Pendant toute la saison, La Presse offre un tour d’horizon hebdomadaire des plus grands moments sur la scène du soccer européen

Publié le 7 déc. 2021
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

LE MATCH

Le soccer est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin, le Bayern Munich gagne ?

Cet adage vaut habituellement pour la sélection allemande, mais permettons-nous de la transposer à l’équipe bavaroise pour nos besoins du jour. Parce que malgré les beaux buts et le fin jeu proposé par le Borussia Dortmund samedi, c’est son rival de Munich qui a remporté le 105e Klassiker de la Bundesliga, fort d’une victoire de 3-2.

Comme il en a l’habitude, ce duel a offert du spectacle et de l’intensité.

C’était 1-1 après 10 minutes, le Borussia ayant pris les devants sur un excellent dribble suivi d’une finition impeccable de Julian Brandt à la 5minute, avant que Robert Lewandowski ne réplique pour Munich (9e). Les leaders du championnat allemand ont ensuite joué d’un peu de chance sur une frappe de Kingsley Coman deux fois déviée. C’était 2-1 tout juste avant la mi-temps.

Le contexte était donc parfait pour voir le Norvégien de Dortmund Erling Haaland, qui à 21 ans est déjà une des plus grandes vedettes du soccer international, égaliser d’une superbe frappe enroulée dès le retour de la pause.

Le troisième but du Bayern est venu du pied de Lewandowski sur un penalty controversé à la 77e. Le Polonais marquait son 16but en championnat. N’en déplaise à Marco Rose, entraîneur de Dortmund, qui se faisait expulser au vu de sa réaction à la suite de la décision de l’arbitre.

Après le match, le jeune Anglais du Borussia Jude Bellingham en avait long à dire : « Vous donnez le plus grand match d’Allemagne à un arbitre qui a déjà truqué un match, qu’attendez-vous alors ? », a-t-il lancé au micro de Viaplay.

Un Klassiker qui a fait des flammèches, donc, et qui a permis au Bayern de consolider sa place de leader avec 34 unités, 4 de plus que Dortmund.

Le Canadien Alphonso Davies a joué les 90 minutes de cette rencontre.

LE BUT

Il y a la frappe, et il y a la construction qui mène à celle-ci. Tout de cette réalisation de Lucas Moura pour Tottenham est délectable.

Il s’empare du ballon tout juste dans le dernier tiers, déjoue habilement un joueur de Norwich pour le reprendre plus au centre, puis remet au Coréen Son Heung-min. Ce dernier le lance en une-deux. Quelques petites judicieuses touches de contrôle plus tard et entouré de cinq joueurs adverses, le Brésilien prend une de ces frappes de l’extérieur de la surface qui ne fait aucun doute : c’est spectaculairement 1-0 Tottenham à la 10minute. Les Spurs l’emporteront finalement 3-0.

Le ciel était sombre au-dessus des Nord-Londoniens après le congédiement de l’entraîneur portugais Nuno Espírito Santo, le 1er novembre dernier. Mais depuis l’embauche de l’Italien Antonio Conte, au CV rempli de réussites, c’est 3 victoires et 1 nulle en 4 matchs de Premier League.

Au 5rang avec 25 points et un match en main, les Spurs reluquent maintenant ardemment la 4place détenue par West Ham (27 points), celle-là même qui donne accès à la Ligue des champions la saison prochaine. Suffit maintenant que Harry Kane débloque, et Tottenham pourrait y croire.

LES CANADIENS

PHOTO DENIS CHARLET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Jonathan David (au centre)

Jonathan David ne peut pas s’arrêter de marquer. Il est tellement incapable de se retenir que dès son entrée en jeu pour Lille à la mi-temps, samedi, il égalisait la marque à 1-1 contre Troyes, à la 48e. Il s’est emparé du ballon dans le dernier tiers, étonnamment fin seul à la pointe gauche, puis s’est dirigé tout droit vers le gardien. Son tir du pied droit a dévié sur le portier, mais a fini son chemin au fond du filet.

Tout ce que touche le Canadien présentement se transforme en or. C’est aussi son tir d’un angle restreint dans la surface de réparation qui forçait un but contre son camp de Troyes, filet qui donnait les devants aux Dogues à la 85e.

David est fin seul au classement des buteurs de la Ligue 1 française, avec ses 11 réalisations en 17 matchs.

Et ses succès attirent l’attention. Après Liverpool et l’Inter Milan, voilà maintenant qu’Arsenal serait dans la course pour l’acquisition de ses services. Le prochain mercato s’ouvre le 1er janvier 2022. Il serait surprenant que Jonathan David soit encore un membre des Lillois le 1er février prochain.

PHOTO BEN STANSALL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

De gauche à droite : Melanie Leupolz, Jessie Fleming, Pernille Harder et Niamh Charles avec le trophée de la FA Cup, dimanche

Chez les femmes, la Canadienne Jessie Fleming s’est couverte de confettis en remportant la finale différée de la FA Cup 2020 avec Chelsea. Son équipe l’a emporté 3-0 contre Arsenal, dimanche.

La jeune vedette de la sélection canadienne, médaillée d’or à Tokyo, a disputé les 90 minutes de cette performance dominante. Le match se jouait à Wembley devant plus de 40 000 personnes. L’Anglaise Fran Kirby (3e) et l’Australienne Sam Kerr (57e, 77e) ont marqué les buts victorieux.

LA PERFORMANCE

Vous vous souvenez de Patrik Schick, ce Tchèque qui avait été une des révélations de l’Euro 2020 avec ses cinq buts en autant de matchs, dont celui qui avait été élu le plus beau but du tournoi ?

Il vient d’en enfiler quatre en un seul match pour le Bayer Leverkusen en Bundesliga, une victoire de 7-1 contre Greuther Feurth.

Certes, Greuther Feurth est la pire équipe de la division et ne compte encore aucune victoire en 14 matchs cette saison. Mais il faut quand même le faire : ses quatre buts en 30 minutes (49e, 69e, 74e et 76e) le font passer au deuxième rang du classement des buteurs de la Bundesliga, derrière Robert Lewandowski.