des pères fondateurs d'internet, l'architecte Rem Koolhaas ou encore des membres de l'administration Obama. Tous sont appelés à faire part de leurs idées pour «une nouvelle Europe».

Eric Schmidt appelle les 28 à lever les entraves dues aux régulations nationales qui empêchent l'avènement d'un marché unique numérique en Europe. «Si les barrières en matière de régulation sont levées, les jeunes entreprises pourront avoir accès directement à un demi-milliard de consommateurs européens, un marché plus grand que celui des États-Unis», souligne-t-il notamment.

Pour combattre un chômage «qui semble stagner à un niveau deux fois plus élevé qu'aux États-Unis», l'Europe doit «encourager ceux qui prennent des risques» et faciliter l'accès au capital «à travers des incitations fiscales et d'autres mesures volontaristes qui facilitent l'accès des jeunes entreprises au financement», ajoute-t-il.

Eric Schmidt appelle aussi l'Europe à «accepter et accueillir les perturbations» apportées par la plupart des innovations et cite en exemple le service américain de voiturage Uber, qui fait concurrence aux services de taxi traditionnels, et dont Google est un des actionnaires.

Mme Kroes a pris plusieurs fois la défense d'Uber, qui se heurte à des difficultés d'ordre réglementaire dans plusieurs pays européens comme la France ou l'Allemagne.

La tribune d'Eric Schmidt intervient alors que Google est sous les feux de l'actualité européenne dans le cadre de l'enquête ouverte par la Commission à son encontre pour abus de position dominante sur le marché des moteurs de recherche.

Le collègue de Mme Kroes chargé du dossier, Joaquin Almunia, a demandé début septembre à Google d'apporter de nouvelles solutions aux problèmes soulevés par ses concurrents.

Le géant américain se voit reprocher principalement de mettre en avant sur ses pages ses propres services spécialisés, au détriment des moteurs de recherche concurrents, par exemple des comparateurs de prix comme Kelkoo ou des sites spécialisés dans les voyages comme Expedia ou lastminute.com.




Les plus populaires : Techno

Tous les plus populaires de la section Techno
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer