Un fabricant chinois d'écrans plats qui a déjà contesté avec succès la propriété du nom iPad à Apple sur le marché chinois a menacé vendredi d'attaquer en justice la marque à la pomme aux États-Unis pour obtenir 2 milliards de dollars de dommages et intérêts.

Publié le 17 févr. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les avocats de Proview Technology, une société basée à Shenzhen (sud) veulent aussi empêcher que la tablette d'Apple puisse être exportée de Chine, où elle est assemblée, ou y être importée.

L'an dernier, Apple avait intenté un procès à Proview devant un tribunal chinois pour utilisation illégale du nom iPad, mais la cour a rejeté sa plainte à la fin de l'année pour manque de preuves.

La filiale taïwanaise de Proview, dont la maison-mère est à Hong Kong, avait déposé dès l'an 2000 le nom IPAD dans plusieurs pays dont la Chine, avant de les céder à Apple pour l'ensemble du monde.

Mais Proview (Shenzhen) fait valoir que cette cession de droits ne s'appliquait pas à la Chine, et a intenté plusieurs actions en justice dans ce pays contre Apple, et menace désormais de porter le différend devant la justice américaine.

«Nous sommes en train de sélectionner trois cabinets d'avocats pour demander 2 milliards de dollars de dommages et intérêts à Apple aux États-Unis», a déclaré lors d'une conférence de presse à Pékin Li Su, le président du groupe Hejun Vanguard, qui travaille avec les créanciers de Proview pour restructurer cette société lourdement endettée.

Le PDG de Proview, Yang Rongshan, a pour sa part assuré vouloir protéger sa marque et demander à Apple d'arrêter de vendre l'iPad en Chine, niant chercher à obtenir des dommages et intérêts pour sauver de la faillite sa société.

«Nous possédons» la marque IPAD en Chine. «Si vous étiez à ma place... vous essayeriez de protéger vos droits», a-t-il déclaré à la presse.

L'an dernier, un tribunal de Hong Kong avait jugé valide l'accord de cession des droits du nom IPAD pour le monde entier.

Ma Dongxiao, un avocat de Proview, a argué vendredi que l'accord avait été négocié par Apple par l'intermédiaire d'une autre société, laquelle s'était engagée à ne pas fabriquer de produits concurrents de ceux de Proview. Le fabricant chinois a fabriqué jusqu'en 2009 un ordinateur de bureau appelé IPAD.

Dans certaines villes chinoises, les autorités auraient saisi des iPads d'Apple, selon des informations de presse, mais la tablette continuait vendredi à être vendue dans les magasins Apple en Chine ainsi que sur des sites chinois en ligne.