La bière et les ailes de poulet pourraient bientôt être accompagnées d'un autre accessoire indispensable lors des soirées de hockey: les lunettes.

Marie-Ève Morasse LA PRESSE

Elles risquent d'être à la mode dans les salons ce soir puisque le réseau CBC présentera pour la première fois un match du Canadien en trois dimensions.

Ce n'est certainement pas un hasard si ce match figure parmi les premiers événements à être présentés en 3D par Vidéotron.

«Le sport a été un déclencheur pour la haute définition. Il devrait aussi en être un du côté de la 3D. Vivre une activité de rapidité dans un mode 3D, c'est toute une expérience», dit Isabelle Dessureault, vice-présidente des affaires corporatives chez Vidéotron.

Chez Bell, on a inauguré la 3D en présentant certains matchs de la Coupe du monde de soccer l'été dernier.

Aux États-Unis, le réseau ESPN a lancé sa chaîne 3D juste à temps pour le match d'ouverture de la Coupe du monde en Afrique du Sud.

Une étude dévoilée par Nielsen cet automne a révélé que 77% des gens considéraient la télévision en 3D comme une technologie d'«événements spéciaux». Dans une proportion de 64%, les sondés ont affirmé que le sport leur semblait le domaine le plus pertinent à présenter en 3D.

Le consultant René Villeneuve est de cet avis.

«Deux genres qui ont toujours favorisé la technologie et que la technologie sert bien, c'est la porno et le sport», dit-il. Mais les producteurs de contenu doivent s'adapter à la 3D.

«Le sport, c'est le genre idéal pour exploiter la 3D, pour donner un sens de «wow» au téléspectateur. Mais le défi pour ceux qui font du sport, c'est le positionnement des caméras. La 3D exige de la proximité pour vraiment profiter de la troisième dimension. On doit repenser comment on produit les sports», poursuit René Villeneuve.

«Quand on sait comment s'y prendre, le sport est très intéressant en 3D», confirme Richard Laberge, cofondateur de l'entreprise québécoise Sensio, qui conçoit des solutions 3D. «La boxe, c'est extraordinaire. On dirait que ça fait plus mal qu'en 2D, ça donne un aspect plus émotif. Le rugby et le football sortent bien aussi. On sent que les gars sont bâtis, que ce sont des machines!»

La 3D, encore marginale

Reste que peu de Québécois ont succombé à l'attrait de la télévision 3D. Et ceux qui porteront les lunettes avec un verre rouge et l'autre cyan pour voir le match demain risquent d'être déçus», croit René Villeneuve, consultant spécialisé en télévision.

«Ce sont les bonnes vieilles lunettes qu'il y avait dans les années 30, 50 et 80. Ce n'est pas très convaincant, c'est même assez rétrograde comme technologie, dit-il. Je pense que les gens vont sûrement regarder la première période, mais je ne suis pas certain qu'ils vont se rendre à la troisième!»

Chez Sensio, qui fournit la technologie pour Vidéotron, on convient qu'en attendant que les téléviseurs 3D s'installent dans tous les salons, l'expérience de la 3D avec des lunettes rouges et cyan est «cool», mais loin d'être optimale.

Richard Laberge rêve donc de présenter à Montréal un match du Tricolore en 3D au cinéma. À l'instar du film Avatar, cela permettrait de rendre la technologie 3D accessible à tous.

«Les gens n'ont pas de 3D à la maison. On peut s'acheter une télé à 2000 ou 3000$, ou acheter un billet de cinéma à 20$. Ça n'a pas de bon sens, il faut avoir un match de hockey en 3D dans un cinéma à Montréal! On est tous des fans!»

L'idée est lancée...

Le CH en 3D: mode d'emploi

Pour voir les joueurs du Canadien et des Maple Leafs de Toronto sous toutes leurs formes ce soir, un élément est indispensable: avoir un abonnement à la télévision avec Vidéotron. Côté matériel, deux choix s'offrent. Il faut soit avoir une «vraie» télévision 3D, soit avoir une télé «normale» et se procurer des lunettes, que Vidéotron vend dans ses boutiques au coût de 7$. Notons que Vidéotron diffusera également en 3D les deux matchs de la LNH présentés en plein air, soit celui opposant les Penguins de Pittsburgh aux Capitals de Washington, le 1er janvier, et celui entre le Canadien et les Flames de Calgary, le 20 février. Quant aux clients de Bell qui veulent voir Carey Price en trois dimensions, ils doivent absolument posséder un téléviseur 3D.