Félix Auger-Aliassime devra encore patienter. Le Canadien s’est incliné dimanche en finale du tournoi de l’Open 13 Provence, à Marseille, 3-6, 4-6, face au Grec Stefanos Tsitsipas, le sixième joueur mondial.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Il s’agissait d’une cinquième finale perdue en autant d’occasions sur le circuit ATP pour le joueur de 19 ans qui occupe présentement le 18e rang du classement masculin. « Je suis déçu évidemment, a concédé Auger-Aliassime en point de presse. On n’aime jamais perdre en finale, mais ça fait maintenant cinq fois d’affilée et c’est toujours un peu dans mon esprit. »

« C’est dur, mais je crois que cela va faire de moi un meilleur joueur. Cela va me permettre d’affermir mon caractère et je sais que je vais surmonter cet obstacle un jour. Je vais continuer de travailler pour y arriver. Je travaille pour remporter de plus gros tournois, pour réaliser de plus grandes choses encore, je ne me laisserai pas arrêter par cette défaite. »

Finaliste à Rio, Lyon et Stuttgart en 2019, Auger-Aliassime l’avait aussi été la semaine dernière à Rotterdam, s’inclinant devant le Français Gaël Monfils. Il n’a encore gagné aucune manche dans une finale.

PHOTO DANIEL COLE, ASSOCIATED PRESS

Stefanos Tsitsipas

Dimanche, le Canadien a été lent à entrer dans le match, un peu comme il l’avait fait tout au long de la semaine. Brisé dès le troisième jeu, visiblement agacé devant un joueur qui ne commettait pratiquement aucune faute, il n’a ensuite pas été en mesure de convertir les trois balles de bris qu’il a obtenues en première manche.

Auger-Aliassime a mieux amorcé la deuxième manche, mais il s’est retrouvé en difficulté dans le cinquième jeu. Vite mené 15-40, il est revenu à égalité, mais deux fautes directes ont offert une autre chance de bris à son rival et Tsitsipas l’a converti avec un superbe coup passé.

Auger-Aliassime a bien réagi en prenant à son tour le service de son adversaire, mais Tsitsipas a vite resserré son jeu et il a réussi un autre bris, son troisième bris du match, avant de conclure sur son service, trois jeux plus tard. Le Grec est ainsi devenu le premier joueur à défendre son titre à Marseille depuis Thomas Enqvist en 1998.

À 21 ans, Tsitsipas compte déjà 5 titres sur le circuit ATP. Il présente maintenant une fiche de deux victoires et deux défaites contre Auger-Aliassime chez les professionnels. Le Canadien a d’ailleurs rappelé après le match : « Nous avons une belle rivalité depuis les juniors et tu (Tsitsipas) continues de t’améliorer sans cesse. C’est de plus en plus difficile de t’affronter ! J’espère que cette rivalité continuera longtemps. »

Tout au long de la semaine, malgré la fatigue, Auger-Aliassime a dû venir de l’arrière, affrontant même plusieurs balles de match contre l’Italien Stefano Travaglia (deuxième tour) et le Français Pierre-Hughes Herbert (troisième tour).

Au-delà du résultat de la finale, le Canadien a tout de même convenu : « Je travaille bien présentement, mais je crois aussi que j’ai la bonne attitude. Je me bats sur tous les points, je m’accroche toujours, spécialement quand les choses ne se passent pas bien. Je suis convaincu que le travail va finir par payer. »

Auger-Aliassime, qui a maintenant joué 10 matchs en moins de deux semaines, est inscrit au tournoi d’Acapulco (Masters 500) à compter de lundi. Il est le quatrième favori et devra affronter un joueur issu des qualifications, sans doute pas avant mercredi.

Avec déjà cinq finales avant l’âge de 20 ans, Auger-Aliassime n’est devancé à ce chapitre que par Rafael Nadal (18) et Novak Djokovic (7). Il se retrouve à égalité avec Andy Murray et devance maintenant Roger Federer, Gaël Monfils, Juan-Martin Del Potro et Alexander Zverev, qui ont tous réussi l’exploit quatre fois. Et il a encore presque six mois pour améliorer sa fiche !

Pospisil s’impose en double

Plus tôt dimanche, le Canadien Vasek Pospisil et son partenaire français Nicolas Mahut ont remporté dimanche la finale de double, 6-3, 6-4, devant le Néerlandais Wesley Koolhof et le Croate Nikola Mektic. Pospisil avait aussi atteint les quarts de finale du tournoi en simple.

Il s’agit de son premier titre sur le circuit depuis sa victoire en double au tournoi de Rotterdam en 2016, déjà avec Mahut. Excellent joueur de double — il a été champion à Wimbledon en 2014 avec l’Américain Jack Sock, Pospisil privilégie toutefois sa carrière en simple depuis quelques saisons. De retour dans le Top 100 (91e), il sera d’ailleurs la tête d’affiche du tournoi challenger de Calgary cette semaine.