(Tokyo) Cinq boutiques officielles olympiques à Tokyo fermeront début juin, les affaires étant freinées par la pandémie de coronavirus et le report des Jeux à l’année prochaine.

Stephen Wade
Associated Press

On ne sait pas si elles rouvriront.

Le porte-parole des Jeux de Tokyo, Masa Takaya, a révélé lors d’une conférence de presse en ligne que la taille d’une sixième boutique à Osaka serait également réduite au début juin. Les organisateurs de Tokyo ont précisé que 89 magasins opéraient au Japon fin avril.

Takaya n’a pas pu exclure d’autres fermetures au milieu de questions entourant les Jeux de l’année prochaine et comment – ou si – ils peuvent être organisés.

« Nous ne savons pas ce qui va se passer au cours des trois prochaines semaines, a expliqué Takaya. À cet égard, je ne peux donc pas confirmer avec précision le nombre de magasins qui resteront après la fermeture de ces magasins. »

Les organisateurs ont prévu des revenus d’environ 100 millions US provenant de la vente de marchandises. Il s’agit d’une petite partie du budget de fonctionnement de 5,6 milliards financé par le secteur privé. Les revenus les plus importants proviennent de commanditaires locaux qui déboursent 3,3 milliards pour associer leurs noms aux jeux.

Les Jeux olympiques de Tokyo s’ouvriront le 23 juillet 2021, avec un an de retard en raison de la pandémie. L’ouverture des Jeux paralympiques est prévue le 24 août 2021.

Les organisateurs disent qu’environ 5500 produits sont disponibles dans les boutiques « agréées », allant des casquettes, des chandails et même des baguettes « officielles », tous avec le logo de Tokyo et les anneaux olympiques.

Tayaya a été interrogé au sujet du pourcentage des produits fabriqués au Japon. De nombreux produits, y compris les mascottes d’animaux en peluche – Miraitowa pour les Jeux olympiques et Someity pour les Jeux paralympiques – portent des étiquettes disant fabriquées en Chine ou au Vietnam. De nombreux autres produits portent également la mention « Made in Japan ».

« Tokyo 2020 n’a pas une compilation des produits qui sont fabriqués au Japon ou en dehors du Japon, a déclaré Takaya. À cet égard, nous ne serons pas en mesure de fournir un tel chiffre. »

Il a ajouté que le comité d’organisation de Tokyo avait des contrats avec des fournisseurs, qui sont largement libres de s’approvisionner en produits où ils le souhaitent.