La défensive a été au cœur des récents succès du CF Montréal, au point où la formation montréalaise occupe le deuxième rang en MLS pour le nombre de buts accordés, soit 11, à égalité avec le Crew de Columbus. Toutefois, la ligne arrière aura une allure différente samedi soir et possiblement lors de matchs subséquents.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

On savait déjà que le défenseur canadien Kamal Miller ne serait pas de la partie face au FC Cincinnati, puisqu’il participe au tournoi de la Gold Cup de la Concacaf.

Incidemment, c’est aussi le cas du milieu de terrain Samuel Piette et de l’attaquant Romell Quioto, pour le Honduras.

Leur absence pourrait s’étendre jusqu’au 1er août, date de la fin du tournoi. D’ici là, la formation montréalaise jouera trois autres matchs, tous à l’étranger, contre le New York City FC (21 juillet), la Nouvelle-Angleterre (25 juillet) et l’Inter Miami CF (le 31 juillet).

Or, voilà que Kiki Struna, qui a amorcé les 11 dernières rencontres du club, sera également inactif samedi, pour des raisons que l’entraîneur-chef Wilfried Nancy n’a pas voulu préciser.

Questionné deux fois plutôt qu’une au sujet du défenseur central slovène lors de sa visioconférence hebdomadaire d’avant-match jeudi, Nancy s’est limité à dire qu’il était indisponible.

Ce que l’on sait, c’est que Struna n’a pas été vu auprès de ses coéquipiers lors des séances d’entraînement du club au cours des derniers jours. Pourrait-il être disponible lorsque l’équipe jouera à New York ? On l’ignore.

Les absences de Struna et de Miller pourraient inciter Nancy à changer son schéma défensif et à faire appel à quatre défenseurs, plutôt que d’utiliser trois arrières centraux et deux défenseurs latéraux comme on l’a vu la plupart du temps cette saison.

Interrogé à ce sujet, Nancy a reconnu que les deux scénarios étaient envisageables, tout en ajoutant qu’il lui restait une dernière séance d’entraînement, vendredi, pour prendre une décision définitive.

Aussi, ces absences pourraient mener au retour sur le terrain de Joel Waterman.

Le défenseur canadien de 25 ans n’a participé qu’à quatre matchs en 2021, dont trois comme titulaire. Son dernier départ remonte au 29 mai alors qu’il avait passé les 90 minutes sur le terrain dans un gain de 1-0 du CF Montréal contre le Fire de Chicago.

Depuis, il n’a revêtu l’uniforme qu’une seule fois, le 7 juillet dernier et n’a joué que pendant une minute.

« J’ai été à l’écart du jeu pendant une couple de semaines à cause d’une blessure mineure, mais je suis de retour et je suis prêt à jouer », a-t-il affirmé jeudi en visioconférence.

« Avec les absents, ce sera un défi pour nous, mais je sais que nous avons les joueurs qui peuvent faire le travail », a-t-il aussi mentionné.

Combien d’absents ?

Il n’y a pas que le CF Montréal qui sera privé de certains joueurs importants. Ce sera aussi le cas du FC Cincinnati. La question est de savoir qui, et combien exactement à cause des restrictions liées à la pandémie.

Une chose est sûre : Allan Cruz, qui a réussi deux des cinq buts du FC Cincinnati face à la formation montréalaise — les deux en 2019 — sera absent, tout comme Ronald Matarrita.

Les deux joueurs représentent le Costa Rica à la Gold Cup.

Par ailleurs, selon ce que rapportait le Cincinnati Enquirer jeudi, quatre joueurs de l’équipe, Brenner Souza da Silva, du Brésil, Alvaro Barreal, de l’Argentine, Gustavo Vallecilla, de l’Équateur, et Isaac Atanga, du Ghana, ont raté la séance d’entraînement de l’équipe lundi et ont pris l’avion en direction de New York pour obtenir des visas spéciaux.

Selon le quotidien, qui relatait les informations venant de l’équipe, ces joueurs auraient reçu les visas en question.

Par ailleurs, dans le même article, l’entraîneur-chef Jaap Stam a donné l’impression d’être insatisfait de la décision de la ligue, mercredi, de présenter le match à Montréal.

« J’ai mon opinion — très arrêtée — mais elle n’est pas à partager », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse hebdomadaire, jeudi.

« Parfois, vous devez affronter la situation comme elle est. Est-ce toujours juste quant à la façon dont les choses se font, quant à la décision qui est prise et aussi l’échéancier ? Oui, c’est discutable », a aussi mentionné Stam.