Tim Cook appuie sur l'accélérateur. Six mois à peine après le lancement de sa troisième tablette iPad, Apple la remplace par deux nouveaux modèles distincts, dont un iPad à écran de 7,9 pouces qui vise clairement à surclasser la Nexus 7 de Google dans le marché des tablettes à bas prix.

Alain McKenna, collaboration spéciale AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur la scène d'un théâtre historique de San Jose, le PDG d'Apple a insisté sur les caractéristiques techniques distinguant son nouveau produit des appareils à système Android: un écran légèrement plus généreux, une connexion cellulaire LTE rapide et une médiathèque d'applications mobiles et de livres numériques plus riche et plus élégante.

«L'iPad mini n'est pas seulement un iPad dont on aurait réduit les dimensions. C'est un appareil conçu entièrement à part, déjà compatible avec les applications de l'App Store, mais dans un format qui tient bien dans une seule main», a résumé Phil Schiller, vice-président responsable de la mise en marché pour Apple.

Naturellement, Apple mise sur les prédictions des analystes, qui lui promettent entre 8 et 10 millions de ventes de ce nouvel iPad mini d'ici la fin de l'année, afin d'excuser un prix de détail de 329$, sensiblement plus élevé que ses principaux concurrents. Google détaille sa Nexus 7 à partir de 209$, tandis qu'Amazon vend une Kindle Fire HD aux États-Unis à partir de 199$.

«L'iPad mini n'est pas donné. Ça signifie qu'Apple ne se livre pas à une guerre de prix avec Amazon, mais elle n'en a pas besoin: ses acheteurs ont prouvé qu'ils étaient prêts à payer plus pour ses produits, ses applications, et aussi pour son soutien technique», explique Sarah Rotman Epps, analyste en stratégie de produits pour Forrester.

En plus de l'iPad mini, Apple a totalement revu la mécanique de son iPad à écran de 9,7 pouces, multipliant par deux son traitement des données, sans en changer le prix. Juste à temps pour la lucrative période des Fêtes, ajoute Mme Rotman Epps. «Le moment a été bien choisi: ça place tout le monde sur la défensive juste avant Noël.»

Nouveauté intéressante, Apple a mis plus d'accent que d'habitude sur le secteur de l'éducation. Tim Cook s'est dit surpris du succès que connaissent ses produits dans les écoles. Il en a profité pour dévoiler de nouveaux outils de création de livres numériques s'adressant tout particulièrement aux professionnels de ce milieu.

Ces outils comprennent notamment la huitième génération du fameux iMac, l'ordinateur tout-en-un qu'Apple vend depuis près de 15 ans maintenant, ainsi qu'un portable MacBook Pro compact, doté d'un écran de 13 pouces. Il s'agit des deux produits les plus populaires de la gamme d'ordinateurs Mac.

Leur mise à jour arrive à point nommé, alors que Microsoft et ses nombreux partenaires lanceront, d'ici Noël, une imposante cohorte de nouveaux PC à système Windows 8 qui comprend plusieurs modèles de tout-en-un et plusieurs portables haut de gamme.

«Le design du nouvel iMac va voler la vedette à Microsoft et à Windows 8 dans les prochaines semaines. C'est un des appareils les plus vendus sur le marché. Le MacBook Pro est le plus populaire dans son créneau.

L'iPad est la tablette la plus populaire à l'école et auprès du grand public. Ça ne fait aucun doute que tout ça va mettre Microsoft sur la défensive», prédit Tim Bajarin, président de la firme Creative Strategies.

Selon cet analyste, Apple est bien placé pour regagner le terrain perdu en Bourse ces dernières semaines. «Apple est fort dans tous les créneaux informatiques. Pour le quatrième trimestre, sa gamme de produits est la plus attrayante sur le marché», conclut-il.

Pour joindre notre collaborateur: alain.mckenna@lapresse.ca

En deux ans et demi, Apple a vendu 100 millions d'iPad, toutes générations confondues.

10 millions: le nombre d'iPad mini qu'Apple pourrait vendre d'ici la fin 2012, selon Gartner.

275 000: le nombre d'applications compatibles avec les tablettes iPad et iPad mini.