(Moscou) Un entraîneur russe d’athlétisme a été suspendu quatre ans pour dopage après que le Tribunal arbitral du sport (TAS) eut jugé qu’il avait tenté de soudoyer un officier antidopage.

Associated Press

Selon l’arbitre du TAS Sylvia Schenk, il n’y a aucun doute raisonnable qu’Andrei Eremenko a suggéré de verser un pot-de-vin pour que l’urine de quelqu’un d’autre soit soumise à un test antidopage, selon une copie du jugement publiée par l’Agence antidopage russe jeudi.

Le personnel de l’agence russe a passé sept heures en 2017 à tenter d’obtenir un échantillon d’urine de la spécialiste des haies Yulia Malueva, entraînée par Eremenko.

Malueva aurait produit un échantillon d’urine, mais l’aurait échappé dans la toilette en tombant au sol alors qu’elle aurait perdu conscience. Eremenko a par la suite appelé une ambulance « sans motif raisonnable », selon le jugement, et Malueva a été hospitalisée.

À l’hôpital, Eremenko aurait offert un montant d’argent pour soumettre un faux échantillon d’urine qui aurait été attribué à Malueva.

L’Agence antidopage russe avait porté en appel une décision de son propre comité de discipline qui avait blanchi Eremenko. En 2018, ce panel a suspendu pour quatre ans Malueva pour avoir refusé de soumettre un échantillon.