(Rome) Le N.1 mondial Novak Djokovic a bataillé mardi pour venir à bout, malgré la pluie et une longue interruption, de la résistance de l’Américain Taylor Fritz (31e mondial) 6-3, 7-6 (5), lors de son entrée en lice au 2e tour du Masters 1000 de Rome.

Agence France-Presse

Lors de leur précédent duel, au 3e tour des Internationaux d’Australie en février, Djokovic s’était blessé aux abdominaux. En serrant les dents, il avait gagné le match en cinq manches avant de remporter quelques jours plus tard son 18e titre majeur.

Mardi au Foro Italico, le tenant du titre a de nouveau été perturbé par des circonstances extérieures, mais cette fois tombées du ciel.

La pluie a en effet rendu les appuis très incertains et gêné l’acuité visuelle des joueurs, avant de contraindre l’arbitre à suspendre les débats à 5-5 dans le second set.

Juste avant l’interruption, Djokovic pourtant semblait se diriger vers une victoire relativement tranquille. Mais tandis qu’il servait à 5-4 pour le gain du match, l’Américain s’est fait briser (5-5).

Dans la foulée, les organisateurs ont pris quelques minutes pour décider la suspension de la partie. Durant cette attente, et pour bien montrer son exaspération, Djokovic est allé s’abriter sous les tribunes tandis que Fritz est resté impassible sur sa chaise, sous la pluie.

Quand le jeu a repris, trois heures plus tard, la motivation et la sérénité de Fritz n’étaient pas retombées et le numéro 1 américain empochait sa mise en jeu. Il a contraint « Djoko » à batailler jusqu’au bout, dans un bris d’égalité serré, pour décrocher son billet pour le 3e tour, en concluant sur sa première balle de match après 1 h 38 de jeu (dont seulement quinze minutes après l’interruption).

« C’était un match vraiment étrange de jouer sous la pluie, c’était difficile. Ça m’a peut-être avantagé, car le jeu était moins rapide ; or il a un très bon service. Il a très bien joué », a commenté le Serbe après la rencontre.

« Dans ces circonstances, vous ne savez combien de temps ça va durer. S’il faut manger, se reposer ou non. Il faut vraiment faire ce qu’on ressent le mieux pour soi », a-t-il expliqué au sujet de la gestion de ce type d’interruption.

« Je suis content d’avoir fini en deux sets, mais je suis sûr que je peux mieux jouer », a-t-il ajouté, en se projetant sur Roland-Garros, où il espère atteindre son pic de forme, dans sa stratégie de miser désormais avant tout sur les tournois du Grand Chelem. .  

Le Serbe affrontera Cameron Norrie (49e) ou Alejandro Davidovich (48e) pour une place en quarts de finale.

Vainqueur en février de ses 9e Internationaux d’Australie, Djokovic n’a plus joué jusqu’à l’ouverture de la saison sur terre battue. Éliminé dès les 8es à Monte-Carlo, il avait ensuite échoué en demi-finales à Belgrade puis renoncé à jouer le Masters 1000 de Madrid.