Victime des circonstances, le CF Montréal ne vit pas un camp d’entraînement qui lui permette d’être au même niveau que tous ses adversaires en Major League Soccer. Mais petit à petit, le club de Wilfried Nancy retrouve ses repères.

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Après une première sortie aigre-douce mercredi — l’équipe s’est inclinée 2-0 devant le Tormenta FC, un club de l’USL —, le onze montréalais ne comptait sur des effectifs complets que pour une quatrième journée de ce camp d’entraînement amorcé il y a un mois.

Malgré tout, les joueurs ont retiré des éléments positifs de cette performance.

« C’est facile de tirer des conclusions du pointage du dernier match. Mais nous travaillons sur le système que les entraîneurs veulent mettre en place, a souligné le milieu de terrain Amar Sejdic. On a eu une tonne d’occasions de marquer que nous n’avons pas concrétisées en deuxième demie. Vaut mieux les rater maintenant que lorsque la saison se mettra en branle. »

« C’est le premier match avec une équipe qui a été longuement séparée, en raison des blessures ou des séjours en équipes nationales pour certains, a pour sa part argué le défenseur Zorhan Bassong. On a eu qu’un seul entraînement avant de préparer ce match. Franchement, pour ce que j’ai vu, j’ai noté qu’il y avait plein de trucs sur lesquels on devait travailler. Mais j’ai aussi noté plein de trucs positifs à retenir de ce match. Il faut avancer sur ces points positifs. »

Nancy avait décidé de composer deux formations de 11 joueurs, à qui il a confié 45 minutes de jeu chacune.

« C’était un choix juste de donner un temps de jeu égal à tous, a estimé Sejdic. L’entraîneur souhaitait voir comment certaines relations allaient se développer. C’est aussi bon d’obtenir une bonne fondation de 45 minutes de jeu pour tous. Je ne sais pas quelle approche nous aurons pour le match à Tampa Bay, mais je crois que c’était efficace comme stratégie. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Joel Waterman et Amar Sejdic

Ce dernier match préparatoire, dimanche, face aux Rowdies de Tampa Bay, à St. Petersburg, sera la dernière occasion pour Nancy d’instaurer ses schémas avant que son club n’entame sa saison, face au Toronto FC, le 17 avril.

Le temps presse, mais l’entraîneur ne peut pas se permettre de tout chambouler.

« Pour l’instant, nous ne changeons rien de notre routine, a expliqué Bassong. On va peut-être regarder davantage de vidéos, discuter davantage de tactique, avoir plus de réunions d’équipe, car nous devons nous adapter à notre réalité. Nous savons que nous n’aurons pas beaucoup de matchs pour nous préparer en vue de la saison, comme nous n’aurons pas beaucoup de séances d’entraînement non plus.

« C’est de cette façon que nous allons travailler. C’est à nous, joueurs comme membres du personnel, d’être davantage concentrés sur la tâche à accomplir et nous serons prêts pour la saison. »

Rôles déterminés ?

Si Sejdic devrait jouer un rôle prépondérant au sein de la formation, Bassong se bat toujours pour son poste.

« Je vais jouer comme latéral gauche et mon concurrent direct est Mustafa Kizza, a-t-il noté. On a chacun des profils différents, mais intéressants. On a 10 jours pour préparer la saison ; tous les deux, on va se battre pour ce poste. Je pense qu’il n’y a rien de clair dans les idées du coach. Tous les deux, on mériterait de disputer le premier match. »

Quant à Sejdic, il se dit prêt à assumer le rôle de milieu offensif.

« Il y a de bons joueurs qui sont passés (à cette position) ici et qui ont quitté. C’est comme ça au football. Les rôles sont redistribués et c’est le travail de tous les jeunes joueurs d’apprendre de ces vétérans. De mon côté, je suis heureux de prendre ces responsabilités. »