(Denver) La pression continue d’augmenter sur les dirigeants olympiques américains au sujet des Jeux de Tokyo.

Eddie Pells
Associated Press

Un membre du conseil d’administration du comité olympique et paralympique américaine (USOPC) a brisé la ligne de partie en critiquant le Comité international olympique (CIO), tandis que le directeur général de la fédération américaine d’athlétisme (USATF) a demandé le report de la grande fête mondiale du sport en raison de la pandémie du nouveau coronavirus.

Max Siegel, qui dirige l’USATF, a envoyé un message de deux pages à la directrice générale de l’USOPC, Sarah Hirshland, demandant à son organisation de lutter pour le report des Jeux. Le message a été envoyé tard vendredi soir, quelques heures après que le directeur général de la fédération américaine de natation eut fait la même chose.

PHOTO CHRISTIAN PETERSEN, ARCHIVES AFP

Le patron de l’athlétisme américain Max Siegel

Les deux sports ayant récolté 65 des 121 médailles des États-Unis lors des derniers Jeux d’été, et envoyé 175 de ses 554 athlètes, font maintenant front commun pour inciter « l’USOPC, en tant que leader au sein du Mouvement olympique, à utiliser sa voix et parler au nom des athlètes ».

De son côté, Steve Mesler, membre du conseil de l’USOPC et ancien champion olympique en bobsleigh, a été beaucoup plus critique envers le CIO que l’ont été Hirshland ou la membre du conseil de l’USOPC Susanne Lyons, dans des déclarations récentes.

« Le CIO […] n’a pas démontré le leadership que nous, les Olympiens, désirons de la part des personnes responsables », a écrit Mesler dans un blogue, ajoutant qu’il s’agissait de son état d’âme « en tant qu’Olympien et non comme membre de l’USOPC, de son conseil d’administration ou l’un de ses leaders ».

D’autres comités nationaux un peu partout à travers le monde ont demandé au CIO d’agir. Les comités norvégien et brésilien ont fait publiquement la demande au CIO de reporter les Jeux de Tokyo.

Cependant, les États-Unis sont ceux qui envoient le plus d’athlètes et gagnent le plus de médailles lors des Jeux d’été — deux facteurs expliquant les millions de dollars payés par le réseau NBC pour avoir les droits de télédiffusion jusqu’en 2032. Plusieurs croient donc que l’USOPC aurait l’influence nécessaire auprès du CIO pour faire bouger les choses. Le comité olympique américain semble toutefois hésitant à utiliser ce pouvoir, après avoir passé des années à détendre les relations avec ses partenaires internationaux.

Hirshland et Lyons ont insisté pour dire que l’USOPC n’allait pas sacrifier la sécurité des athlètes pendant la crise sanitaire mondiale actuelle. Elles n’ont toutefois jamais laissé entendre qu’elles allaient tenter d’influencer le CIO.

« La décision au sujet des Jeux ne nous revient pas directement, a dit Lyons lors d’une conférence téléphonique vendredi. Elle revient à l’Organisation mondiale de la santé, au gouvernement japonais et au CIO. Mais dans aucun cas l’USOPC va mettre la santé de ses athlètes en danger. »